L'art de vivre chez soi

Fabriquer son propre dentifrice

Photo: Fabriquer son propre dentifrice

Faites votre propre dentifrice et évitez les microbilles de plastique, le laurylsulfate de sodium et le triclosane. Merci à Delightfully Tacky(via Flickr)pour sa magnifique photo.

Par Lindsay Coulter avec la collaboration d'Andrée-Lise Therrien

Récemment, une étude américaine a publié que l'utilisation des produits de beauté biologiques diminuait les concentrations de certains perturbateurs endocriniens (des molécules qui interfèrent d'une manière ou d'une autre avec nos hormones). C'est sans surprise que plusieurs médias québécois ont repris la nouvelle et ainsi causé de nombreuses interrogations chez la population.

Comment s'y retrouver et poser les bons gestes? Il est normal de se sentir perdu. L'important est d'y aller une action à la fois. En plus de consulter la liste des 12 ingrédients à éviter lorsque vous désirez acheter un produits cosmétiques, nous vous proposons aussi de fabriquer votre propre dentifrice. Un geste minime, mais qui a de l'importance!

En effet, par ce geste simple, vous contribuez à :
• Éviter les microbilles de plastique pouvant contenir des substances toxiques, comme les phtalates et le bisphénol-A (BPA), qui peuvent se déverser dans l'eau ET être ingérés par les poissons et les oiseaux.
• Éviter le triclosane (un antibactérien), qui peut perturber le système endocrinien, favoriser la résistance de certaines bactéries aux antibiotiques ET nuire aux poissons et à d'autres organismes de la faune et la flore.
• Éviter le laurylsulfate de sodium (SDS), un agent moussant présent dans bon nombre de dentifrices commerciaux qui peut aussi être contaminé par du 1,4-dioxane, un cancérigène. Éviter un nouveau scandale dans l'univers des cosmétiques, comme celui des microbilles ou du talc pour bébés au pouvoir cancérigène.
• Économiser, car le dentifrice sans substances toxiques coûte généralement autour de 7 $ le tube.

Recette de dentifrice « Queen of Green »
Temps de préparation : cinq minutes
Durée de conservation : environ six mois

Ingrédients :
• 45 ml (3 c. à s.) d'huile de noix de coco certifiée biologique
• 45 ml (3 c. à s.) de bicarbonate de soude
• 5 gouttes d'une huile essentielle (facultatif) p. ex., menthe verte, arbre à thé
• 2,5 ml (½ c. à t.) de xylitol, de stevia ou de bentonite (facultatif)

Préparation :
Incorporez tous les ingrédients dans un contenant hermétique et pour former une pâte homogène. Vous pouvez faire fondre l'huile de noix de coco au préalable. Appropriez-vous cette recette en modifiant les proportions ou en ajoutant des ingrédients facultatifs pour obtenir la consistance, la saveur et le résultat désirés. (Vous pouvez également faire votre propre rince-bouche).

Note : Le xylitol est un édulcorant, mais il inhibe aussi la croissance des bactéries responsables de la formation des caries (le xylitol ne convient pas aux animaux). La bentonite, une variété d'argile, est utile car elle est alcaline et peut aider à la reminéralisation. Vous pouvez également remplacer l'huile de noix de coco par de la glycérine végétale qu'on retrouve dans les magasins d'aliments naturels.

Pas le temps de le faire vous-même? Faites des choix avisés lors de vos achats en évitant les 12 substances toxiques dans TOUS les produits de soins personnels !

La pyramide des économies d'énergie à domicile : les plus petits gestes sont payants!

Photo: La pyramide des économies d'énergie à domicile : les plus petits gestes sont payants!

(Crédit illustration : Écohabitation)

Par Écohabitation

On dit qu'une image vaut mille mots, voici une image qui vaut bien mille dollars dans votre compte d'Hydro! La Pyramide de Manu, appelons-la comme ça, classe les différents gestes à poser en commençant par la base et en terminant par les interventions plus pointues.

Elle démontre aussi que les petits gestes éco-énergétiques sont vite rentables et doivent primer sur les décisions spectaculaires. Un must!

Continuer »

Remèdes maisons pour dire adieu aux microbes

Photo: Remèdes maisons pour dire adieu aux microbes

Crédit photo : Asapix via Flickr

Par Lindsay Coulter avec la collaboration d'Andrée-Lise Therrien

C'est connu, l'hiver est l'incubateur idéal des microbes de toutes sortes. Voici donc quelques informations qui vous guideront afin de vous protéger sainement!

Tout d'abord, il n'y a aucune preuve que les produits antibactériens font un meilleur travail que le savon classique dans une maison. L'usage abusif d'ingrédients antibactériens comme le triclosan contribute à la création de superbactéries. Notre obsession avec les germes pourrait donc nous rendre malades.

