En route pour une meilleure consommation d'essence | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: En route pour une meilleure consommation d'essence

(Crédit: futureatlas.com via Flickr)

Par David Suzuki avec Faisal Moola

Lorsqu'il est question d'émissions liées aux réchauffements climatiques, ce sont les voitures et les camions qui en sont la principale cause. Près de 12 pour cent des émissions de gaz à effet de serre du Canada proviennent des voitures et jusqu'à 25 pour cent sont dues au transport routier en général. Voilà donc un bon départ pour confronter l'un des défis les plus importants auxquels les humains doivent faire face.

Le Canada et les États-Unis viennent d'annoncer des initiatives visant à intégrer des normes d'efficacité énergétique pour la fabrication de nouveaux véhicules dans nos deux pays. Notre pays doit se conformer aux standards de nos voisins du sud, qui exigent que tout véhicule fabriqué ne doit pas consommer plus de 6 litres aux 100 kilomètres, et ce, d'ici à 2016. Le gouvernement canadien estime que ces nouvelles normes réduiront de 25% les émissions de véhicules. Selon nous, la prochaine étape pour le gouvernement serait d'exiger davantage de véhicules zéro-émission propulsés par des sources d'énergie propre.

La récente réglementation pour les nouveaux véhicules est une bonne nouvelle pour l'environnement et l'économie — mais les gens qui ne prévoient pas acheter une nouvelle voiture peuvent également réduire l'impact de leur conduite sur l'environnement. L'entretien d'un véhicule et de bonnes habitudes de conduite peuvent faire une grande différence. Bien sûr, la meilleure façon de réduire votre consommation d'essence, c'est de laisser votre voiture garée. Marchez, prenez votre vélo ou utilisez les transports en commun. Cela fera une auto de moins qui pollue et moins de bouchons de circulation, où les voitures polluent, mais n'avancent pas.

Éviter de prendre sa voiture n'est pas toujours possible, c'est vrai. Spécialement dans les régions rurales qui ne sont pas desservies par les transports en commun et où les distances et la température rendent la marche ou le vélo impossibles. À long terme, il faut concevoir les communautés en ayant les gens et non les voitures en tête, en investissant davantage dans le transport en commun et moins sur la construction de routes et d'autoroutes. À court terme, les conducteurs peuvent réduire leur consommation d'essence jusqu'à 20% en suivant quelques trucs de conduite écolo — ce que la Fondation David Suzuki a appris à faire grâce à la campagne Roulez mieux (www.roulezmieux.ca/).

À l'instar des nouvelles normes gouvernementales sur l'essence, l'adoption de meilleures habitudes de conduite démontre que ce qui est bien pour l'environnement peut également être bénéfique pour notre portefeuille. En plus d'économiser de l'essence, les conducteurs peuvent réduire l'usure de leur voiture, ce qui entraîne des économies en frais d'entretien et de remplacement.

L'une des premières choses à faire, c'est de bien planifier vos déplacements. Au lieu de faire des déplacements séparés pour vous rendre au travail et aux magasins, combinez-les. Aussi, le covoiturage est une excellente idée.

En entretenant régulièrement votre véhicule grâce à des mises au point, le remplacement des filtres, les vidanges d'huile et un bon entretien de vos pneus, vous réussirez à rouler plus loin avec moins d'essence.

Les bonnes habitudes de conduite ne sont pas à négliger non plus. Essayez d'éviter les heures de pointe et conduisez de manière défensive. Vous réussirez ainsi à atteindre votre destination plus rapidement et plus efficacement. Si vous restez au même endroit plus d'une minute, couper le moteur n'est pas une mauvaise idée. Et en dépassant la limite de vitesse permise, vous n'arriverez pas beaucoup plus vite à destination, mais vous aurez consommé beaucoup plus d'essence.

Un autre bon truc: gardez votre coffre arrière en bon ordre et ne transportez pas d'objets inutiles. Plus vous êtes lourd, plus vous consommez d'essence. De plus, utilisez les accessoires de la voiture avec parcimonie.

Nous portons tous la responsabilité de réduire les émissions polluantes du mieux qu'on peut. Surtout lorsqu'on sait que les gouvernements sont lents à réagir et ne vont pas toujours très loin dans leurs initiatives. Parfois, ils ont besoin d'un petit élan provenant des citoyens, des communautés, des entreprises ou même des autres paliers de gouvernement. Par exemple, les normes d'émissions américaines ont été développées en réponse aux standards sévères qui avaient été mis en place par l'État de Californie et adoptés par d'autres États. Au Canada, le Québec a été la première province à implanter des normes de réduction d'essence plus sévères.

Avec la disparition progressive des combustibles fossiles et notre connaissance toujours plus grande de l'impact de la pollution et du réchauffement climatique, il est de plus en plus logique de faire tout ce qu'on peut pour réduire notre consommation d'essence. Pour les nouvelles normes liées au carburant, les économies réalisées à la pompe dépasseront aisément le prix plus élevé des nouveaux véhicules à haut rendement énergétique. Enfin, les nouvelles normes créeront de nouveaux emplois avec le développement de nouvelles technologies.

Il nous reste beaucoup de chemin à faire pour résoudre les problèmes liés à notre histoire d'amour avec les voitures et à la destruction de la nature. Mais c'est un bon départ!

Liens:

Nouvelles normes de consommation d'essence

Roulez mieux

Les communautés conçues autour des habitants

9 avril 2010

Pour en savoir plus