Affichages récents

Toujours jeune, le vélo !

Photo: Toujours jeune, le vélo !

Crédit: Photo by Ilya Ilyukhin on Unsplash

Par David Suzuki

Il y aura deux cents ans ce mois-ci, une crise environnementale et énergétique inspirait l'une des plus grandes inventions : un appareil si simple, efficace et utile qu'il fait encore partie des solutions à la crise environnementale et énergétique actuelle.

Continuer »

La nature : la meilleure défense contre les inondations

Photo: La nature : la meilleure défense contre les inondations

Par David Suzuki

Les inondations de ce printemps au Canada ont bouleversé des vies et inondé des rues et des maisons. Pour sauver des collectivités, il a fallu recourir à des sacs de sable et à des digues. En Ontario et au Québec, les précipitations du mois d'avril ont atteint le double de la moyenne des 30 dernières années. En mai, des milliers de résidences de 130 municipalités québécoises, de la frontière ontarienne à la péninsule gaspésienne, ont été inondées. À Montréal, trois digues ont cédé, obligeant la ville à déclarer l'état d'urgence et les résidents à se lancer dans une course contre la montre pour sauver leur maison et leur famille. De son côté, le gouvernement ontarien a dû augmenter son fonds d'urgence pour contrer les inondations.

Continuer »

Pétrole et plastique étouffent la planète

Photo: Pétrole et plastique étouffent la planète

Par David Suzuki avec la participation en collaboration avec Ian Hanington, rédacteur en chef à la Fondation David Suzuki

Je suis sidéré par ces gens qui nient la responsabilité humaine dans le saccage des systèmes vitaux de la planète. Confrontés aux dommages évidents que nous causons à la biosphère — changements climatiques, pollution de l'eau et de l'air, tourbillons de déchets plastiques dans les océans, etc. — certains font fi de la réalité ou avancent des raisonnements fallacieux pour discréditer les messagers.

Continuer »

Crise climatique : Trump le paria

Photo: Crise climatique : Trump le paria

(Crédit : Matt Johnson via Flickr)

Par David Suzuki

En se retirant de l'Accord de Paris, le président américain Donald Trump a fait preuve d'une ignorance crasse à l'égard des changements climatiques et de l'accord lui-même. Comme a écrit David Roberts, journaliste sur les questions d'énergie et de climat à Vox, au sujet de l'annonce de Trump : «Cette déclaration est un modèle du genre, en ce sens que presque tous les passages contiennent des erreurs ou des faussetés.»

À la lumière des énoncés absurdes selon lesquels l'entente volontaire imposera «un fardeau financier et économique immense» aux États-Unis, des craintes mesquines et irrationnelles à l'effet qu'il confère des avantages à d'autres pays ou des allégations erronées sur la possibilité et la nécessité de renégocier l'entente, Trump est soit mal informé soit il ment.

Continuer »

L'intérêt de protéger les océans

Photo: L'intérêt de protéger les océans

(Crédit : Nathan McBride via Unsplash)

Par David Suzuki avec la participation de Theresa Beer, spécialiste principale des communications à la Fondation David Suzuki

Vous souvenez-vous de la cape d'invisibilité de Harry Potter ? Il semble que les sorciers ne soient pas les seuls à pouvoir disparaître grâce à un vêtement spécial. Des scientifiques marins ont découvert que des crustacés de type crevette appelés hyperiides peuvent se rendre invisibles grâce à une nanotechnologie interne.

L'été dernier, des scientifiques ont confirmé que le requin du Groenland pouvait vivre jusqu'à 400 ans, dépassant ainsi la baleine boréale et le sébaste à œil épineux pour le record de longévité documentée chez les vertébrés. Les chercheurs commencent à peine à percer le mystère de l'icosteus aenigmaticus, un poisson de deux mètres sans écailles, au squelette cartilagineux et au corps flasque qui vit dans les eaux de l'Alaska ou du poisson sans visage des eaux australiennes dont les yeux, les branchies et la bouche sont cachés.

Continuer »

Les nouveaux visages de la science et de la communication sur les changements climatiques

Photo: Les nouveaux visages de la science et de la communication sur les changements climatiques

Cette semaine, la Fondation David Suzuki a remis une bourse d'un an de 50 000 $ à trois éminents chercheurs canadiens qui passeront l'année 2017-2018 à étudier des solutions aux changements climatiques. Il s'agit de Melina Laboucan-Massimo, qui détient une maîtrise en gouvernance autochtone et qui fut retenue comme boursière en connaissances autochtones et changements climatiques, de Brett Dolter, Ph. D. en économie environnementale, boursier en économie des changements climatiques, et de Jérôme Laviolette, M.A. en sciences appliquées, boursier en transports et changements climatiques.

David Suzuki ne cesse de le répéter : les changements climatiques sont l'enjeu le plus sérieux et le plus urgent auquel nous faisons face, et pour aider à tracer la voie et à s'attaquer à la crise climatique imminente, nous devons former la prochaine génération de scientifiques afin que non seulement ils excellent en science dans les laboratoires et sur le terrain, mais pour qu'ils puissent également raconter des histoires et communiquer efficacement, et ainsi mobiliser des masses de gens dans le mouvement mondial vers une économie aux énergies propres.

Continuer »

Les longues heures de travail ont un prix

Photo: Les longues heures de travail ont un prix

(Source : Wikimedia Commons)

Par David Suzuki

En 1926, le fabricant d'automobiles américain Henry Ford a fait passer la semaine de travail de ses employés de six journées à cinq journées de huit heures sans diminuer leur salaire. C'était ce que réclamaient les travailleurs et les syndicats, et cela faisait suite à des réductions d'heures déjà accordées, car les semaines de travail atteignaient autrefois des sommets de sept journées de 84 heures et même de 100 heures.

Mais cette apparente réponse aux demandes des salariés n'était en fait qu'une décision d'affaires. Ford prévoyait une hausse de productivité et il savait que les travailleurs disposant de plus de temps et d'argent seraient portés à acheter et à utiliser les produits qu'ils fabriquaient. C'était un moyen d'encourager la consommation et la productivité pour accroître ses profits. Et il a réussi. Ford, l'un des plus importants employeurs des États-Unis de l'époque, était avant-gardiste ; la plupart des travailleurs de l'Amérique du Nord et d'autres continents n'ont eu accès à la semaine de 40 heures qu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Continuer »