Les forages dans le golfe n'en valent pas le risque | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: Les forages dans le golfe n'en valent pas le risque

Des chercheurs estiment que seulement 15% du pétrole déversé peut être nettoyé, et les dommages peuvent durer des années. (Crédit : jimdollar via Flickr)

Par David Suzuki avec Faisal Moola

Nous avons tous vu les conséquences de l'explosion de la plateforme de forage Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique: 11 morts et un déversement de pétrole dans le golfe qui a duré trois mois. Imaginez maintenant un accident similaire survenant dans une mer intérieure six fois moins grande que le golfe du Mexique.

Il s'agit d'une réelle possibilité pour les gens des cinq provinces qui bordent le golfe du Saint-Laurent — le Québec, Terre-Neuve, l'Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse — de même que le territoire français de Saint-Pierre-et-Miquelon.

L'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers a récemment délivré un permis à Corridor Resources Inc., basé en Nouvelle-Écosse, pour explorer le potentiel gazier et pétrolier d'un endroit appelé le Old Harry Prospect dans le golfe, à mi-chemin entre les îles-de-la-Madeleine et le cap Anguille, à l'ouest de Terre-Neuve, près de la frontière avec le Québec. Cet automne, la société a entamé des tests sismiques et pourrait commencer à forer dès le début de la nouvelle année.

Le golfe du Saint-Laurent représente près des deux tiers de l'ensemble du produit national brut maritime du Canada. Il offre un environnement unique et fragile à plus de 2200 espèces d'invertébrés et à 19 espèces de mammifères marins, et constitue un pôle culturel, biologique et social important pour les gens du Québec et des provinces de l'Atlantique.

Des études scientifiques et des rapports des gouvernements du Québec et du Canada ont conclu que même durant l'étape de l'exploration gazière et pétrolière, les ondes de son provenant des relevés sismiques peuvent déranger et endommager la faune marine, y compris les espèces en voie d'extinction comme le rorqual bleu et la morue.

Toutefois, c'est le forage qui suscite le plus de craintes. Selon des simulations par ordinateur effectuées par le bureau québécois de la Fondation David Suzuki, le déversement de 10 000 barils de pétrole par jour pendant 10 jours en différentes saisons pourrait avoir un impact dévastateur sur les cinq provinces qui bordent le golfe du Saint-Laurent, affectant ainsi le tourisme, la pêche et la vie marine. Dans les îles-de-la-Madeleine, qui se trouvent tout près de Old Harry, la pêche touche directement et indirectement 75% de la population locale et génère des revenus annuels de 78 millions $. Un déversement accidentel dans cette région pourrait avoir des répercussions catastrophiques sur les habitants des îles-de-la-Madeleine.

Étant donné qu'un déversement aurait un impact sur toutes les provinces et territoires du golfe du Saint-Laurent, une seule juridiction ne devrait pas pouvoir exploiter cette ressource sans le consentement de toutes les autres potentiellement affectées par un accident.

Des chercheurs estiment que seulement 15% du pétrole déversé peut être nettoyé, et les dommages peuvent durer des années. Plus de 20 ans après le déversement de l'Exxon Valdez près des côtes de l'Alaska, on sent encore l'impact du désastre écologique.

Selon une évaluation environnementale stratégique récemment publiée par le gouvernement du Québec, les impacts négatifs de l'exploitation gazière et pétrolière dans l'estuaire du Saint-Laurent sont beaucoup plus grands que les avantages. Cela a donné lieu à une interdiction de l'exploration dans l'estuaire, mais non dans le golfe du Saint-Laurent. Québec a déjà un moratoire sur l'exploration dans les eaux du golfe, mais celui-ci pourrait être levé à la fin 2012 si la deuxième phase de l'évaluation environnementale stratégique en vient à la conclusion que les avantages l'emportent sur les risques.

Étant donné l'importance du golfe du Saint-Laurent sur les provinces avoisinantes, et pour tout le reste du Canada, nous ne pouvons tout simplement pas risquer un déversement comme celui qui a frappé le golfe du Mexique. La Fondation David Suzuki a ajouté sa voix à d'autres organismes qui exhortent les gouvernements fédéral et provinciaux à formuler un plan intégré de gestion du golfe et à imposer immédiatement un moratoire sur l'exploration gazière et pétrolière pour tout le golfe. Vous pouvez faire votre part en faisant parvenir une lettre aux représentants des gouvernements fédéral et provincial qui soutiennent cette initiative.

Notre dépendance aux combustibles fossiles a assez duré. En brûlant ces combustibles pour de l'énergie, nous polluons et émettons des gaz à effet de serre qui favorisent les changements climatiques et menacent la santé des humains et de la vie sur Terre. De plus, l'exploration et les forages menacent la santé de nos cours d'eau et de toute la vie qui en dépend. Le plus tôt nous réduisons notre dépendance aux combustibles fossiles, par la conservation d'énergie et le développement de sources d'énergie propres et renouvelables, le plus tôt nous améliorerons notre sort. Et ce sera tout à l'avantage du golfe du Saint-Laurent et des gens qui l'habitent.

11 novembre 2010

Ajoutez un commentaire


1 commentaire

08 novembre, 2011
06:55

Appuyons cette cause et protégeons notre belle nature.

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.