Affichages récents S'abonner au flux RSS de tous nos blogues

Le ski, c'est fini? Quand le sport et l'environnement se rencontrent

Photo: Le ski, c'est fini? Quand le sport et l'environnement se rencontrent

(Crédit : Lukas Neasi via Unsplash)

Par Louise Hénault-Ethier, Chef des projets scientifiques à la Fondation David Suzuki et Alex Piche, chroniqueuse sportive

Tandis que le printemps s'installe pour de bon, au grand bonheur des citadins, les amateurs de sports d'hiver amorcent le deuil de la fin de la saison de glisse. Passionné(e)s de sport ou d'environnement se sont rencontrés pour dresser un portrait de cette fin de saison, mais cette fois-ci ils n'étaient pas sur les pistes comme convenu — la pluie ayant entraîné une fermeture impromptue des stations comme St-Sauveur ou Bromont qui défient normalement et habilement le printemps avec leur abondant enneigement artificiel. Est-ce que l'industrie du ski est menacée par les changements climatiques?

On a souvent l'impression que les bancs de neige étaient plus grands quand on était petits qu'aujourd'hui. Selon un article de l'agence Science Presse, ce n'est pas seulement parce qu'on a grandi que l'on a l'impression que les bancs de neige rapetissent. À Montréal, la normale historique serait d'environ 210 cm de neige par année, mais l'année 1970-1971 aurait marqué un record avec 383 cm. Depuis les années 70, c'est la dégringolade comme le confirme le consortium Ouranos : l'épaisseur de neige dans le sud du Québec diminue et la saison enneigée raccourcit.

Continuer »

La nature intacte est une assurance qui couvre notre ignorance

Photo: La nature intacte est une assurance qui couvre notre ignorance

David Suzuki près de la rivière Hart River, au Yukon (Crédit: www.protectpeel.ca)

Par David Suzuki

En 2011, nous avons descendu en famille la rivière Hart, au Yukon. C'est l'une des sept rivières intouchées du bassin versant de la rivière Peel, une étendue sauvage de 68 000 kilomètres carrés qui est au cœur d'une bataille juridique depuis de nombreuses années et l'objet d'un débat sur l'aménagement du territoire depuis plus de dix ans. Pendant deux semaines, nous avons pêché dans les eaux claires et vives de la rivière et contemplé les pics de dolomite et de calcaire des monts Ogilvie.

La plupart des Canadiens ne sont jamais allés dans le Nord, encore moins dans le lointain bassin Peel. Par contre, il fascine beaucoup de gens, réconfortés à l'idée que nous avons encore de vastes espaces naturels intouchés où la faune et la biodiversité continuent d'échapper à l'emprise des humains. Des contrées comme le bassin Peel deviennent de plus en plus rares, car l'humain — l'espèce la plus vorace sur terre — continue d'empiéter sur la nature sauvage qui assure la salubrité de son air, de son eau et de sa nourriture.

Continuer »

Fausse info sur l'énergie fossile

Photo: Fausse info sur l'énergie fossile

Banksy art, Regent's Canal, London (Crédit : Magnus D via Flickr)

Par David Suzuki

Apparemment, les entreprises d'énergies fossiles protègeraient les rivières et les bassins hydrographiques par l'extraction de pétrole. C'est du moins ce que prétendent des commentaires affichés sur la page Facebook de la Fondation David Suzuki et ailleurs. Ils disent entre autres : «Le niveau de contamination occasionné par l'extraction est de loin inférieur à celui qui serait enregistré si on laissait le pétrole dans le sol polluer les cours d'eau.»

La «logique» des climatosceptiques et des anti-environnementalistes est souvent déconcertante. La personne qui a affiché ce commentaire ne se présente pas comme une spécialiste du domaine. En revanche, l'anti-environnementaliste canadien Patrick Moore capitalise sur son diplôme en sciences et sa longue association avec Greenpeace pour se faire le complice des industries polluantes. En 2011, il a déclaré au Vancouver Sun que les entreprises pétrolières «laissaient le sol plus propre qu'elles l'avaient trouvé parce qu'elles en extrayaient le pétrole.»

