2012 : Année internationale de l'énergie durable pour tous | Cercle scientifique | Fondation David Suzuki
Photo: 2012 : Année internationale de l'énergie durable pour tous

(Crédit : Diane Bastien)

Par Diane Bastien

Après l'année internationale de la forêt, voilà que l'ONU a déclaré 2012 comme l'année internationale de l'énergie durable pour tous. L'énergie étant l'élément central ayant permis l'amélioration de notre qualité de vie au cours des deux derniers siècles, elle constitue un pilier fondateur de notre société moderne. Néanmoins, elle est aussi une importante source de pollution affectant la qualité de notre environnement et notre santé. Le triste épisode du grand smog de Londres, qui aurait terrassé jusqu'à 12 000 personnes en 1952 (1), nous rappelle les risques associés à la combustion en milieu urbain.

Soixante ans plus tard, les combustibles fossiles fournissent toujours la majorité de l'énergie de la planète*. Les épisodes de smog, moins virulents, continuent malgré tout de tuer à petit feu dans les grands centres urbains de la planète. Comme les réserves mondiales de charbon, de pétrole, de gaz naturel et d'uranium pourront répondre aux besoins énergétiques de l'humanité pour encore un demi à deux siècles au maximum, il faudra inévitablement recourir à des formes d'énergie durables tôt ou tard.

Comme la construction d'infrastructures d'énergies renouvelables, que ce soit un barrage hydroélectrique, des éoliennes ou des panneaux solaires, nécessite de l'énergie, il serait judicieux de s'assurer d'avoir les infrastructures renouvelables nécessaires pour combler la demande énergétique mondiale avant l'épuisement des combustibles non renouvelables.

Sur quelle énergie renouvelable la planète devrait-elle miser? Sur chacune d'entres elles! Selon les régions, elles sont plus ou moins bien nanties en ressources hydriques, solaires et éoliennes. La ressource à prioriser dépend donc beaucoup des ressources locales. Combiner l'exploitation de différentes sources renouvelables permet d'améliorer la stabilité de l'approvisionnement. L'hydroélectricité, grâce à sa capacité à stocker l'énergie par ses barrages, facilite l'intégration de l'énergie solaire et éolienne, ayant une plus grande variabilité quotidienne.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Néanmoins, selon moi, l'énergie solaire est destinée à devenir la reine des énergies renouvelables. Premièrement, bien que la radiation solaire ne soit pas uniforme à l'échelle de la planète, toutes les régions du monde en reçoivent abondamment, des pôles à l'Équateur. Deuxièmement, elle est celle avec le plus grand potentiel : elle pourrait assouvir 2850 fois les besoins mondiaux actuels en énergie, contrairement à 200 fois pour l'éolien et seulement une fois pour l'hydroélectricité (2). Troisièmement, elle est la seule énergie renouvelable qui peut s'exploiter facilement de façon décentralisée, c'est-à-dire intégrée aux bâtiments. Produire de l'énergie là où elle est consommée, dans les bâtiments, rend ceux-ci plus sécuritaires et résilients en cas de panne du réseau.

C'est l'énergie la plus « démocratique », la plus facile à capter : avec quelques connaissances de base, un propriétaire peu facilement concevoir sa maison de sorte à capter les rayons du soleil pour le chauffage et l'éclairage naturel de sa maison. De plus, de nombreux patenteux ont construits des collecteurs solaires thermiques « faits maisons » en réutilisant des matériaux. Construire sa propre éolienne ou turbine hydroélectrique est beaucoup plus laborieux...

Mais qu'en est-il de la réalité économique? Avons-nous les moyens de capter l'énergie du soleil? Je poserais la question autrement... Avons-nous les moyens de nous en passer?

Sous l'ère des combustibles à bon marché, oui, il était possible d'assouvir nos besoins énergétiques sans l'astre céleste. Toutefois, cette ère est clairement révolue.

Une maison solaire passive coûte environ 5% plus cher qu'une maison conventionnelle et ne coûte que 400$ à chauffer avec des plinthes électriques (3). En comparaison avec une maison neuve conventionnelle à 250 000$ qui coûte 2 000$ de chauffage par année, on réalise une économie de 20 000 $ après vingt ans. En tenant compte de l'inflation du prix de l'énergie, cette économie est en réalité encore plus substantielle.

Mais qu'en est-il du prix des panneaux photovoltaïques? Au Québec, la production d'électricité à partir de panneaux photovoltaïques revient actuellement à 18-27 ₵/kWh (4). En comparaison au tarif d'Hydro-Québec, qui se situe entre 5 et 7 ₵/kWh, c'est effectivement plus élevé. Sachez toutefois que même en étant plus dispendieuse que l'hydroélectricité, utiliser l'énergie photovoltaïque pour alimenter des voitures électriques est, dès maintenant, moins cher que le pétrole (5).

