Communiqués de presse

COMMUNIQUÉ — Nouveau rapport : Le fédéral manque à sa promesse de garantir l'accès à l'eau potable aux communautés autochtones

Le 9 février 2017 | Affiché dans

Nouveau rapport: Le fédéral manque à sa promesse de garantir l'accès à l'eau potable aux communautés autochtones

OTTAWA - Selon le rapport Verre à moitié vide? Première année des progrès réalisés pour résoudre le problème des avis concernant la qualité de l'eau potable dans neuf communautés des Premières Nations en Ontario dévoilé ce matin, le gouvernement fédéral ne remplira pas son engagement d'en finir avec tous les avis concernant la qualité de l'eau potable touchant les communautés autochtones d'ici 2020 si des changements considérables ne sont pas apportés aux processus actuels.

Diffusé par la Fondation David Suzuki et le Conseil des Canadiens, avec l'aide d'Amnistie internationale et Human Rights Watch, le rapport mesure le progrès du gouvernement fédéral dans neuf communautés autochtones en Ontario. Cette province, qui compte 81 avis en cours concernant la qualité de l'eau potable, soit plus que n'importe où ailleurs au pays, présente un aperçu de la crise de l'eau dans les communautés autochtones du Canada.

« Nous demandons au gouvernement de collaborer avec les communautés autochtones pour apporter les changements nécessaires à la façon dont il finance les réparations et l'entretien des infrastructures d'eau potable dans ces communautés, a déclaré Sylvain Perron, analyste de politiques publiques à la Fondation David Suzuki au Québec. Faute de quoi, il est presque certain que trop de gens continueront de vivre sans accès à de l'eau salubre pendant des années encore. »

L'automne dernier, au Canada, il y avait 156 avis concernant la qualité de l'eau potable touchant 110 communautés autochtones. Bon nombre de ces avis sont récurrents ou permanents et certains sont même en place depuis plus de 20 ans. Le budget fédéral de 2016 prévoyait 1,8 milliard de dollars pour aider à résoudre cette crise d'ici 2020, et ce, outre les fonds déjà investis dans les infrastructures, le traitement et la gestion de l'eau.

Voici les faits relevés dans le rapport sur les neuf communautés examinées : les avis ont été levés, ou sont en voie de l'être, dans trois de ces communautés; des efforts sont en cours dans trois autres communautés, mais l'incertitude règne toujours à savoir si les AEP seront levés à temps; et il est improbable que pour trois autres de ces communautés les AEP soient levés d'ici 2020, à moins que les processus et les procédures actuels ne soient modifiés.

Le rapport dévoile les lacunes fondamentales sur la façon dont le gouvernement fédéral s'acquitte de sa responsabilité pour assurer la salubrité de l'eau dans les communautés autochtones. Parmi ces lacunes, on compte un processus de financement très complexe bourré de failles, d'écarts et de retards; un manque de transparence et d'imputabilité quant à la surveillance du progrès du gouvernement fédéral; et l'absence d'un cadre règlementaire afin de gérer l'eau potable pour les Premières Nations.

Le rapport présente une série de 12 recommandations que le gouvernement doit mettre en place afin de rétablir la situation.

« Affaires autochtones et du Nord Canada a non seulement besoin d'un nouveau système pour réparer les infrastructures de l'eau de façon efficace, mais également d'un nouveau système d'imputabilité qui informera les Premières Nations et le grand public sur les dépenses budgétaires et le progrès accompli », a souligné Sylvain Perron.

« Le gouvernement canadien doit mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et reconnaître le droit fondamental de tous les humains à de l'eau potable et à des services d'assainissement. Toutefois, rien n'a encore été fait pour garantir ces droits, a affirmé Brent Patterson, directeur politique du Conseil des Canadiens. Les recommandations contenues dans ce rapport représentent des mesures qui auraient dû être prises il y a longtemps. Le gouvernement doit agir pour s'assurer que tous les citoyens canadiens puissent jouir de ces droits fondamentaux. »

« Ce rapport souligne le besoin de mettre en place un processus plus transparent pour les avis concernant la qualité de l'eau potable à long terme, de manière à ce que les communautés autochtones et l'ensemble de la population puissent vérifier les progrès accomplis, ou non, par le gouvernement et en fin de compte, faire respecter le droit humain fondamental qui constitue l'accès à l'eau potable dans les communautés autochtones », a déclaré Amanda Klasing de Human Rights Watch.

La version complète du rapport Verre à moitié vide ? est disponible sur http://bit.ly/RapportEauPotable

- 30 -

Pour obtenir davantage de renseignements ou une entrevue, veuillez communiquer avec :

Diego Creimer
Communications et affaires publiques, Fondation David Suzuki
Cell. : 514 999-6743, dcreimer@davidsuzuki.org
Note aux rédacteurs :

En plus du communiqué de presse, voici les documents disponibles en français pour les médias :

Résumé du rapport et fiche d'information
À noter que le rapport complet est disponible en anglais seulement, à la page Web suivante : www.davidsuzuki.org/water

COMMUNIQUÉ CONJOINT — Pour Équiterre, la Fondation David Suzuki et Vivre en Ville, le projet du REM doit aller de l'avant

Le 31 janvier 2017 | Affiché dans

Des conditions à remplir pour améliorer son acceptabilité

Montréal - Suite à la publication le 20 janvier du rapport du Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE) qui remettait en question certains aspects environnementaux et financiers du projet, des critiques ont été formulées envers le projet de Réseau électrique métropolitain (REM). Bien que certains éléments du projet restent à préciser, Équiterre, la Fondation David Suzuki et Vivre en Ville réitèrent au projet leur appui assorti de plusieurs conditions.