Continuer »

Pour retrouver sa grandeur, il faut avancer, pas reculer

Photo: Pour retrouver sa grandeur, il faut avancer, pas reculer

(Crédit : David Ingram via Flickr)

Par David Suzuki

Deux camps s'affrontent —littéralement, dans certains cas. D'un côté se tiennent ceux qui tirent de juteux profits des combustibles fossiles, bien déterminés à en intensifier l'extraction et la vente jusqu'à ce que le marché se tarisse. De l'autre côté, on retrouve ceux qui voient le potentiel incroyable de la conservation de l'énergie, des énergies renouvelables et des autres innovations pour réduire la pollution, les émissions de gaz à effet de serre, la destruction des écosystèmes et l'exploitation de précieuses ressources non renouvelables.

Malgré les initiatives internationales, comme l'Accord de Paris en 2015, fondées sur des décennies d'études et de preuves recueillies dans le monde entier sur l'origine humaine du réchauffement climatique, ceux qui sont prêts à mettre en péril la santé et la survie humaines pour faire des profits à court terme tirés d'une industrie destructrice en déclin semblent avoir l'avantage du terrain pour l'instant.

Continuer »

REEE : le cochon de porcelaine sur la flaque de pétrole

Photo: REEE : le cochon de porcelaine sur la flaque de pétrole

(Crédit : Alexander Dummer via Unsplash)

Par Diego Creimer, Communications et Affaires publiques

Quand je contemple mes enfants Gaspard et Félix après le souper, la famille encore à table échangeant souvent sur le déroulement de la journée à l'école et au travail, je me plais en silence à imaginer ce qu'il adviendra d'eux une fois adultes, les métiers qu'ils choisiront, les valeurs qui les animeront et les batailles qu'ils mèneront. C'est probablement l'un des passe-temps universels des parents fiers et rêveurs.

Peu de temps après la naissance de chacun de ces enfants, un conseiller en placements épargne-études est venu nous vendre un de ces fameux plans qui permettent de mettre de l'argent de côté, dans un petit abri fiscal, pour le dépenser ensuite dans des frais et dépenses liés aux études une fois les enfants admis dans une institution reconnue par le Ministère de l'Éducation. Beaucoup de parents au Québec et au Canada ont probablement reçu une visite semblable et plusieurs ont souscrit à un régime enregistré d'épargne-études (REEE) collectif.

Nous avons ainsi commencé à remplir cette grande tirelire qui servira à éduquer nos enfants et auquel le gouvernement contribue aussi généreusement.

Continuer »

Le gouvernement doit régler le problème d'eau des Premières Nations

Photo: Le gouvernement doit régler le problème d'eau des Premières Nations

(Crédit : Sam Cox via Flickr)

Par David Suzuki

La Première Nation Neskantaga, en Ontario, doit faire bouillir son eau depuis 1995. «Ça fait déjà plus de 20 ans que notre peuple ne peut ni boire l'eau du robinet ni se laver sans avoir des boutons», déclarait le Chef Neskantaga Wayne Moonias aux nouvelles de CBC en 2015. Leur problème d'eau n'est toujours pas réglé.

Ils ne sont les seuls. L'automne dernier, les autorités ont émis 156 avis sur la qualité de l'eau potable chez les Premières Nations au Canada. Plus d'une centaine d'avis sont régulièrement en vigueur, certains depuis des années, voire des décennies. Selon l'enquête de CBC en 2015, «les deux tiers de toutes les communautés autochtones canadiennes ont reçu au moins un avis sur la qualité de l'eau potable à un moment donné au cours des dix dernières années».

Continuer »

Les monarques ont besoin de vous — plus que jamais!

Photo: Les monarques ont besoin de vous - plus que jamais!

(Crédit: Tiago Fernandes)

Par Jode Roberts

Il y a quelques semaines, le temps était à la tempête de papillons ! En voici une preuve sur vidéo. Je visitais un sanctuaire de papillons, situé sur le sommet d'une colline près de Mexico, là où les monarques venant du Canada et du Midwest américain passent leurs hivers. Les petites bestioles se collent aux branches, en grappes si denses qu'elles font ployer les branches de sapins monumentaux. Lorsque le soleil réchauffe la forêt, les papillons se mettent à virevolter, se posant souvent brièvement au sol.

Continuer »