L'association canadienne des industries solaires (CanSIA) prévoit que, d'ici 2025, l'énergie solaire photovoltaïque aura atteint la parité économique avec les autres sources d'énergie. 2025, c'est dans 13 ans! Pas demain, mais disons après-demain... Si nous voulons profiter de la croissance de cette industrie, il faut s'y lancer dès maintenant.

Malheureusement, c'est le contraire qui se passe actuellement au Québec... Nous perdons actuellement nos entreprises solaires. Elles mettent la clé sous la porte et déménagent en Ontario, afin de profiter du boum solaire chez nos voisins, comme Centenniel Solar, qui a fermé son usine de St-Laurent pour s'installer à Kingston (6).

Le Québec est en position enviable : 97% de son électricité est renouvelable, et bon marché de surcroit. Il y a là une opportunité afin d'attirer des entreprises solaires pour qu'elles manufacturent leurs panneaux solaires ici même. Nous pourrions développer un label : énergie renouvelable produite à partir d'énergie renouvelable. Voilà un cycle vraiment durable.

Pour l'industrie photovoltaïque, deux choix s'offrent à nous : être proactif et développer une industrie locale, ou acheter les panneaux chinois (ou ontarien) en 2025 lorsque la parité économique sera atteinte.

Négliger l'énergie solaire passive et photovoltaïque, c'est perdre de l'argent et des emplois. Il est grand temps de sauter dans le train et commencer à exploiter l'énergie solaire sérieusement. Plusieurs propositions concrètes se trouvent dans le rapport Le potentiel des énergies solaires au Québec.

Nous devons développer une vision à long terme sur le développement de nos ressources énergétiques, basée sur la planification intégrée des ressources. Celle-ci se définie par l'adoption de la solution la moins dispendieuse et la plus souhaitable au plan économique, social et environnemental. En conciliant ces trois critères, il sera alors possible de continuer la transition mondiale, déjà amorcée, vers des énergies durables pour tous.

*En 2008, le pétrole, le gaz naturel et le charbon a fourni 81,2% de la consommation énergétique mondiale (World Energy Outlook 2010, IEA, Tableau 2.1 page 80.)

1 « A Retrospective Assessment of Mortality from the London Smog Episode of 1952: The Role of Influenza and Pollution (Évaluation rétrospective de la mortalité liée à l'épisode du smog de Londres de 1952 : rôle de la grippe et de la pollution) », dans Environmental Health Perspectives, vol. 112, no 1, janvier 2004, p. 6-8

2 Energy ®evolution — A sustainable energy outlook for Canada, Greenpeace, p 88

3 Propos tenus par l'architecte Luc Muyldermans, dans le documentaire Chercher le courant.

4 Le potentiel des énergies solaires au Québec, p22.

5 Le potentiel des énergies solaires au Québec, p46.

6 http://www.centennialglobaltechnology.com/

Ressources-energetiques.jpg

Ressources énergétiques mondiales — tirée de Energy ®evolution — A sustainable energy outlook for Canada, Greenpeace, p 88

13 février 2012

Ajoutez un commentaire


5 commentaires

31 mars, 2012
00:23

Bravo pour votre travail! Votre idée d'intégrer le solaire passif dans les nouvelles normes de construction est géniale! Pourquoi le code du bâtiment n'a pas été révisé au début du boom immobilier? Qu'est-ce qui consomme le plus dans une maison? Le chauffage évidemment (de la maison et de l'eau). Alors si Hydro(et/ou gouvt) voulait se dégager une marge de manoeuvre, c'est là qu'il devait agir. Imaginez pendant plus de 10 ans, des dizaines de milliers de maisons neuves (et même des usagées)mieux isolées qui consomment beaucoup moins, qui sont plus confortables en hiver comme en été et en plus libèrent une pointe dans la tarte de consommation d'électricité au Québec. Tout le monde est content!

Je suis tout à fait d'accord avec vous au sujet de l'industrie solaire au Québec. Les énergies renouvelables c'est l'avenir et le Québec devrait se dépêcher à développer une expertise et se positionner comme le leader des énergies propres dans le monde (hydro, solaire, éolien, moteurs électriques..). C'est un naturel pour la province. Je trouve vraiment qu'il y a un manque de vision chez les décideurs. Que suggèrrez-vous pour influencer leur vision? Merci

27 mars, 2012
19:32

Bonjour Marc-Antoine,

Merci pour vos commentaires. Je crois la plus grande difficulté du gouvernement pour encourager des énergies alternatives est causée par la mentalité actuelle, qui refuse d'évoluer. Le gouvernement a répété à maintes reprises qu'Hydro-Québec a le mandat de développer l'hydraulique, un point c'est tout. Ils sont plutôt fermés à l'idée de développer d'autres sources énergétiques comme le solaire et l'éolien. Ils ont décidé de laisser l'éolien au privé, mais on aurait très bien pu le développer nous-même.