Pour les organismes, le REM est un excellent projet de par sa haute fréquence et sa grande amplitude horaire, des éléments essentiels du caractère structurant du transport collectif. Il va en outre améliorer l'accessibilité du centre de Montréal depuis plusieurs secteurs de l'agglomération (sud, nord, ouest). Le REM envoie également un signal fort en faveur de la consolidation de corridors urbanisés desservis en transport collectif, au détriment de la poursuite d'une urbanisation diffuse, de faible densité, éclatée autour des axes routiers.

Selon Steven Guilbeault, directeur principal d'Équiterre, le REM doit absolument être réalisé : «Le REM est le plus important projet de transports collectifs en 50 ans dans la région de Montréal. Nous ne pouvons laisser passer une occasion comme celle-là.» Les organismes rappellent en outre que les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur du transport ont cru de 31% au Québec depuis 1990 et atteignent aujourd'hui 43% de l'ensemble des émissions de la province. «Contrairement à ce que certains ont laissé entendre, le REM va contribuer à réduire les émissions de GES et non à les augmenter.»

Pour Karel Mayrand, directeur général pour le Québec et l'Atlantique : «Le statu quo n'est plus possible. La congestion routière coûte annuellement 1,85 milliard $ dans la région et le développement routier se poursuit. Le REM est l'alternative attendue pour favoriser un développement urbain axé sur les transports collectifs». Avec ses 67 kilomètres et ses 24 stations réparties de la rive sud à la rive nord en passant par l'ouest de l'ile, le REM est un projet qui transforme la mobilité dans la région de Montréal.

Le REM augmentera l'attractivité et la capacité d'accueil des secteurs desservis dans les milieux centraux de l'agglomération. Pour Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville, «La région de Montréal accueillera plus de 200 000 nouveaux ménages dans les 12 prochaines années : il faut pouvoir canaliser cette croissance aux abords du transport en commun. L'autre alternative, c'est la poursuite de l'étalement urbain. L'échec du REM serait beaucoup plus néfaste que sa réalisation. Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre encore des années avant de changer de direction.»

Les trois organismes rappellent que le REM est le seul projet majeur de transports collectifs prêt à se réaliser. Il doit se faire, et la période de sa construction doit être mise à profit pour renforcer, dans l'ensemble de la région, une armature complète de transport collectif qui réponde à l'ensemble des besoins. À cet égard, ils notent que plusieurs ajustements ont été faits au projet depuis son annonce, notamment une augmentation des connexions avec le métro. En effet, la confirmation de l'inclusion des stations McGill et Édouard-Montpetit dès la première phase du projet transforme en pratique le REM en une nouvelle ligne de métro au cœur de la ville.

Des conditions à remplir

Afin d'améliorer l'acceptabilité sociale du projet et de répondre à certaines questions légitimes du BAPE, les organisations demandent au gouvernement et à la CDPQ d'adopter les mesures suivantes:

1. Un signal clair en faveur du développement du transport collectif, partout au Québec puisque le REM ne peut être un prétexte pour ne rien faire ailleurs:

• Adoption d'une Politique de mobilité durable qui fixe des objectifs d'augmentation de l'offre de service en transport collectif, et prévoie les moyens de les soutenir.

• Relance des autres grands projets montréalais de transport collectif (prolongement de la ligne bleue du métro, et de la ligne orange pour la raccorder au REM, tramway, etc.).

2. Mitigation de l'étalement urbain:

• Protection accrue des milieux naturels et agricoles, avec notamment un statut spécifique de préservation pour les secteurs autour de la station terminale Rive-Sud à Brossard.

• Pour la branche ouest à destination de Sainte-Anne-de-Bellevue, étude détaillée de l'effet potentiel d'induction de l'étalement urbain.

• Mise sur pied d'un groupe de travail/comité de surveillance de l'étalement urbain induit dans le secteur concerné.

3. Clarification du cadre financier:

• Répartition des coûts d'exploitation entre les paliers de gouvernement, la CDPQ et les usagers.

• Partage des risques financiers liés aux coûts d'immobilisation, d'une part, et à la rentabilité du projet, d'autre part.

- 30 -

Renseignements :
Dale Robertson, Équiterre, drobertson@equiterre.org, (514) 605-2000
Diego Creimer, Fondation David Suzuki, dcreimer@davidsuzuki.org, (514) 999-6743
Amélie Castaing Rigaud, Vivre en ville, amelie.castaing@vivreenville.org, (514) 690-0611

RÉACTION — Le feu vert aux projets KeystoneXL et Dakota Access Pipeline constitue une opportunité gaspillée

Le 24 janvier 2017 | Affiché dans

Montréal — Le feu vert que le gouvernement des États-Unis vient de donner aux projets de pipelines KeystoneXL et Dakota Access représente une opportunité manquée pour ce pays de devenir un leader du climat. «Si nos sociétés veulent vraiment s'attaquer au changement climatique, on ne peut pas construire de nouvelles infrastructures pour les combustibles fossiles, a déclaré Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki. Ces projets nous mettent le boulet des énergies fossiles à la cheville, et retardent la transition vers les énergies propres.»