Premièrement, magasiner intelligemment :
• Évitez tout produit libellé « antibactérien »
• Évitez le triclosan dans la liste de vos ingrédients
• Évitez le parfum (aussi appelé fragrance). Certains ingrédients contenus dans les fragrances peuvent déclencher des allergies et des crises d'asthme. Certains peuvent être cancérigènes et neurotoxiques. D'autres sont dangereux pour les poissons, la faune et la flore.
• Choisissez votre savon — une étude américaine a découvert le triclosan dans 76 % des savons liquides et seulement 29 pour cent de savonnettes (American Journal of Infection Control, 2002).
• Choisissez des produits qui détiennent la liste des ingrédients (particulièrement les produits de nettoyage pour la maison).
• Choisissez des produits à base de plantes
• Choisissez des produits contenants les labelles ECOLOGO ou Green Seal.

Si vous vivez ou travailler avec des enfants, les désinfectants non toxiques sont encore plus importants. Les enfants ne sont pas des adultes miniatures, ils absorbent beaucoup plus les produits chimiques que les adultes. Ils sont à proximité du sol, et ont un « instinct d'explorateur », ils mettent tout dans leurs bouches!

Les recettes maison qui tuent les germes!
Une manière de se sortir de la frénésie contre les bactéries est de fabriquer votre propre savon, et votre désinfectant pour les mains!

Le savon liquide pour les mains ou le corps
Préparé en 10 minutes
Dans un distributeur de savon (même ce en mousse) ajoutez :
• ¾ tasse (187,5 ml) d'eau
• ¼ cup (62,5 ml) de savon de castille liquide (non parfumé ou parfumé avec des huiles essentielles, disponible dans la plus des magasins d'aliments diététiques ou de produits naturels)

Jetez un œil à un précédent blogue qui explique comment fabriquer son savon en barre à froid avec des huiles végétales et des exfoliants naturels.

Désinfectant pour les mains
• ¼ tasse (62,5 ml) de gel d'aloès pur
• ½ tasse (125 ml) alcool de grain (ex : vodka) ou d'alcool à friction
• 5 à 8 gouttes d'huile essentielle d'arbre à thé ou de thym
• Facultatif : Ajoutez 2 cuillères (30 ml) de glycérine végétale pour combattre les effets de sècheresse
Mixez et stockez votre savon dans une bouteille
Gardez-en dans votre sac à langer, le sac à dos de votre enfant, à votre bureau, dans votre sac à main ou votre voiture.

Un vaporisateur de nettoyage multifonction
• Mélangez à quantité égale de l'eau et du vinaigre blanc
• Facultatif : Ajoutez 3 à 5 gouttes d'huile essentielle de thym

Versez-le dans un vaporisateur en bouteille. Utilisez-le pour nettoyer votre maison, nettoyez vos plans de travail, claviers, poignées de porte, etc.

L'acide acétique (vinaigre blanc) est un très bon désinfectant, désodorisant, et dégraissant. Il s'attaque aux salmonelles (certaines souches), E. coli et autres bactéries « Gram négatifs » qui peuvent causer pneumonie, méningite, infections du sang, blessures ou infections post opératoire. L'acide contenu dans le vinaigre croise la membrane des cellules bactériennes et libère des protons qui ont pour fonction de tuer la cellule. Heinz dévoilait un « nettoyant », une version de son vinaigre blanc, au lieu de 5 pour cent d'acide acétique, il en détient 6 — rien d'incroyable. Même que certains magasins « écolos » vendent une solution à 12 per cent. Le fait de simplement chauffer le vinaigre peut activer ses propriétés.

Désinfectant vaporisateur
Utilisez du peroxyde d'hydrogène (même formule que celui utilisé pour cicatrisé ou désinfecter les plaies) et transférez-le dans une bouteille sombre (il est sensible à la lumière).

À la différence du chlore et de l'eau de javel, le peroxyde d'hydrogène se dissout dans l'oxygène et dans l'eau, il est très bon pour l'environnement. Saviez-vous que l'eau de javel éco ou les agents de blanchiment oxygénés sont constitués de peroxyde d'hydrogène? À eux seuls, vinaigre et le peroxyde d'hydrogène sont de très bons tueurs de bactéries. Combiné, c'est encore mieux, ils sont 10 fois plus effectifs qu'un désinfectant seul ou que de l'eau de javel dans la cuisine.

ATTENTION : Ne les mélangez pas toutes les solutions proposées ensembles, ceci élimine leur propriété à détruire les germes, en revanche, utilisez l'un après l'autre fonctionnent très bien.

En savoir plus