Photo: Tout est lumineux

(Crédit : rageforst via Flickr)

Par David Suzuki avec Faisal Moola

Traditionnellement, pour les peuples de l'hémisphère nord, le mois de décembre est consacré aux célébrations de la lumière. Les nuits allongent jusqu'au 21 décembre, alors que le Pôle Nord se trouve le plus éloigné du soleil. Ensuite, la lumière reprend son règne et les jours deviennent de plus en plus longs.

Hanoukka est la fête juive de la lumière. Le christianisme célèbre la naissance de Jésus que l'on représente souvent par de la lumière. Le mot anglais «yule» a pour origine la tradition scandinave consistant à faire des feux pour célébrer la chaleur et la lumière du soleil qui revient. De plus, nombre d'aborigènes fêtent le retour des jours plus longs et la renaissance imminente de la vie avec le bourgeonnement des plantes et les animaux qui sortent d'hibernation.

Presque toute notre lumière — et notre énergie — provient du soleil. La plupart sous forme de lumière visible, mais elle prend également la forme plus énergétique des ultraviolets ou, au contraire, d'infrarouges. Cette lumière est convertie en d'autres formes d'énergie par l'entremise de divers processus plutôt fascinants.

Depuis des siècles, les gens utilisent de l'énergie pour créer de la lumière de la même façon que le soleil, c'est-à-dire avec de la chaleur. Du feu des torches et des bougies à l'ampoule incandescente, nous avons conçu différentes manières d'illuminer et de réchauffer notre existence.

La lumière est produite par des atomes chargés d'énergie. La façon la plus simple d'en produire est de réchauffer des atomes. À basse température, on obtient du rouge, mais plus vous «énergisez» les atomes, plus vous obtenez une lumière lumineuse. La lumière la plus brillante est blanche, ce qui n'est pas une couleur, mais la combinaison de différentes fréquences de couleurs.

La couleur elle-même est créée à partir de notre perception des ondes de lumières à différentes fréquences. On peut distinguer la couleur soit comme des ondes lumineuses émises par un objet à une certaine fréquence, soit comme des ondes qui sont reflétées lorsque l'objet absorbe d'autres fréquences. Les plantes nous paraissent vertes parce que les pigments de la chlorophylle absorbent les photons de lumière de façon à ce que les ondes nous apparaissent de couleur verte et que ce pigment masque ceux qui sont moins dominants. À l'automne, lorsque les feuilles cessent de produire ces pigments et que le niveau de chlorophylle baisse radicalement, d'autres pigments apparaissent, laissant voir le rouge, le jaune et l'orangé.

Les plantes captent la lumière du soleil et la convertissent en énergie chimique par photosynthèse. Quant à nous, êtres humains, nous absorbons, stockons et convertissons cette énergie pour alimenter nos cellules lorsque nous ingérons les plantes et les animaux qui ont mangé les plantes.

Il y a des centaines de millions d'années, certaines plantes et certains animaux ont retenu cette énergie à leur mort. Enfouie et comprimée pendant des millénaires, l'énergie s'est transformée en hydrocarbures pour former du charbon et du pétrole. Nous brûlons ces matériaux pour relâcher l'énergie qu'ils contiennent. On dit de ces combustibles qu'ils sont non renouvelables parce qu'il faudrait des millions d'années pour en créer de nouveaux.

En fin de compte, les combustibles fossiles sont une forme d'énergie solaire, car leur puissance provient au départ du soleil.

L'énergie éolienne est également tributaire de la lumière du soleil. Lorsque le soleil réchauffe l'atmosphère terrestre, cela produit du vent qui, à son tour, fait tourner des turbines qui produisent de l'électricité.

L'énergie ne peut être créée ni détruite, elle ne peut qu'être convertie d'une forme à une autre. La majorité de l'énergie utilisée aujourd'hui provient des combustibles fossiles. Étant donné que cette énergie a été concentrée tout au long de millénaires, ces combustibles dégagent une très grande force. Pour la production d'électricité à grande échelle, l'énergie est relâchée sous la forme de chaleur et convertie en énergie électrique et ensuite transportée par câble. Mais ce processus est inefficace et produit de la pollution tout en contribuant au réchauffement de la planète.

Par exemple, pour trois tonnes de charbon brûlé dans une centrale électrique, il en faut deux pour prélever l'énergie du charbon, la convertir en électricité et la transmettre aux consommateurs.

Que ce soit pour éclairer ou chauffer nos maisons ou propulser nos véhicules, nous devons trouver des méthodes plus efficaces de produire de l'énergie — des méthodes qui utilisent la majeure partie de l'énergie pour son objectif premier et qui ne créent pas un excès de perte ou de pollution lorsque vient le temps de la produire, de la convertir et de la transporter. Nous pouvons aussi trouver de nouvelles façons d'utiliser moins d'énergie.

Un début de solution à ces problèmes d'énergie se trouve peut-être dans la découverte de façons plus directes d'utiliser l'énergie solaire. Voilà qui peut faire réfléchir alors que nous fêtons le retour du soleil dans l'hémisphère nord, ainsi que la chaleur, la couleur et la renaissance qu'il procure.

15 décembre 2010

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.