Au-delà des impacts négatifs sur le climat, les pipelines menacent l'eau potable et les terres des communautés autochtones le long du tracé. «Les droits des Autochtones doivent primer sur les profits à court terme des pétrolières. Nous nous solidarisons avec la communauté de Standing Rock, qui s'oppose au projet Dakota Access. L'approbation de ces pipelines est un non-sens qui nuira non seulement à l'environnement, mais aussi à la santé des communautés.»

«Au Québec, la Caisse de dépôt et placement risque de se rendre complice d'un de ces projets qui met en cause l'intégrité du climat et les droits des Autochtones. La CDPQ détenait au 31 décembre 2015 un total de 619 millions $ investis dans TransCanada, soit 484,9 millions $ dans TransCanada Corporation et 134,1 millions $ dans TransCanada Pipelines», a conclu Karel Mayrand.

- 30 -

Pour plus d'information :
Diego Creimer, communications, 514-999-6743 dcreimer@davidsuzuki.org

CONCOURS « MONARQUES AU MEXIQUE »

Le 18 janvier 2017 | Affiché dans
Photo: CONCOURS « MONARQUES AU MEXIQUE »

La Fondation David Suzuki offre l'occasion de découvrir un sanctuaire mexicain de papillons monarques, espèce en voie de disparition

Montréal — Dans un contexte de déclin marqué du papillon monarque en Amérique du Nord, la Fondation David Suzuki lance aujourd'hui le concours « Monarques au Mexique » permettant aux citoyennes et citoyens de partout au pays de courir la chance unique de s'envoler vers le sud pour découvrir un magnifique refuge de cette espèce désignée en voie de disparition depuis novembre dernier.

Les gagnants auront 10 jours pour découvrir les couleurs du Mexique et contempler les papillons monarques dans leur habitat naturel. Après le cœur historique de la ville de Mexico, les gagnants découvriront le spectacle féérique des monarques, au sein de la réserve de El Rosario et Sierra Chincua, déclarée Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2008.

Le monarque : une icône du Québec désormais en déclin

Le concours est présenté dans le cadre de l'initiative « l'Effet papillon », lancée par la Fondation au printemps dernier afin de sensibiliser les Québécoises et Québécois aux enjeux qui menacent le monarque, y compris les changements climatiques, la réduction de son habitat et l'usage des pesticides. En milieu agricole, l'usage généralisé d'herbicides réduit les communautés de plantes à fleurs dont le nectar est essentiel au monarque adulte, et d'asclépiade, la seule plante dont se nourrissent les chenilles de monarques. Jadis commune dans le paysage agricole, l'asclépiade éradiquée des champs comme une vulgaire mauvaise herbe a vu son abondance globale diminuer de 58 % dans certaines régions d'Amérique du Nord. Les experts du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada soutiennent que chaque génération de monarque en migration dépend de la disponibilité d'asclépiade. L'acte de planter de l'asclépiade, un geste à la portée de tous, pourrait donc venir en aide à la population de monarques, qui a chuté à un creux historique d'à peine 33,5 millions en 2013, alors que leur moyenne annuelle avait été de 350 millions au cours des 15 dernières années. Grâce aux efforts de citoyens et d'ambassadeurs engagés, plus de 3500 plantules et 7000 paquets de semences ont été plantés au Québec en 2016, dans le cadre de la campagne l'Effet papillon.

« Le déclin précipité du monarque ces dernières années sonne l'alarme sur les impacts concrets que les humains ont sur la biodiversité qui nous entoure, et avec laquelle nous sommes interdépendants, souligne Louise Hénault-Ethier, chef des projets scientifiques au Québec pour la Fondation David Suzuki. Une étude publiée en 2016 dans le journal Scientific Reports estime qu'il y aurait jusqu'à 57 % de risque que les monarques en Amérique du Nord disparaissent à tout jamais d'ici les vingt prochaines années. Heureusement, il existe des solutions pour contrer ce risque, mais ça nécessitera la collaboration des gouvernements nord-américains, des scientifiques, d'ONG et des citoyens de partout, y compris au Québec, qui peuvent poser de simples gestes pour contribuer à leur sauvegarde du monarque. Le premier pas pourrait simplement consister à (re)découvrir les merveilles du monarque ! Sur ce, nous souhaitons que ce concours incite la population à prendre connaissance de ce papillon si cher aux Québécois et de l'importance de le protéger. »

L'Effet papillon : une 2e édition déploiera ses ailes en 2017

Une deuxième édition de l'Effet papillon sera annoncée en début mars et proposera de nouveau une gamme d'actions concrètes qui permettront à la population de contribuer à la sauvegarde de cette espèce iconique du Québec, telles que l'achat d'asclépiade, des gestes de plaidoyer politique, et la participation à un programme d'ambassadeurs pour créer un effet papillon de protection du monarque au plan local.

