Davantage d'information scientifique nécessaire sur la modification générique | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: Davantage d'information scientifique nécessaire sur la modification générique

(Crédit: Peter Blanchard via Flickr)

Par David Suzuki avec Faisal Moola

Il est nécessaire d'obtenir davantage d'informations scientifiques sur les effets de la modification générique des cultures vivrières.

En se préparant pour le dévoilement en 2010 de son super-maïs génétiquement modifié surnommé «SmartStax», le géant de la biotechnologie agricole utilise un message publicitaire qui demande: «Est-ce que ce ne serait pas mieux?» Mais peut-on faire mieux que la nature, qui a pris des millénaires à développer les plantes que nous utilisons pour nous nourrir?

Nous ne le savons pas vraiment et c'est en soi un problème. Le maïs, mis au point par Monsanto avec la participation de Dow AgroSciences, comprend l'accumulation de 8 caractéristiques génétiquement modifiées, dont six qui lui permettent d'éloigner les insectes et deux qui rendent le maïs résistant aux herbicides chimiques, dont plusieurs sont aussi une marque déposée par Monsanto. C'est la première fois qu'un produit génétiquement modifié sera mis en marché avec plus de 3 caractéristiques.

Le Canada a approuvé le maïs sans l'évaluer pour la santé humaine ou l'environnement, affirmant que les huit caractéristiques ont déjà été autorisées dans les semences d'autres plantes cultivées, même si les directives internationales de sécurité alimentaire que le Canada a aidé à développer indiquent que l'accumulation de caractéristiques doit être soumise à une complète évaluation au chapitre de la sécurité, parce qu'elle peut conduire à des conséquences inattendues.

Un des problèmes est que nous ne connaissons pas les conséquences involontaires de la nourriture génétiquement modifiés (OGM). Les scientifiques peuvent faire consensus sur des questions comme la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique, mais ils n'ont pas le même niveau de certitude sur les effets des organismes génétiquement modifiés sur l'environnement et la santé humaine!

Un examen des activités scientifiques menées en vertu de l'Évaluation internationale des connaissances, des sciences et de la technologie agricole pour le développement en 2008 (International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development) a conclu qu'il «y a un nombre limité d'études bien conçues par les pairs et de manière indépendante sur la santé humaine» et que cela, de même que d'autres observations, «créent une préoccupation quant à l'adéquation des méthodes d'essai pour l'implantation commerciale d'organismes génétiquement modifiés.»

Certains ont soutenu que nous avons mangé des aliments génétiquement modifiés depuis des années avec peu de conséquences négatives observables, mais comme nous l'avons vu avec des choses comme les gras trans, il faut souvent un certain temps pour reconnaître les effets sur la santé. Avec des aliments génétiquement modifiés, des préoccupations ont été soulevées sur les effets possibles sur les bactéries de l'estomac et sur la résistance aux antibiotiques, ainsi que leur rôle dans les réactions allergiques. Nous avons également besoin de mieux comprendre leur impact sur d'autres plantes et sur les animaux.

Bien sûr, ce ne sont pas les seules questions avec les cultures génétiquement modifiées. Permettre aux entreprises de produits agrochimiques de créer des semences génétiquement modifiées avec peu de restrictions signifie que ces sociétés pourraient bientôt avoir un monopole sur la production agricole. Et en introduisant SmartStax, nous donnons aux entreprises agrochimiques le feu vert, non seulement de vendre et d'étendre l'utilisation de leurs «super cultures», mais aussi de vendre et d'étendre l'utilisation des pesticides pour ces cultures qui sont conçues pour y résister.

Une dépendance accrue sur ces cultures pourrait également réduire la variété des aliments disponibles, ainsi que la valeur nutritive des aliments eux-mêmes.

Il y a aussi une raison pour laquelle la nature produit une variété de toute sorte d'espèces végétales. Cela garantit que si la maladie ou des insectes attaquent une plante, d'autres variétés végétales survivront et évolueront à sa place. C'est ce qu'on appelle la biodiversité.

Parce que nous ne sommes pas certains au sujet des effets des OGM, nous devons prendre en compte l'un des principes directeurs de la science, soit le principe de précaution. En vertu de ce principe, si une politique ou une action peut nuire à la santé humaine ou à l'environnement, nous ne devons pas continuer jusqu'à ce que nous sachions avec certitude quel en sera l'impact. Et il appartient à ceux qui proposent l'action ou la politique de prouver qu'elle n'est pas nuisible.

Cela ne veut pas dire que la recherche en vue de modifier les gènes dans les plantes que nous utilisons pour la nourriture devrait être interdite, ou que les aliments génétiquement modifiés ne pourraient pas un jour faire partie de la solution à nos besoins alimentaires. Nous vivons à une époque où nos technologies nous permettent de «contourner» les nombreuses mesures prises par la nature depuis des millénaires pour créer des cultures vivrières, pour produire désormais des «super cultures» qui sont censées s'intégrer à un environnement en perpétuelle évolution, qui est centré sur l'humain.

Une croissance rapide de la population humaine et la détérioration de la santé de notre planète à cause du changement climatique et d'un nombre croissant de catastrophes naturelles, parmi d'autres menaces, dictent nos efforts et le financement en agriculture et en science alimentaire, entraînant souvent la création de nouveaux aliments génétiquement modifiés.

Il nous faut plus d'études scientifiques approfondies sur les impacts de ces cultures sur notre environnement et notre santé, à travers un examen approprié par les pairs et un processus impartial. Nous devons également exiger de nos gouvernements à devenir plus transparent lorsqu'il s'agit de surveiller les nouvelles cultures génétiquement modifiées, qui finiront par trouver leurs chemins dans nos ventres à travers la chaîne alimentaire.

Pour en apprendra davantage, visitez la Fondation David Suzuki.

Liens (en anglais):

SmartStax et la politique canadienne

Information SmartStax

Information Monsanto sur le SmartStax

Publicité SmartStax «Wouldn't It Be Better?»

D'éventuels problèmes avec les OGM

Évaluation internationale des connaissances, des sciences et de la technologie agricole pour le développement (International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development)

23 septembre 2009

Pour en savoir plus