Biodiversité et entreprises | Cercle scientifique | Fondation David Suzuki
Photo: Biodiversité et entreprises

(Crédit: Pieter Musterd via Flickr)

Par Jérôme Dupras

Dans ce court billet, je vous propose une lecture particulièrement intéressante qui jette un regard sur les différents liens qui unissent biodiversité et économie. Alors qu'une impression répandue oppose nature et industrie, l'ouvrage Intégrer la biodiversité dans les stratégies
d'entreprises : le Bilan Biodiversité des organisations écrit par Joël Houdet, pour l'Association Orée et la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, s'efforce de démontrer comment la biodiversité est l'une des grandes forces motrices de l'économie à travers son interaction multi-niveaux avec les entreprises.

Avant 2005, année de publication de travaux importants (e.g. le Millenium Ecosystem Assessment) et de rencontres marquantes (e.g. la Conférence de Paris), le regard entreprenarial sur la diversité biologique était bien souvent relégué au second plan. On préférait généralement s'attarder à la question des changements climatiques, en raison du ton alarmiste donné aux résultats des recherches et à une complexité de gestion beaucoup moins grande, la question des changements climatiques en entreprise pouvant se résumer dans la majeure partie des cas aux bourses du carbone. Après une prise de conscience rapide et marquée, plusieurs projets sont mis sur pied pour à la fois évaluer le lien entre biodiversité et entreprises, poser un diagnostic et proposer des angles d'intégration améliorés. C'est le cas de l'étude de l'Association Orée qui se demande à quel point une entreprise est dépendante de la nature, tant au niveau de sa technologie que de ses matières premières et de ses impacts; bref à quel niveau son bénéfice est tributaire des apports du vivant.

Leur analyse se base sur cinq grands thèmes :

Les critères envers le monde du vivant,
Les critères liés aux stratégies de l'organisation,
Les critères liés à la compensation des impacts,
Les critères liés aux impacts sur la biodiversité,
Les critères liés aux marchés actuels.

Appliquée à 25 compagnies, cette grille d'analyse dresse un portrait fort intéressant des liens de dépendance, tout comme des forces et faiblesses de chaque organisation face à la biodiversité. Autre point fort de la recherche, le nombre et la qualité (en terme de poids économique dans l'économie française) des entreprises qui y ont participé, citons Yves Rocher, Groupe Carrefour, LVMH, Gaz de France et Veolia Environnement, ce qui a permis de crédibiliser la recherche tout en lui offrant une médiatisation méritée.

L'Associatio Orée tire une série de conclusions et de propositions stratégiques basées sur le thème de l'interaction; bien que chaque secteur d'activité industrielle ait un lien différent avec la biodiversité, pour tout secteur économique la biodiversité représente pour aujourd'hui et demain une police d'assurance dont on ne peut se passer. La biodiversité constitue une «... réserve de réponses du monde vivant aux changements écosystémiques...» qui, il y a fort à parier, seront bien réels dans les décennies à venir.

Pour les intéressés, voici le lien vers le site de l'Association Orée. Vous y trouverez le guide, téléchargeable gratuitement.

À bientôt.

2 mars 2010

Pour en savoir plus