Informations sur le concours

Le concours sera en vigueur du 18 au 29 janvier 2017 et s'adresse à tous les citoyennes et citoyens canadiens ou résidents permanents du Canada. Le prix comprend le voyage pour deux personnes au Mexique d'une durée de 10 jours, y compris le vol aller-retour à destination de Mexico City* depuis la ville du gagnant ainsi que l'hébergement.

Le gagnant sera tiré au sort et contacté le 30 janvier entre 12 h et 14 h heure de l'Est aux coordonnées fournies dans le formulaire d'inscription ; le gagnant aura 2 heures pour confirmer s'il accepte ou non le prix.

Pour plus de détails, visitez le www.davidsuzuki.org/concoursmexique

Le concours « Monarques au Mexique » est présenté par : Nature's Way et Cascades, en partenariat avec Espace pour la vie, Aeroplan et G Adventures.

*La Fondation tient à souligner que les émissions GES émis par les vols aller-retour au Mexique seront compensées par l'achat de crédits de carbone.

- 30 -
Renseignements et demandes d'entrevue :

Manon Dubois, directrice des communications (Québec)
Fondation David Suzuki
514 679-0821, mdubois@davidsuzuki.org

Partenaires du concours :
sponsor_logos_fr (00000002).jpg

Rapport sur la biodiversité à Pierrefonds: des espèces à statut précaire recensées en plus grand nombre que prévu

Le 15 décembre 2016 | Affiché dans

Montréal - Un rapport scientifique de la Fondation David Suzuki publié aujourd'hui démontre que le secteur de 185 hectares à Pierrefonds/L'Anse-à-l'Orme actuellement visé par un grand projet immobilier abrite plusieurs espèces animales et végétales se classant dans l'une ou l'autre des catégories à statut précaire au sens de la Loi fédérale sur les espèces en péril et cela, en plus grand nombre qu'attendu.

Le rapport élaboré par les chercheurs Marie-Eve Roy et Jérôme Dupras de l'Institut des sciences de la forêt tempérée de l'Université du Québec en Outaouais, et Patrick Gravel de la Coopérative de solidarité des Forêts et des Gens, souligne que le développement résidentiel de ce secteur riche en biodiversité et notamment en espèces rares entraînerait une perte d'habitat terrestre directe et une diminution de la taille des habitats résiduels. Il augmenterait aussi la possibilité de dégradation de l'habitat aquatique et de perte de connectivité des habitats à différentes échelles.

«Cette étude démontre ce que nous disons depuis toujours : L'Anse-à-l'Orme a tout d'un parc naturel avec une biodiversité unique. Il doit donc être protégé dans son entièreté», a déclaré Sue Stacho, une citoyenne de Pierrefonds et cofondatrice du groupe Sauvons l'Anse-à-l'Orme.

Depuis la première version du rapport publié en février, les chercheurs ont identifié un plus grand nombre d'individus appartenant aux espèces à caractère précaire sur le territoire étudié, dont l'un des animaux emblématiques de la zone visée par le développement résidentiel, le goglu des prés (Dolichonyx orzivorus). En 2010, le goglu a été inscrit comme espèce menacée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Selon les chercheurs, plus de 18 couples nicheurs de goglus des prés ont été observés dans de multiples secteurs de la zone de développement.

Le rapport met aussi en relief la grande valeur des bénéfices environnementaux fournis par le boisé et les terres en friche du secteur de l'Anse à l'Orme, dont la préservation demeure essentielle à l'accomplissement de l'objectif de la Ville de Montréal de protéger 10% des superficies terrestres sur l'île, ce qui représenterait un accroissement des aires protégées d'environ 2000 hectares.

«L'Anse-à-l'Orme est manifestement un élément central de la Ceinture verte du Grand Montréal. En détruisant 185 hectares de milieux naturels, l'établissement d'une infrastructure naturelle majeure sur l'île deviendra impossible», affirme Sylvain Perron, coordonnateur du Mouvement Ceinture verte et analyste de politiques publiques à la Fondation David Suzuki.

Annoncé en 2015, le projet Cap Nature prévoit la création de 5 500 logements.

«Le territoire en jeu est presque aussi grand que le parc du Mont-Royal. Sa protection apporterait de grands bénéfices au niveau de la biodiversité, aiderait l'agglomération dans l'atteinte de ses 10% d'aires protégées et offrirait à la population un parc de grande envergure», a conclu Coralie Deny, directrice générale du Conseil régional de l'environnement de Montréal.

- 30 -

Pour plus d'information :
Diego Creimer, Spécialiste, communications et affaires publiques dcreimer@davidsuzuki.org
514-999-6743

Pour consulter et télécharger le rapport « Évaluation écologique de l'Ouest du territoire de Pierrefonds-Roxboro » : http://bit.ly/RapportPierrefonds

2e Prix Action David Suzuki : le grand gagnant dévoilé!

Le 13 décembre 2016 | Affiché dans
Photo: 2e Prix Action David Suzuki : le grand gagnant dévoilé!

La Coop Le Grenier boréal à Longue-Pointe-de-Mingan sur la Côte-Nord recevra la visite de David Suzuki et 3000 $ offerts par le Mouvement Desjardins

Montréal — Après plusieurs semaines de compétition, c'est la Coop Le Grenier boréal qui a été désignée grande gagnante de la 2e édition du Prix Action David Suzuki, un concours panquébécois présenté par le Mouvement Desjardins mettant en valeur les projets citoyens ayant un impact positif sur la santé de l'environnement et celle de leur communauté.

