La Rainette faux-grillon : Besoin urgent de protection | Cercle scientifique | Fondation David Suzuki
Photo: La Rainette faux-grillon : Besoin urgent de protection

Crédit photo : Jean-Marc Vallières

Par Marie-Christine Dubé

La Rainette faux-grillon dite de l'Ouest est une minuscule grenouille mesurant environ 2,5 cm de longueur et pesant environ 1 g. Elle est une mauvaise grimpeuse, une mauvaise nageuse et nécessite un environnement particulier. Pour se reproduire, en avril, elle a besoin d'étangs temporaires peu profonds et exempts de prédateurs, comme les poissons. Le reste de l'année, elle se cache proche de ses petits étangs de reproduction, parfois asséchés en été. Elles ne vivent pas longtemps — un an ou deux — et sont plutôt fidèles à leur étang natal.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Au Canada, l'espèce n'est présente que dans l'extrême sud du Québec et de l'Ontario. Au Québec, elle est très rare et les effectifs sont actuellement faibles. Depuis les années 1950, la Rainette faux-grillon accuse un déclin inquiétant; il y aurait une perte de population d'environ 37 % par décennie. Ce n'est qu'en 2001 qu'elle a été désignée vulnérable par le gouvernement québécois, pour ensuite être nommée menacée en 2010 par le gouvernement fédéral. Un plan de rétablissement de l'espèce avait été créé et mis en œuvre dès 1999.

Malgré les désignations officielles et les efforts de protection mis en œuvre, on constate malheureusement aujourd'hui que les populations de la rainette menacée ont continué de décliner en Montérégie et en Outaouais, les deux seules régions où elle est présente au Québec. La raison principale de son dépérissement est que ses habitats ne sont toujours pas protégés. Les habitats sont détruits ou fragmentés au profit du développement urbain, périurbain ou agricole.

En Montérégie, là où la rainette était présente en abondance dans les années 50, l'espèce a perdu plus de 90 % de son habitat. Il n'y subsiste aujourd'hui que neuf grandes populations (métapopulations) se retrouvant dans les villes de Brossard, Boucherville, Carignan, La Prairie, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville, Notre-Dame-de-l'Île-Perrot ainsi que dans la MRC de Beauharnois-Salaberry.

Récemment, le cas de la métapopulation de rainettes de La Prairie a été porté à l'attention du public en raison du feu vert donné par le gouvernement provincial pour un projet de développement résidentiel dans le Boisé de la commune, qui met l'espèce en péril. Les travaux commenceront dans quelques semaines alors que la Ville prévoit détruire 50% des étangs de reproduction et de son aire de répartition. Cependant, l'information véhiculée dans les médias peut porter à confusion puisqu'on y lit que des mesures de protection sont prévues pour la rainette. La situation semble donc sous contrôle. Rien ne pourrait être moins sûr puisque la méthode de gestion de la rainette proposée consiste à effectuer un développement par phasage qui, on l'espère, permettra aux populations locales de migrer en lieux sûrs. Ceci est pourtant peu probable car cette méthode, ni éprouvée, ni basée sur des faits scientifiques, est peu prometteuse. Vu le très faible taux de déplacement annuel de cette rainette, il y a peu de chances qu'elle survive aux remblais et autres destructions de son habitat. Celui-ci n'est d'ailleurs pas intact; il a été constaté qu'au moins quatorze drains ont déjà été installés (sans l'autorisation du Ministère de l'Environnement) dans la zone de conservation prévue par la Ville.

Plusieurs groupes environnementaux (Centre Québécois du Droit de l'Environnement, Nature-Québec) veulent obliger le gouvernement fédéral à adopter un décret d'urgence visant à protéger la Rainette faux-grillon à La Prairie. Reconnaissant la gravité du déclin des populations au Québec et en Ontario, Environnement Canada a toutefois récemment jugé que les travaux envisagés à La Prairie ne confrontent pas l'espèce à une menace imminente. Force est de constater que les gouvernements fédéral et provincial s'avèrent négligents pour s'assurer de faire respecter les lois environnementales quand il s'agit de la protection des terres humides, prétextant souvent qu'on peut compenser la perte de ces milieux naturels. Toutefois, pour plusieurs espèces fauniques, ces pertes sont irrécupérables.

