Accès au savoir scientifique : un enjeu central pour la santé de notre démocratie | Cercle scientifique | Fondation David Suzuki
Photo: Accès au savoir scientifique : un enjeu central pour la santé de notre démocratie

(Crédit: CIMMYT via flickr)

Par Jean-Patrick Toussaint

Ce n'est plus un secret, les dernières années ont été difficiles pour bien des scientifiques à travers le pays. L'ouverture d'une enquête du commissaire fédéral à l'information sur certaines politiques et méthodes qui ont pour effet de museler les scientifiques du gouvernement canadien confirme les craintes : les scientifiques fédéraux ont perdu leur droit de parole.

Dans un contexte où le gouvernement mise tous ses efforts dans le développement effréné de ses ressources naturelles, devrait-on alors s'étonner que la plupart des institutions visées par cette enquête œuvrent en environnement?

Inscrivez-vous à notre bulletin

Cette tendance courante du gouvernement fédéral à vouloir éliminer le discours scientifique est troublante...d'autant plus qu'elle semble émaner d'une volonté de lever tous les obstacles, incluant le débat démocratique, au développement tous azimuts des ressources naturelles.

En réduisant à petit feu la voix de ses scientifiques, et par le fait même, la culture scientifique, non seulement le gouvernement mine-t-il tout le travail de recherche et de communication scientifique réalisé au pays au cours des dernières années, mais aussi court-circuite-t-il le processus démocratique permettant aux citoyens et citoyennes de saisir toute la portée de plusieurs enjeux nationaux à caractère hautement scientifique notamment en matière d'environnement.

Cette culture du silence et de l'aveuglement, prônée par le gouvernement fédéral est dommageable à une époque où nous faisons face à tant de défis environnementaux sur lesquels la science pourrait nous apporter des éclairages nécessaires. Tout cela alors que la culture scientifique au pays se meurt .

La science, un enjeu de démocratie

La démocratie ne peut s'exercer que lorsque les décisions que nous prenons collectivement sont prises sur des bases solides et éclairées. Dans un monde où tout avance à une vitesse effrénée (il suffit de penser à l'exploitation de nos ressources naturelles), il devient de plus en plus nécessaire que ces décisions reposent sur des fondements qui trouvent leurs racines dans la science. Or, ceci n'est plus possible lorsque les scientifiques à l'emploi du gouvernement ne peuvent s'exprimer librement sur leurs recherches, et que les ponts entre le monde scientifique et la société civile sont rompus. Dans ce contexte, le pouvoir de l'argent et de l'opinion ne peut plus être balisé par les faits et l'expertise impartiale.

Considérant que la science et la culture scientifique sont primordiales afin de créer ce tissu entre la société civile et les décisions gouvernementales qui affecteront ultimement notre qualité de vie, il est de notre devoir de citoyen de dénoncer de vive voix la culture du silence et de l'ignorance qu'entretient depuis quelques années le gouvernement fédéral.

Comment changer la donne?

Tel que suggéré récemment par la Société Royale du Canada, le Canada se doit de permettre à ce que ses scientifiques donnent leur avis de manière indépendante et sans restriction, qu'ils soient employés fédéraux ou non, à l'instar des positions prises par des pays tels que les États-Unis et le Royaume-Uni.

Pour se faire, il nous faut donc plus de transparence au niveau de la recherche qui se fait au pays et un meilleur accès aux connaissances scientifiques par l'entremise des centres de diffusion du savoir.

Marginaliser la science, la mettre au second rang après les questions d'économie et de création d'emploi ne fera que nuire aux intérêts des citoyens et citoyennes, ainsi qu'à la prospérité du pays, en plus d'amoindrir notre capacité de prendre des décisions collectives éclairées.

Il en va de la santé de notre environnement et notre propre santé, car une société où l'information et la science ne peuvent circuler librement est une société livrée aux abus de pouvoir, aux décisions erronées, une société sourde, aveugle et muette!

17 avril 2013

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.