Rappelons que 10 projets écologiques avaient été retenus en novembre dernier, sur près de 150 candidatures reçues de partout au Québec. Suite au dévoilement des finalistes en début décembre, les 10 finalistes ont été soumis au vote du grand public pour une chance d'influencer le vote du jury, composé de : Laure Waridel (sociologue et cofondatrice d'Equiterre), Melissa Mollen-Dupuis (cofondatrice de Idle No More), Martine Gariépy (cofondatrice de LOCO, épicerie biologique et zéro déchet), Mario Quintin, (Directeur Coopération, Affaires et Responsabilité sociale au Mouvement Desjardins), Camil Bouchard (ancien député), Paul Allard (président de Impak Finance), ainsi que Valérie Delage, représentante de la Maison Coup de pouce à Trois-Rivières et gagnante de la première édition du Prix Action. Le Jury était présidé par Karel Mayrand de la Fondation David Suzuki.

La Coop Le Grenier boréal, une coopérative de solidarité agroforestière de Minganie qui œuvre avec l'école et les familles de la région pour encourager l'alimentation saine, s'est vue décerner le grand prix : une bourse de 3000 $, gracieuseté du Mouvement Desjardins, et la visite de David Suzuki dans leur communauté au printemps prochain.

« Les citoyens impliqués dans la Coop Le Grenier boréal ont fait preuve d'une grande persévérance et d'une force de caractère lorsqu'ils ont lancé leur coopérative de production, transformation et commercialisation de produits issus de l'agriculture et de l'agroforesterie durables, surtout en milieu nordique où l'accès à des aliments locaux et sains est plutôt rare, souligne Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki. Nous saluons la Coop pour leurs efforts titanesques, qui ont d'énormes impacts sur la communauté, bien au-delà des avantages économiques, sociaux et environnementaux. Plus important encore, leur résilience et optimisme face à de multiples défis lance le message haut et fort aux citoyens dans la région et partout au Québec que tout est possible lorsque des gens passionnés se rassemblent autour d'un but commun. »

« Gagner ce prix signifie beaucoup pour nous, déclare Claude Lussier, représentant de la Coop Le Grenier boréal. Ce sont nos efforts de mettre un projet durable et ambitieux en place qui sont récompensés. Nous serons très fiers d'accueillir David Suzuki chez nous. Pour nous, c'est la consécration de nos efforts pour proposer une Minganie encore plus saine, plus verte, plus solidaire. Le bonheur de faire connaître notre beau coin de pays est grand et la visite de M. Suzuki donnera une belle visibilité à notre Coop, à notre belle municipalité maritime de Longue-Pointe-de-Mingan, à la MRC de Minganie et à la Côte-Nord. Nous espérons que cette visibilité donnera envie à d'autres d'initier ce genre de projet dans tous les milieux nordiques maritimes, et nous pouvons les aider. »

« Les coopératives enrichissent concrètement la vie des personnes et des collectivités dans lesquelles elles sont implantées. Le projet de la Coop Le Grenier Boréal l'illustre à merveille. La prise en charge et la solidarité qui ont animé les fondateurs de cette superbe initiative font bien ressortir certaines valeurs phares du milieu coopératif et toute la richesse des multiples retombées qui découlent de l'engagement citoyen. C'est notamment pour encourager des projets aussi durables et originaux sur les plans économiques, sociaux et environnementaux que nous appuyons le Prix Action et les activités de la Fondation David Suzuki », affirme Pauline D'Amboise, Secrétaire générale et vice-présidente gouvernance et responsabilité sociale du Mouvement des caisses Desjardins.

La Fondation salue également le projet Éco-Polyno situé à La Sarre en Abitibi, qui s'est vu décerner le prix du public, ayant récolté plus de 2300 votes en ligne. Au total, plus de 8200 citoyens ont voté pour leur projet préféré.

Le Prix Action David Suzuki a été conçu suite au succès retentissant de l'« Opération charme David Suzuki », un concours présenté par le Mouvement Desjardins et tenu en 2014 dans le cadre de la Tournée bleu Terre. La gagnante du 1er Prix Action était la Maison Coup de Pouce à Trois-Rivières.

Pour en savoir plus sur le Prix Action David Suzuki et les 10 finalistes : www.davidsuzuki.org/fr/prix-action
Pour en savoir plus sur le Grenier Boréal : http://www.grenierboreal.org/

- 30 -
Renseignements :

Manon Dubois Crôteau, directrice des communications pour le Québec
Fondation David Suzuki
514-679-0821, mdubois@davidsuzuki.org

Stratégie nationale sur les changements climatiques — Un pas dans la bonne direction, mais il en faudra bien davantage

Le 9 décembre 2016 | Affiché dans

Vancouver/Toronto /Montréal — La Fondation David Suzuki accueille favorablement le plan d'action climatique pancanadien annoncé aujourd'hui dans le cadre de la réunion des premiers ministres du pays, mais elle signale que le Canada doit instaurer davantage de mesures pour respecter son engagement envers l'Accord de Paris et l'objectif convenu de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 — 2 degrés Celsius.