Protéger les habitats de la Rainette faux-grillon, c'est protéger les terres humides et les boisés d'intérêt du sud du Québec. En garantissant la pérennité ces milieux, on s'assure de protéger plusieurs éléments clefs de la toile de la vie. Si on laisse ces milieux disparaître, comment se réguleront les eaux, les populations animales et végétales et même les polluants? Ces milieux naturels jouent de nombreux rôles essentiels à la survie de tous les êtres vivants et il est risqué des les fragiliser.
Tous les efforts visant à développer nos milieux de vie humains de façon réellement durable devraient donc être encouragés. L'impératif économique peut être compatible avec le respect de l'interdépendance des êtres vivants entre eux et leurs besoins vitaux. Un exemple à suivre est définitivement le projet de parc national fédéral situé dans la vallée de la rivière Rouge en banlieue de Toronto qui est présentement à l'étude par Parcs Canada. Ce parc ajouterait une superficie considérable à la ceinture verte de la Ville reine. Qu'attendons-nous pour avoir notre propre ceinture verte en région montréalaise? Favorisons la préservation de corridors verts partout au Québec! Soyons à l'affut des efforts en cours, soutenons les projets porteurs d'un avenir durable!

Références :
Angers, V.A., Bouthillier, L., Gendron, A. et T. Montpetit. 2008. Plan de conservation de la rainette faux-grillon en Montérégie — Ville de La Prairie. Centre d'information sur l'environnement de Longueuil et Équipe de rétablissement de la rainette faux-grillon de l'Ouest au Québec, 39 pages.

Équipe de rétablissement de la Rainette faux-grillon de l'Ouest du Québec. 2010. Bilan du rétablissement de la rainette faux-grillon de l'Ouest (Pseudacris triseriata) pour la période 1999-2009. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Faune Québec. 42 pages.

Éric-Pierre Champagne. Articles parus dans La Presse. Consultés le 5 mai 2014.

Éric-Pierre Champagne. 26 avril 2014. « Le sort d'une grenouille devant la Cour fédérale ». Article publié par le journal La Presse.

Éric-Pierre Champagne 1e avril 2014. Espèce menacée : Ottawa n'interviendra pas à La Prairie. La Presse. http://www.lapresse.ca/environnement/especes-en-danger/201404/01/01-4753529-espece-menacee-ottawa-ninterviendra-pas-a-la-prairie.php

Éric-Pierre Champagne. 5 mars 2014. La Prairie : feu vert au Domaine de la nature. La Presse. http://www.lapresse.ca/environnement/especes-en-danger/201403/05/01-4744716-la-prairie-feu-vert-au-domaine-de-la-nature.php

Éric-Pierre Champagne. 26 février 2014. Milieux humides: des écologistes pressent Québec d'agir. La Presse. http://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201402/26/01-4742791-milieux-humides-des-ecologistes-pressent-quebec-dagir.php

Fiche sur la Rainette faux-grillon de l'ouest. COSEPAC. Consultée en ligne le 5 mai 2014.

Profil d'espèce-Rainette faux-grillon de l'ouest Population des Grands Lacs / Saint-Laurent et du Bouclier canadien. Gouvernement du Canda. Consulté en ligne le 5 mai 2014. http://www.sararegistry.gc.ca/species/speciesDetails_f.cfm?sid=1019

Léo Gagnon. Articles parus dans Le Roussillon express. Consultés le 5 mai 2014.
Léo Gagnon. 23 avril 2014. Refouler la rainette par phasage? « Pas une valeur sûre », croit un expert. Roussillon express. http://www.roussillonexpress.ca/Video/32054/Refouler-la-rainette-par-phasage-Pas-une-valeur-sure-croit-un-expert

Léo Gagnon. 23 avril 2014. Refouler la rainette: un projet expérimental ou éprouvé?. Roussillon express. http://www.roussillonexpress.ca/Actualites/2014-04-23/article-3697222/-Refouler-la-rainette%3A-un-projet-experimental-ou-eprouve/1

Léo Gagnon. 23 avril 2014. Un suivi sur 10 ans. Roussillon express. http://www.roussillonexpress.ca/Actualites/2014-04-23/article-3697240/-Un-suivi-sur-10-ans/1

5 juin 2014

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.