Affichages récents S'abonner au flux RSS de tous nos blogues

Nouvelle étude scientifique : les objectifs de l'Accord de Paris déjà hors d'atteinte?

Le Nid du Colvert | Le 27 septembre 2016 | Laissez un commentaire
Photo: Nouvelle étude scientifique : les objectifs de l'Accord de Paris déjà hors d'atteinte?

Par Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki

À Paris, en décembre 2015, la communauté internationale s'est engagée à limiter le réchauffement climatique sous les deux degrés Celsius, tout en tentant de le garder sous le seuil de 1,5 degrés Celsius. Une étude publiée par Oil Change International met pour la première fois en relation ces objectifs avec les ressources de combustibles fossiles déjà en production dans le monde.

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le total d'émissions de gaz à effet de serre (GES) que nous pouvons émettre pour rester sous le seuil des deux degrés de réchauffement est 843 milliards de tonnes de CO2. Or, les réserves présentement en exploitation de pétrole, de charbon et de gaz émettront 941 milliards de tonnes de CO2 si elles sont exploitées en totalité. Même si toutes les sources de charbon étaient mises au rancart, les gisements de gaz et de pétrole en exploitation mèneraient au dépassement du seuil des 1,5 degrés.

Continuer »

La réalité virtuelle : mieux que la vie réelle?

Photo: La réalité virtuelle  : mieux que la vie réelle?

(Crédit : Kārlis Dambrāns via Flickr)

Par David Suzuki

La révolution numérique atteint de nouvelles frontières tous les jours. La technologie est ainsi faite. Je me souviens quand Hewlett-Packard a présenté son premier ordinateur « portable », qui stockait une page et demie d'écriture. Cela a révolutionné ma vie comme chroniqueur de journal, me permettant d'écrire à bord d'un avion ou dans une tente et de soumettre des articles via un téléphone. Je n'aurais jamais imaginé les progrès constants qui conduiraient aux puissants portables, tablettes et ordinateurs de poche d'aujourd'hui.

Continuer »

Investir dans les énergies de l'avenir. Désinvestir dans celles du passé.

La science en action | Le 28 juin 2016
Photo: Investir dans les énergies de l'avenir. Désinvestir dans celles du passé.

Par David Suzuki

Si nous poursuivons l'extraction et l'utilisation des énergies fossiles au rythme actuel, nous n'avons aucune chance d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris 2015 sur les changements climatiques. Pour assurer à l'humanité un avenir sain et prometteur, les gouvernements doivent respecter leur engagement de limiter d'ici 2050 le réchauffement mondial à 1,5 ou 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Selon de nombreux experts, pour atteindre cet objectif, jusqu'à 80 pour cent des réserves de pétrole, de charbon et de gaz naturel doivent rester dans le sol. C'est pourquoi les combustibles fossiles représentent un mauvais investissement, ce que les analystes appellent des « actifs improductifs ».

Continuer »

La nature apaise le cerveau et guérit le corps

Photo: La nature apaise le cerveau et guérit le corps

Crédit : Bảo-Quân Nguyễn via Unsplash

Par David Suzuki

En grande partie, notre cerveau n'a pas évolué en milieu urbain. Or, d'ici quelques décennies, près de 70 pour cent de la population mondiale vivra dans les villes. Malgré la prospérité que nous associons aux villes, l'urbanisation constitue un enjeu de santé majeur. Le rythme rapide de la vie urbaine est source de stress. Nous en constatons les conséquences sur le cerveau et le comportement des gens qui ont grandi dans une ville ou qui y vivent.

Sur le plan positif, les citadins sont en moyenne plus riches et bénéficient de soins de santé, d'une nutrition et de conditions sanitaires supérieurs. Par contre, ils sont plus vulnérables aux maladies chroniques et sont confrontés à un environnement social plus stressant et plus exigeant, ainsi qu'à des inégalités plus grandes. En fait, les habitants des villes sont 21 pour cent plus à risque de souffrir de troubles anxieux. Dans le cas des troubles de l'humeur, ce risque grimpe à 39 pour cent.