« C'est un bon début pour mettre le Canada sur la voie d'un avenir plus propre et plus prospère sur les plans économique et environnemental, a déclaré Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki. Le Canada a enfin jeté les premières bases d'un réel plan national de lutte contre les changements climatiques qui, s'il est réalisé intégralement, permettra au pays de se rapprocher sensiblement de sa cible de réduction des émissions pour 2030. Ces politiques devront être améliorées avec le temps. »

Le gouvernement fédéral a certainement exercé un important leadership en déployant à l'échelle pancanadienne certaines des solutions climatiques provinciales les plus intéressantes, et en proposant des mesures supplémentaires.

Le plan d'action propose quelques solutions clés, notamment :
• une hausse du prix du carbone afin de favoriser l'innovation et le déploiement des énergies propres;
• l'élimination progressive de l'électricité produite à partir du charbon;
• un nouveau code du bâtiment qui stimulera l'efficacité énergétique des constructions résidentielles et autres;
• une norme sur les combustibles propres qui permettra de réduire les émissions issues des combustibles utilisés dans le transport;
• un engagement à investir 45 G$ sur 10 ans dans le transport collectif, les véhicules électriques et les infrastructures liées aux énergies renouvelables;
• l'exigence imposée au secteur pétrolier et gazier de réduire ses émissions de méthane.
• un mécanisme d'examen pour tenir les parties responsables de mettre en œuvre le plan.

La grande absente de la stratégie annoncée est toutefois une norme VZE (véhicule zéro émission) semblable à celles du Québec et de la Californie, qui rendrait plus accessibles et populariserait les véhicules électriques au Canada, quoique le plan n'inclue pas de mesures pour accroitre l'infrastructure de recharge pour les véhicules électriques. La Fondation s'inquiète également d'une concrétisation des projets d'oléoducs et d'infrastructures de GNL approuvés dernièrement, car cela empêcherait le Canada de réduire davantage ses émissions, condition néanmoins essentielle au maintien de la hausse de la température de la planète dans une fourchette sécuritaire. La réalisation de ces projets obligerait en outre d'autres secteurs de l'économie canadienne à une réduction draconienne de leurs propres émissions.

Nos décideurs doivent maintenant élaborer un calendrier d'implantation [des mesures annoncées] et expliquer de manière convaincante comment les nouveaux projets d'oléoducs et de GNL s'inscrivent dans le plan national de réduction des émissions d'au moins 30 pour cent par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030.

« Un plan crédible ne doit pas envoyer de messages contradictoires en ce qui touche aux priorités nationales, a ajouté Karel Mayrand. Toute action responsable sur le plan de la lutte contre les changements climatiques exige que l'on se détourne des combustibles fossiles et que l'on soutienne la diversification de l'économie, afin d'assurer aux citoyens de ce pays de bons emplois maintenant et dans l'avenir, tout en assurant la protection de l'environnement. Voilà ce qui serait agir véritablement dans l'intérêt du pays. »

L'on sait que la demande de combustibles fossiles — et partant, leurs marchés — est appelée à diminuer à mesure que se déploieront les mesures bien concrètes de lutte contre les changements climatiques dans les grandes économies à travers le monde. Aussi le Canada doit-il dès aujourd'hui s'engager sur la voie de la transition vers une économie propre et ainsi asseoir sa position concurrentielle sur le plan économique, assurer la pérennité de notre environnement et la qualité de vie de ses citoyens.

- 30 -

Personnes ressources:
Vancouver
Steve Kux, Fondation David Suzuki : 604-374-4102

Toronto
Gideon Forman, Fondation David Suzuki : 647-703-5957

Montréal (médias francophones)
Manon Dubois, Fondation David Suzuki : 514-679-0821

RÉACTION — Projet de loi sur les hydrocarbures : La Fondation David Suzuki demande au gouvernement de ne pas imposer de bâillon

Le 7 décembre 2016 | Affiché dans

Montréal — La Fondation David Suzuki déplore que le gouvernement du Québec envisage l'imposition du bâillon pour forcer l'adoption du projet de loi 106. La Fondation réitère sa demande de scinder le projet de loi en deux pour permettre l'adoption rapide du volet « transition énergétique » du projet de loi et la poursuite de l'étude du projet de loi sur les hydrocarbures qui comporte toujours des lacunes graves et qui fait face à une opposition quasi unanime.

« L'imposition du bâillon par le gouvernement ferait perdre toute légitimité au projet de loi sur les hydrocarbures. Le gouvernement doit se raviser et permettre la poursuite des débats sur ce projet de loi controversé. On ne rencontre pas l'acceptabilité sociale en suspendant les règles démocratiques », a déclaré Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki.

Rappelons que selon un récent sondage, 66% de la population s'oppose à l'exploitation d'hydrocarbures au Québec; un pourcentage similaire est contre la fracturation hydraulique et 88% contre l'expropriation. L'Union des producteurs agricoles du Québec, les municipalités et les groupes citoyens sont contre ce projet de loi.

