La crise au Japon : Une autre bonne raison d'analyser notre utilisation de l'énergie | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: La crise au Japon : Une autre bonne raison d'analyser notre utilisation de l'énergie

(Crédit : Digital Globe-Imagery via Flickr)

Par David Suzuki avec la participation du spécialiste des communications et des publications de la Fondation David Suzuki, Ian Hanington

Le violent tremblement de terre et le tsunami subséquent qui ont frappé le Japon sont horribles et déchirants. Nos pensées accompagnent les gens de ce pays qui doivent faire face aux répercussions et aux pertes terribles qu'ils ont subies.

Pour empirer la situation, le désastre naturel terrifiant a engendré une crise d'origine humaine, tandis que se produisent des fuites de radiation des réacteurs endommagés à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, semant la peur d'une fusion du cœur du réacteur (lien en anglais seulement).

Bien que nos préoccupations immédiates touchent la population du Japon, nous devons également tirer des leçons de cette fatalité (lien en anglais seulement). Premièrement, nous pouvons apprendre quelque chose des Japonais en matière de préparation. Aussi horribles qu'aient été le tremblement de terre et ses conséquences, la situation aurait été bien pire si la population japonaise avait fait preuve de la même complaisance que bien des Canadiens et Canadiennes en matière de plan de mesures d'urgence en cas de catastrophe. Cependant, c'est également un nouvel indicateur qu'il est temps d'accorder une attention particulière à nos systèmes énergétiques.

L'an dernier, le monde entier a été témoin d'un autre cataclysme énergétique lors du déversement de pétrole dans le golfe du Mexique à la suite de l'explosion survenue sur la plate-forme de forage Deepwater Horizon. La crise nucléaire au Japon (lien en anglais seulement) et le déversement de pétrole dans le golfe attirent tous deux notre attention sur ce qui peut mal tourner dans notre poursuite insatiable d'énergie bon marché. Toutefois, les enjeux concernant notre utilisation de l'énergie sont beaucoup plus graves et continuels. Ils comprennent la pollution, l'instabilité politique, la hausse des coûts et les changements climatiques.

Encore une fois, notre appétit énergétique a provoqué un cauchemar à l'échelle mondiale. Nous pouvons nous enfoncer de plus en plus dans la crise ou la considérer plutôt comme une occasion de trouver des façons d'atteindre un avenir énergétique durable (lien en anglais seulement). Les combustibles fossiles et nucléaires sont limités et, par conséquent, ne peuvent être véritablement durables. Ils seront éventuellement épuisés, et nous avons déjà subi les répercussions d'un appauvrissement de l'approvisionnement : des prix qui montent en flèche. Une autre conséquence est que nous serons de plus en plus dépendants du pétrole extrait de sources difficiles (sur le plan environnemental et politique) comme des eaux plus profondes, les sables bitumineux, l'Arctique, et des juridictions politiques instables. L'utilisation des combustibles fossiles et nucléaires entraîne également de sérieux problèmes, pour aujourd'hui et pour demain, en raison de l'accumulation des gaz à effet de serre et des déchets radioactifs et d'une grande longévité.

De plus, les combustibles fossiles et nucléaires ne sont pas équitablement distribués sur la planète. Les gisements de pétrole, entre autres, se trouvent généralement dans des régions géopolitiquement instables. Et l'énergie nucléaire s'est révélée incroyablement dispendieuse et chronophage à produire (lien en anglais seulement). Si les fonds proposés pour la remise à neuf d'installations vieillissantes et la construction de nouvelles étaient plutôt consacrés à l'énergie renouvelable d'origine éolienne, solaire et géothermique, l'impact serait immédiat et nous mènerait vers un avenir énergétique véritablement renouvelable.

Le besoin d'évaluer nos options en matière d'énergie est plus criant que jamais. Chacune comporte son lot de conséquences et de compromis. Les changements climatiques causés par la combustion des combustibles fossiles mettent la planète en péril; les désastres et les déchets nucléaires représentent des menaces potentielles importantes pour notre santé et nos écosystèmes; même les énergies de sources renouvelables ont des répercussions. Il est temps d'évaluer notre utilisation et nos sources d'énergie afin de trouver de meilleures façons de répondre à nos besoins. Nous pouvons tous commencer à collaborer en consommant moins d'énergie.

Peu importe la voie empruntée, nous devons prévoir plus prudemment. Au Canada, un certain nombre d'organisations travaillent à l'élaboration d'une stratégie énergétique nationale — qui, étonnamment, est inexistante dans un pays développé comme le nôtre.

Pour sa part, la Fondation David Suzuki s'est associée à l'Académie canadienne du génie et à la Fondation de la famille Trottier pour procéder à l'évaluation des options énergétiques du Canada dans le cadre du Projet Trottier pour l'avenir énergétique. Nous examinons les possibilités de restreindre les pressions sur le système de production d'énergie. Comment notre consommation d'énergie entraîne-t-elle un surinvestissement dans des sources d'énergie et des technologies potentiellement dangereuses? Comment pouvons-nous tenir compte des sources d'énergie entraînant moins de répercussions environnementales? Nous nous réjouissons de travailler avec les Canadiennes et les Canadiens de tous les horizons pour préparer un avenir énergétique durable pour le Canada.

Nous souhaitons tous que la situation au Japon ne devienne pas plus problématique qu'elle ne l'est présentement. Cela dit, nous devons prendre conscience que nous pouvons et devons trouver des façons de réduire les risques résultant de notre consommation d'énergie et de nos technologies énergétiques.

22 mars 2011

Ajoutez un commentaire


2 commentaires

18 mai, 2011
10:07

Un autre désastre est en cours les feux de forêt en Alberta autour du Slave Lake. L’industrie pétrolière devient un danger explosif par sa proximité aux feux de forêt.

07 avril, 2011
14:26

Very good text. I hope our government will consider to build really reusable source of energy very soon and stop investments in carbon technologies.

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.