La Romaine est un projet qui n'aurait jamais dû se concrétiser à mon avis… Premièrement, on nage dans des surplus énergétiques actuellement. La centrale au gaz de Bécancour, en opération depuis 2006, est fermée depuis 2008. Le gouvernement doit verser à Trans Canada Énergie la même somme que si l'électricité était produite, soit une centaine de millions par année. Un pur gaspillage des fonds publics!

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/energie-et-ressources/201111/11/01-4466748-les-surplus-saccumulent-chez-hydro-quebec.php

Deuxièmement, à 9,2c/kWh, c'est un très mauvais investissement. Grâce à des tours de magie comptables, ils tentent de persuader la population que le prix a soudainement baissé à 6,4c/kWh. Par ailleurs, HQ a la fâcheuse habitude d'avoir d'important dépassement de coûts.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201105/17/01-4400303-la-baisse-du-cout-unitaire-du-projet-de-la-romaine.php

Troisièmement, l'ampleur de ce barrage est énorme, il inondera 279km2. Un projet éolien équivalent aurait eu de répercussions environnementales moindres, à un coût légèrement inférieur à celui de la Romaine. Donc pour des raisons contextuelles, environnementales et économiques, je pense que la Romaine n'était pas un bon projet énergétique.

Actuellement le gouvernement remet une aide de 2000$ pour la construction d'une maison Novoclimat. Des subventions sont aussi offertes pour la rénovation à travers le programe Rénoclimat. Les normes Novoclimat sont en voie d'être intégrée dans le nouveau code du bâtiment, il faudrait donc redéfinir de nouvelles normes Novoclimat afin que les bâtiment soient encore plus performants et surtout qu'ils utilisent l'énergie solaire passive. Les programmes incitatifs devraient, à mon avis, être revus et améliorés.

27 mars, 2012
18:43

Bonjour Carole,

En fait les panneaux photovoltaïques sont déjà disponible sur le marché québécois, on en retrouve chez des détaillants spécialisés et même dans des grandes surfaces parfois. Ils sont toutefois encore dispendieux et il n'y a actuellement aucune subvention gouvernementale pour le moment. Toutefois, on s'attends à ce que d'ici 2025, les panneaux photovoltaïques atteignent la parité économique avec les autres sources énergétiques.

En attendant que les prix du photovoltaïque baissent, il faudrait par contre exploiter l'énergie solaire dans les formes où elle est déjà concurrentielle, comme le solaire passif et le solaire thermique. Les panneaux solaires thermiques à air sont déjà compétitif avec certains matériaux de revêtement traditionnels, comme la brique.

J'abonde dans votre sens: au Québec, on produit plusieurs rapports, mais plusieurs projets tardent à voir le jour. Il est temps de considérer l'énergie solaire sérieusement.

02 mars, 2012
14:42

J'adore votre travail, c'est une excellente initiative de conscientiser la population. Personnellement, je trouve que le provincial néglige vraiment les alternatives d'énergie renouvelables. La demande énergétique est croissante et n'arrêtera pas. Oui nous avons un excellent réseau de production d'hydroélectricité, mais il est à son apogée. Il y a une expansion dans les parcs éoliens, mais ceux-ci appartiennent au privé, l'énergie est donc racheté par hydro Québec. Pourtant, le solaire et l'éolien sont complémentaires à l'hydroélectricité et sont facilement exploitables chez nous.

Savez-vous pourquoi le gouvernement Québécois est si timide lorsqu’il est question d’encourager le développement des énergies alternatives? J'ai l'impression qu'il ne prend pas de décisions concrètes. Selon plusieurs professionnels, la Romaine n’avait pas besoin d’être harnacher. L'argent aurait pu être utilisé pour d'autre projet de développement.

Pourquoi n'y a-t-il pas de subventions pour les particuliers lorsqu'ils désirent obtenir un domicile vert? Pourtant c’est de cette façon que l’Allemagne est devenue durable. Investir dans le vert ne sera que payant pour nous et l'environnement.

Merci de vos réponses!

21 février, 2012
13:00

bonjour tres interessant, bon si je veux acheter de ces panneaux solaire il n'en a pas de disponible sur notre marché quebecois. peux-ton en attendant procéder a un autre moyen moins dispendieux. comme je remarque, au quebec nous avons beaucoup de vouloir, nous avons beaucoup l'interet, des etudes nous en avons des milliers sur l'environnement, mais on reporte toujours les projets car l'economie nous le permet pas. pourquoi etre toujours les dernier quand nous avons sous la main tous les outils necessaire, on parle encore a la tele de ramasser nos cannettes pour le recyclage quelle perte de temps…. merci

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.