- 30 -

Pour plus d'information :
Diego Creimer
Spécialiste, communications et affaires publiques
514-999-6743
dcreimer@davidsuzuki.org

COMMUNIQUÉ CONJOINT — Les espaces verts et les terres agricoles de la CCN valent cinq milliards de dollars

Le 6 décembre 2016 | Affiché dans

Ottawa - Les 55 000 hectares d'espaces verts et de terres agricoles de la Commission de la capitale nationale (CCN) fournissent chaque année des bénéfices environnementaux d'une valeur de 332 millions de dollars, ce qui comprend le contrôle de la qualité de l'air, la filtration de l'eau, la régulation du climat, le stockage du carbone et la protection des habitats. C'est ce que révèle une étude rendue publique aujourd'hui par la Fondation David Suzuki et la CCN.

L'étude intitulée Capital naturel : la valeur économique de la Trame verte de la Commission de la capitale nationale rend compte de la vitalité économique totale des espaces verts de la CCN. Elle a été réalisée par l'équipe de Jérôme Dupras, professeur au Département des sciences naturelles de l'Université du Québec en Outaouais et chercheur à l'Institut des sciences de la forêt tempérée.

L'étude s'appuie sur des méthodes bien établies pour calculer la valeur des « services écosystémiques » et estimer la valeur économique totale de 13 de ces services fournis par les espaces verts et les terres agricoles de la CCN, y compris les avantages financiers directs des produits agricoles et forestiers ainsi que les avantages indirects pour l'environnement et la santé.

L'étude conclut que les collectivités de la région de la capitale nationale reçoivent des avantages d'une valeur moyenne de 332 millions de dollars par année ou 5 milliards de dollars si l'on considère la valeur actualisée nette sur 20 ans des services que procurent les espaces verts de la CCN.

L'auteur principal de l'étude se joindra à la CCN et à la Fondation David Suzuki pour discuter de ses conclusions au labo d'urbanisme de la capitale de la CCN le mercredi 7 décembre à 18 h.

Les faits en bref

• Valeur moyenne des services rendus
par les écosystèmes de la CCN : 332 millions $/année
- valeur minimale 188 millions $/année
- valeur maximale 829 millions $/année

• Valeur annuelle par type d'écosystème de la CCN :
- Milieux humides 59 394 $/ha/année
- Forêts urbaines 9 352 $/ha/année
- Forêts rurales 4 183 $/ha/année
- Prairies et pâturages 3 338 $/ha/année
- Terres cultivées 1 363 $/ha/année
- Milieux aquatiques 137 $/ha/année

• Superficie totale des espaces verts de la CCN : 55 000 ha

• Les espaces verts de la CCN :
- Forêts 72 - Terres agricoles 10
- Zones urbaines 8 - Milieux humides 5
- Milieux aquatiques 5 %

Citations

« Les espaces verts de la Commission de la capitale nationale font partie de l'identité de la capitale du Canada et représentent une source importante de valeur économique pour nos collectivités. Cette étude démontre l'importance de la gestion par la CCN des parcs, des forêts, des terres agricoles, des eaux douces et des terres humides dans la région à la durabilité environnementale et économique de notre région de la capitale. »

—Dr. Mark Kristmanson, Chief Executive Officer, NCC

« Tout le monde peut voir la beauté des 55 000 hectares d'espaces verts sous l'intendance de la CCN et tout le monde peut en profiter. Cette étude ajoute à notre compréhension de tout ce que ces écosystèmes apportent à notre qualité de vie; elle nous rappelle la valeur de notre environnement pour le bien-être des générations futures. »
—Karel Mayrand, directeur général, Québec et région du Canada atlantique,
Fondation David Suzuki

« Notre équipe a utilisé des méthodes bien établies qui ont permis de calculer la valeur économique de 13 services écosystémiques. Les résultats donneront aux aménagistes et aux décideurs de nouveaux outils pour mieux protéger les écosystèmes et aménager le territoire ».
—Jérôme Dupras, auteur principal de « Capital naturel », professeur,
Département des sciences naturelles de l'Université du Québec en Outaouais, et
chercheur à l'Institut des sciences de la forêt tempérée


« Les biens naturels : l'or vert de la capitale » au labo d'urbanisme de la capitale

Les conclusions de l'étude intitulée Capital naturel : la valeur économique de la Trame verte de la Commission de la capitale nationale seront présentées demain soir (le mercredi 7 décembre 2016, de 18 h à 20 h) au labo d'urbanisme de la capitale de la CCN (40, rue Elgin, 2e étage, Ottawa). Les conférenciers seront :
• Jérôme Dupras, professeur au Département des sciences naturelles de l'Université du Québec en Outaouais, et chercheur à l'Institut des sciences de la forêt tempérée
• Karel Mayrand, directeur général, Québec et région du Canada atlantique, Fondation David Suzuki
• Stephanie Cairns, directrice, Collectivités durables, Smart Prosperity Institute

Liens

Capital naturel : la valeur économique de la Trame verte de la Commission de la capitale nationale
Labo d'urbanisme de la capitale de la CCN

Renseignements aux médias :

Jean Wolff
Relations avec les médias ‒ CCN
613-239-5678 poste 5703 (bureau)
613-797-0279 (cellulaire)
jean.wolff@ncc-ccn.ca

Diego Creimer
Fondation David Suzuki
514-871-4932 poste 1458 (bureau)
514-999-6743 (cellulaire)
dcreimer@davidsuzuki.org