Continuer »

Pourquoi Énergie Est ne relancera pas l'économie albertaine

Photo: Pourquoi Énergie Est ne relancera pas l'économie albertaine

Crédit : Aaron Holmes via Flickr

Par Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki

Depuis l'effondrement des cours du pétrole, l'économie albertaine bat de l'aile. Avec le pétrole qui avoisine les 40$ le baril depuis plus d'un an, les investissements dans le secteur pétrolier se sont contractés de 62% depuis le sommet de 2014. Le nombre de puits forés est passé de 10 400 en 2014 à un total prévu de 3500 en 2016, soit un recul de 66%. L'économie albertaine est entrée en récession et a subi une perte nette de 19 500 emplois en 2015 et le taux de chômage s'établit maintenant à 7,9%. Dans son dernier budget, le gouvernement albertain a annoncé un déficit de 10,4 milliards $, soit près de 20% du budget provincial.

Devant les difficultés économiques de l'Alberta, plusieurs voix se sont fait entendre ces dernières semaines pour que le projet Énergie Est soit approuvé sans délai pour relancer le secteur pétrolier et l'économie albertaine dans son ensemble. Selon ses partisans, Énergie Est permettrait d'augmenter la capacité de transport, et donc la production albertaine, de lui assurer un meilleur prix sur le marché mondial et de mettre immédiatement en branle des investissements privés pour relancer l'économie de la province. Aucun de ces arguments ne tient la route.

Continuer »

Tous à l'asclépiade — Les papillons monarques ont besoin de notre aide!

Photo: Tous à l'asclépiade - Les papillons monarques ont besoin de notre aide!

Crédit : Tiago J. G. Fernandes via Flickr

Par David Suzuki

Il y a trois ans, on rapportait que la population de papillons monarques dans l'est de l'Amérique du Nord avait dégringolé à 35 millions d'individus, une chute de plus de 95 pour cent par rapport aux années 1990. On constatait que plus d'un milliard de plants d'asclépiade — la plante est essentielle à la survie de l'espèce — avaient disparu le long du parcours migratoire du papillon, depuis les sites d'hivernage au Mexique jusqu'à son habitat estival au Canada.

Il fallait donc, afin d'avoir quelques espoirs de sauver l'espèce, replanter de l'asclépiade rapidement. Sauf que dans de nombreuses provinces et états, l'asclépiade est classée dans les plantes « nuisibles », l'on se doute bien que peu de centres de jardinage et pépinières s'amusent à offrir des « mauvaises » herbes.

Continuer »

Pourquoi je vais rendre mon diplôme à l'université McGill

Photo: Pourquoi je vais rendre mon diplôme à l'université McGill

Crédit : Viola Ng via Flickr

Par Karel Mayrand, Directeur général pour le Québec, Fondation David Suzuki Président, Réalité climatique Canada (organisme fondé par Al Gore) Fier diplômé de l’université McGill

Par Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki

Je me souviens bien du jour, il y a 22 ans, où j'ai rendu mon dernier examen et quitté définitivement le campus de l'université McGill. Je me souviens très bien de la fierté que j'ai éprouvée à ce moment précis. J'ai grandi à Rimouski, une ville où l'on entendait guère d'anglais, et j'avais l'impression en obtenant un diplôme de McGill d'avoir gravi le mont Everest. Cette année-là, le conférencier invité de la cérémonie de diplomation était Élie Wiesel, dont je n'oublierai jamais les paroles : « le contraire de l'amour ce n'est pas la haine, c'est l'indifférence ». Il nous disait par là que ce diplôme engageait une responsabilité, un devoir. Le devoir de ne pas tourner le dos à un enjeu moral, le devoir de prendre position pour ce que nous estimons être juste. Ces quelques paroles sont un des plus beaux cadeaux qui m'ait été donné.

Continuer »