Par Steve Kux, spécialiste en communications et recherche

Alors que les Canadiens s'apprêtent à aller voter le 19 octobre, les dirigeants des partis fédéraux reconnaissent que l'issue de cette élection façonnera l'avenir de notre pays, et ce, pendant plusieurs années. La Conférence des Nations Unies à Paris (2015) sur le changement climatique commencera seulement 40 jours après l'élection et les sondages montrent qu'une grande majorité de Canadiens soutiennent la prise de mesures énergiques afin de protéger le climat et l'environnement. Par conséquent, les partis dévoilent leur plateforme environnementale, espérant que celle-ci répondra aux valeurs et aux priorités des électeurs. Le Parti Vert est le dernier des grands partis à faire connaitre ses programmes environnementaux.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Bas de la page La plateforme environnementale du Parti Vert vise quatre enjeux principaux : le changement climatique, la création d'une économie durable, l'exploitation des sables bitumineux et les oléoducs.

Changement climatique — Le Parti Vert propose dans son programme environnemental des cibles à court et long termes, visant en premier lieu à réduire de 38 les émissions de carbone d'ici 2025 (soit 40 en deçà des niveaux de 2005), avec le but ultime de réduire de 83 les émissions d'ici 2050 (soit 80 en deçà des niveaux de 1990). Les « Verts » exigent aussi une « stratégie nationale sur le climat, fondée sur des faits scientifiques », incluant notamment la fin de l'attribution de subventions annuelles totalisant plus d'un milliard de dollars, dont bénéficie l'industrie des ressources fossiles ainsi que l'établissement d'une collaboration avec les provinces en vue de fixer un prix national sur le carbone à l'aide d'un « régime de redevances et de dividendes sur le carbone ». Cette politique exigerait un frais sur les émissions de carbone et redistribuerait ces sommes sur une base annuelle en émettant un chèque à chaque Canadien âgé de plus de 18 ans.

Le Parti Vert inclut aussi le transport dans ses programmes, de façon explicite, comme moyen d'agir sur le changement climatique, s'engageant à investir dans le réseau ferroviaire canadien. Le Parti défend le choix de transporter le pétrole par train plutôt que dans des oléoducs et l'importance d'améliorer la sécurité des réseaux par la mise en œuvre de normes strictes relatives au transport ferroviaire. Le Parti Vert promet également d'investir 764 millions de dollars par année pour des améliorations apportées à Via Rail, d'ici 2020, en vue de relier les collectivités canadiennes à l'aide de réseaux ferroviaires à grande vitesse, dans la mesure du possible.

Finalement, le Parti Vert s'engage à imposer par voie législative l'élimination progressive, sur le plan national, de l'exploitation de centrales au charbon et l'arrêt des exportations de charbon thermique. Le Parti propose aussi que le Canada reprenne son rôle de chef de file mondial quant à l'adoption de mesures visant le climat, grâce à sa participation à la Conférence des Nations Unies à Paris, en décembre, ce que nous ferons si nous sommes élus.

Économie durable — Le Parti Vert s'engage à investir dans les secteurs à forte croissance que constituent les énergies renouvelables et les technologies propres, tous deux renforçant la capacité des collectivités à produire de l'énergie renouvelable et procurant aux Canadiens de « bons emplois dans leur région ». Si nous sommes élus, le Parti prévoit offrir de la formation aux travailleurs mis à pied, qui auparavant œuvraient dans le secteur des sables bitumineux, afin de faciliter leur transition vers le secteur de la construction d'infrastructures dans le secteur des énergies renouvelables où ils et elles pourront mettre à profit les compétences particulières à leur corps de métier, leur formation et leur expérience.

Exploitation des sables bitumineux — En se fondant sur la volatilité des marchés pétroliers, la plateforme environnementale du Parti Vert propose la diversification de l'économie canadienne en supprimant les subventions accordées à l'industrie des combustibles fossiles et en investissant dans les secteurs des énergies renouvelables et des technologies propres. Le Parti n'exige toutefois pas l'arrêt immédiat de l'exploitation des sables bitumineux. Il propose plutôt d'augmenter notre capacité de raffinage du pétrole avec pour but la création de nouveaux emplois au Canada. Le Parti Vert affirme que la plus grande partie du bitume contenu dans les sables bitumineux doit demeurer dans le sol afin d'éviter les pires effets du changement climatique et il s'engage à collaborer avec les Premières Nations touchées par l'exploitation des sables bitumineux.

Oléoducs Le Parti affirme qu'il serait impossible, en cas de déversement, de nettoyer le bitume provenant des sables bitumineux, et que les services que procurent les écosystèmes côtiers du Canada sont trop précieux pour qu'on les mette en péril.

Depuis longtemps, la Fondation David Suzuki demande l'établissement d'un prix national sur le carbone au Canada, la réalisation d'investissements dans les énergies renouvelables et les technologies propres de même que l'élimination progressive des centrales électriques au charbon. Nous croyons que des mesures fortes et immédiates visant à atténuer le changement climatique sont nécessaires, car les Canadiens en subissent déjà les effets, entre autres par des phénomènes météorologiques exceptionnels (sécheresse, feux de forêt, tempête, etc.). Nous fournirons des résumés des plateformes environnementales des principaux partis au fur et à mesure qu'ils seront disponibles.

Le 19 octobre, votez. C'est le geste le plus important que vous pouvez poser afin de protéger les personnes et les lieux qui vous tiennent à cœur. Familiarisez-vous avec les plateformes des différents partis et votez pour le candidat qui représente le mieux les valeurs et la vision qui construiront le Canada que vous voulez.

15 septembre 2015

Pour en savoir plus

Ajoutez un commentaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.