Noire histoire que cette marée | Cercle scientifique | Fondation David Suzuki
Photo: Noire histoire que cette marée

(Crédit: 1suisse via Flickr)

Par Magali Houde

Chaque fois les images nous glacent le sang. La nappe de pétrole qui se répand au gré des vents et marées. L'impuissance de l'homme à arrêter le déversement. Les animaux prisonniers de substance noire. Les cadavres jonchant les plages. Il n'y a aucun doute que l'explosion de la plateforme de forage dans le Golfe du Mexique, ainsi que les nombreux accidents et déversements survenus au cours des dernières décennies (1), sont qualifiables de désastres écologiques.

Les impacts de cet accident pétrolifère au large des côtes de la Louisiane se produisent présentement à plusieurs niveaux. La présence de la nappe de pétrole affecte en premier lieu les animaux de surface tels que les mammifères marins, les tortues et les oiseaux. Les oiseaux comptent en fait parmi les êtres les plus sensibles au contact avec le pétrole. Une seule goutte peut gravement affecter l'imperméabilité des plumes. Le plumage mouillé résulte en une perte de l'isolation externe, entraînant les oiseaux à puiser dans leur réserve de graisse pour contrer les variations de températures. Ces stress physiques et physiologiques affectent directement la flottabilité et la capacité de vol des oiseaux. De plus, les efforts déployés par l'animal pour nettoyer son plumage l'explose grandement aux substances toxiques composant le pétrole par les voies orales et respiratoires. L'animal succombera donc d'hypothermie, de faim ou d'empoisonnement.

L'exposition des organismes aquatiques aux hydrocarbures du pétrole peuvent avoir des effets toxiques sur plusieurs fonctions biologiques. La persistance de ces substances dans l'environnement entraîne une exposition continue de certaines espèces à ces polluants qui peut perdurer des décennies. De plus, l'exposition des oeufs de poissons, de reptiles ou d'oiseaux aux hydrocarbures peut affecter la formation et la survie des petits.

L'étendue de pétrole sur l'eau entraîne aussi une asphyxie du milieu aquatique causée par l'impossibilité pour les algues et les phytoplanctons d'effectuer la photosynthèse essentielle à l'oxygénation de l'eau. Les plantes marines, les planctons et les organismes filtreurs sont particulièrement touchés par l'absorption d'hydrocarbures. Ces organismes, qui constituent le premier niveau du réseau trophique, peuvent accumuler une fraction des éléments composants le pétrole et contaminer la chaîne alimentaire.

La faune et la flore des zones côtières terrestres peuvent aussi être perturbées par la marée noire. La destruction d'habitats, servant d'abri et de source de nourriture, peut gravement nuire à la survie des animaux. Ces régions côtières sont aussi des zones de ponte et de reproduction pour plusieurs espèces de poissons dont celle du thon. De plus, la végétation et les marécages de cette région du sud des États-Unis, servent d'importantes protections naturelles contre les tempêtes tropicales.

Il faut aussi noter l'importance des effets des accidents écologiques de cette nature sur l'économie de la région touchée ainsi que sur la population humaine affectée. L'exemple de la population de Cordova en Alaska, fortement ébranlée par l'accident du Exxon Valdez, en est un exemple accablant(2). La Louisiane possède le plus grand commerce de crevettes, huîtres, crabes et écrevisses des États-Unis (33% de la production nationale), l'industrie représentant un emploi sur 70 dans cet état(3). Les Louisianais, qui ont eu leur part de malheur avec l'ouragan Katrina en 2005, devront maintenant investir efforts, énergies et espoirs afin de faire face à cet événement. Espérons qu'ils soient aidés et soutenus de juste façon.

—————

(1) CEDRE (Centre de documentation de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux);
(2) The nature of things — Black Wave: The Legacy of the Exxon Valdez / Marée noire, l'héritage de l'Exxon Valdez (RDI Grands Reportages)
(3) Wall Street Journal

13 mai 2010

Pour en savoir plus