Nous sommes l'environnement | Cercle scientifique | Fondation David Suzuki
Photo: Nous sommes l'environnement

Crédit : xiangxi via Flickr

Par Jean-Patrick Toussaint

La Fondation David Suzuki publiait en Octobre 2010 un rapport faisant l'état des produits chimiques toxiques contenus dans les cosmétiques que nous employons à tous les jours. Le constat plutôt troublant de ce rapport vient principalement du fait que plusieurs composés chimiques que l'on retrouve dans nos produits de beauté sont non seulement dommageable pour la santé, mais également pour notre environnement. La Fondation appelait donc à une meilleure réglementation des ingrédients contenus dans les cosmétiques et de l'étiquetage de ces ingrédients.

Suite à cette publication, des professionnels issus du milieu de la cosmétique on voulu apporter des nuances quant à l'interprétation des résultats du rapport. L'exemple le plus frappant provient d'une chimiste et cosmétologue reprochant à la Fondation de « ...mélanger ce qui est nocif pour l'humain et ce qui est dangereux pour l'environnement », indiquant que ce sont là deux choses différentes!

Cette remarque reflète la réalité à laquelle nous faisons face : pour bien des gens, l'environnement et l'humain sont totalement indépendants. Or, nous faisons partie intégrante de l'environnement... nous sommes l'environnement. C'est d'ailleurs le message que véhicule la Fondation David Suzuki depuis sa création.

Ne répétons pas les erreurs du passé. À titre d'exemple, les BPC, (biphényles polychorés) étaient une découverte fantastique au début du XXème siècle. Leur propriétés chimiques faisaient d'eux d'excellents candidats pour être employés à diverses fins (ex. : liquides refroidissants pour transformateurs électriques, lubrifiants, etc.). Pourtant, ces mêmes propriétés chimiques ont aussi contribué à leur accumulation dans l'environnement, y compris chez plusieurs organismes vivants dont l'humain, ayant comme conséquences de contribuer à perturber le système endocrinien et d'agir en tant qu'agents cancérogènes.

Le fait qu'un produit ait une fragrance plutôt agréable, ou même qu'il soit étiqueté « naturel », ne signifie pas qu'il est inoffensif pour notre santé et notre environnement — d'autant plus que la plupart des produits cosmétiques finiront leurs jours dans nos systèmes d'approvisionnement en eau, dans le sol, et dans l'air. Soyons donc plus vigilent quant aux produits que nous utilisons et n'oublions pas que ce que nous faisons à l'environnement, nous le faisons à nous-mêmes.

Jamais le dicton voulant qu'il « n'est pas toujours bon de se fier aux apparences » n'aura été aussi vrai!

27 octobre 2010