Prix Action David Suzuki : dévoilement des 10 finalistes et appel au vote

Le 1 décembre 2016 | Affiché dans
Photo: Prix Action David Suzuki : dévoilement des 10 finalistes et appel au vote

La Fondation David Suzuki dévoile les 10 finalistes régionaux, invite le public à voter pour le projet citoyen le plus écolo du Québec

Montréal — C'est aujourd'hui que la Fondation David Suzuki dévoile les dix finalistes du « Prix Action David Suzuki », un concours panquébécois parrainé par le Mouvement Desjardins mettant en valeur les groupes citoyens ayant un impact concret et positif sur l'environnement et les communautés partout au Québec. Le grand gagnant se méritera une bourse de 3 000 $, gracieuseté de Desjardins, ainsi que la visite de David Suzuki, dans le but de faire rayonner son initiative écologique et d'inspirer ses concitoyens à s'activer pour protéger la planète.

Le public est maintenant convié à voter en ligne pour son projet préféré parmi les dix finalistes retenus. Le nombre de votes recueillis sera tenu en compte parmi plusieurs critères lors de la sélection du gagnant par un jury composé de 8 membres réputés dans le milieu de l'engagement citoyen, parmi lesquels : Laure Waridel (sociologue et co-fondatrice d'Equiterre), Melissa Mollen-Dupuis (co-fondatrice de Idle No More), Martine Gariépy (co-fondatrice de LOCO, épicerie biologique et zéro déchet), Mario Quintin, (Directeur Coopération, Affaires et Responsabilité sociale au Mouvement Desjardins), Camil Bouchard (ancien député), Paul Allard (président de Impak Finance), ainsi que Valérie Delage, représentante de la Maison Coup de pouce à Trois-Rivières et gagnante de la première édition du Prix Action en 2016. Le Jury sera présidé par Karel Mayrand de la Fondation David Suzuki.

Au total, près de 150 citoyennes et citoyens engagés de partout au Québec ont soumis leur projet, y compris des initiatives de zéro déchet, de jardins collectifs, de protection de boisés ou de rivières, de coopératives, de monnaie locale, de sensibilisation, de corridors pollinisateurs, de projets contre Énergie Est et bien plus.

La Fondation se dit ravie de l'abondance des candidatures reçues ainsi que de la diversité des projets :
« Nous avons été stupéfaits de constater le nombre de Québécois qui se mobilisent pour protéger leur environnement, déclare Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki. C'est pour cette raison que nous avons choisi cette année de mettre en valeur les projets de 10 finalistes plutôt que 8. Ces finalistes représentent non seulement les mouvements citoyens qui ne cessent de prendre de l'ampleur chez nous et partout dans le monde, ils démontrent également les impacts concrets et incroyables que peuvent avoir les citoyens dans leur communauté. »

Du 1er au 11 décembre 2016, les citoyens sont invités à voter pour leur projet préféré via le site Web de la Fondation David Suzuki : http://www.davidsuzuki.org/fr/prix-action

Liste des 10 finalistes :
1. Coule pas chez nous partout au Québec : comités citoyens soucieux de se doter d'outils de mobilisation efficaces afin de contrer le projet Énergie Est de TransCanada tout en faisant la promotion des alternatives vertes
2. Le jardin collectif de L'Accorderie du Granit Lac-Mégantic : un espace d'espoir et de résilience : ce jardin collectif fait de matériaux recyclés a pour but de favoriser la guérison de la communauté par la culture d'un jardin ouvert à tous
3. NousRire — Val-David et Montréal, avec antennes actives à Terrebonne, Trois-Rivières, Laval et Québec: un projet communautaire d'achat d'aliments biologiques et écoresponsables en vrac, qui touche déjà 2 000 membres et facilite l'accès à la nourriture bio à moindres frais
4. Éduque tes parents Avignon, Bonaventure et Rocher-Percé : un projet qui rassemble 27 écoles de Gaspésie, où les élèves réduisent leurs déchets à l'école et en famille pour tendre vers le zéro déchet
5. Du jardin des humains au jardin des abeilles Montréal (Université de Montréal) : un corridor écologique, composé de jardins nectarifères et de jardins collectifs ouverts à tous avec plantation d'arbres fruitiers
6. Eco-polyno — La Sarre en Abitibi : mise en place du compostage dans une école de 800 élèves qui se transforment en ambassadeurs verts dans la région
7. Grenier Boréal Mingan : une coopérative de solidarité agroforestière de Minganie, qui œuvre avec l'école et les familles du coin pour encourager l'alimentation saine
8. Incroyables Comestibles — Salaberry-de-Valleyfield : des citoyens transforment les espaces publics sous-exploités en potagers libre-service bio
9. Demain Waterville — Waterville : un mouvement citoyen fort de 300 membres, qui encourage citoyens et organismes à se mobiliser pour les solutions de demain : monnaie locale, groupe d'achats, jardins collectifs, etc.
10. Jardin communautaire des Coccinelles — Bromont : un jardin collectif éducatif et engagé, qui redonne à sa communauté : les légumes frais sont reversés à une banque alimentaire

- 30 -

Renseignements et demandes d'entrevue :

Manon Dubois, directrice des communications (Québec)
Fondation David Suzuki
514 679-0821, mdubois@davidsuzuki.org