Que nous réserve l'avenir pour nos hivers québécois? | Cercle scientifique | Fondation David Suzuki
Photo: Que nous réserve l'avenir pour nos hivers québécois?

(Crédit: drurydrama via flickr)

Par Dominique Paquin

Dominique Paquin travaille à Ouranos au sein du consortium sur climatologie régionale et l'adaptation aux changements climatiques. Spécialiste en simulations climatiques, elle contribue à l'étude des changements climatiques à divers niveaux, par exemple en évaluant les modifications anticipées des précipitations sévères d'été. Elle discute avec nous des tendances climatiques pour le Québec pour les décennies à venir.

1. Compte-tenu qu'il n'y a plus de débat scientifique quant à la réalité des changements climatiques, quels sont les scénarios climatiques à prévoir pour le Québec pour les décennies à venir?

Au Québec, comme sur le reste du globe, la température à la surface augmentera, manifestation première du changement du climat causé par l'augmentation anthropique des gaz à effet de serre. En moyenne sur le globe, pour la fin du présent siècle par rapport à la fin du siècle dernier on prévoit une augmentation située entre 1.1 et 6.4 °C, la fourchette provenant des multiples incertitudes, entre autres celle sur les futures concentrations de gaz à effet de serre (GES). Au Québec, comme dans toutes les régions nordiques, l'augmentation prévue est plus grande que celle moyenne du globe, notamment à cause de la fonte des glaces et de la neige. L'augmentation moyenne de la température annuelle pourrait dépasser 7°C. Les changements au niveau hydrologique (précipitation) découlant de cette augmentation de température sont complexes et il est plus difficile de donner l'heure juste quant à ce que l'on s'attend. On sait toutefois qu'une atmosphère plus chaude peut contenir plus d'humidité et que les modèles prévoient une intensification du cycle hydrologique. Autrement dit, plus de précipitations dans les régions qui en reçoivent déjà beaucoup (comme le Québec) et moins dans les régions qui en reçoivent peu. Pour le Québec, on prévoit selon les régions et les saisons soit une augmentation des précipitations (hiver partout et au nord en été), ou pas de changement (été au sud).

Inscrivez-vous à notre bulletin

2. Comment ces scénarios affecteront-ils nos hivers « typiquement québécois »?

Les grands froids ne seront plus ce qu'ils étaient et seront de plus en plus rares. Ça ne veut pas dire qu'il n'y en aura plus, mais les épisodes de froid extrême seront de moins en moins fréquents. Pour les grandes bordées de neige, les modèles prévoient en général des chutes de neige plus fréquentes et abondantes au nord du Québec, mais pour le sud, on s'attend surtout à voir les hivers raccourcir, avoir de plus en plus d'épisodes de redoux, de pluie hivernale, de gel-dégel. Ça veut surtout dire que lors des grandes bordées de neige, il faudra se dépêcher d'en profiter avant qu'elles ne disparaissent!

3. À la lumière de ces tendances, que nous dit la science de la climatologique quant aux solutions que nous devrions envisager pour faire face à ces scénarios climatiques? Devrions-nous nous adopter des politiques environnementales plus rigoureuses ou simplement nous tourner vers des mesures adaptatives?

Les deux! En fait il faut comprendre que le climat a déjà changé et il faut nous y adapter le plus rapidement possible. Les hivers plus courts et plus doux; le pergélisol, sur lequel sont bâties des infrastructures, qui fond; la glace qui ne protège plus les côtes des tempêtes hivernales ; ce sont des réalités auxquelles nous sommes déjà confrontées. Alors que dire du futur? L'hiver s'adoucira encore. Il faut donc penser au froid moins intense qui n'arrête plus la propagation de certaines espèces envahissantes, aux crues printanières plus hâtives. Le climat joue sur plusieurs facettes et il vaut mieux être préparé adéquatement afin de limiter les impacts néfastes et de profiter des possibilités qui sont offertes par certains changements. Mais se préparer pour ce qui est inéluctable ne veut pas dire ne rien faire pour empêcher les changements encore plus prononcés qui se produiront si les concentrations de GES dans l'atmosphère ne diminuent pas, et ce très rapidement. Le potentiel de réchauffement du CO2 atmosphérique dépasse la centaine d'années. Autrement dit, il est déjà trop tard pour éviter le changement climatique des prochaines décennies à cause des gaz qui se trouvent déjà dans l'atmosphère, mais il est encore temps d'empêcher les changements qui peuvent se produire à la fin du siècle en évitant d'émettre encore plus de GES. Et c'est ce que les politiques environnementales se doivent de faire!

Dominique Paquin fera partie du panel d'experts de la Table Ronde Scientifique qui se déroulera à Québec le 1er février prochain dans le cadre du Sommet de l'hiver 2013. Pour vous inscrire: Cliquez ici

Références

GIEC Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, 2007 Solomon, S., D. Qin, M. Manning, Z. Chen, M. Marquis, K.B. Averyt, M. Tignor and H.L. Miller (eds.) Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA. http://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/wg1/en/contents.html
Ouranos(2010) Ouranos. Savoir s'adapter aux changements climatiques, rédaction : C. DesJarlais, M. Allard, A. Blondlot, A. Bourque,D. Chaumont, P. Gosselin, D. Houle, C. Larrivée, N. Lease, R. Roy, J.-P. Savard, R. Turcotte et C. Villeneuve, Montréal, 2010, 128 p. http://www.ouranos.ca

22 janvier 2013

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.