Photo: Les Canadiens ont de la chance: ils n'ont qu'à aller voter!

Le 2 mai votons! (Crédit : Adam Scotti via Flickr)

Par David Suzuki

Rédigé avec la contribution du spécialiste des communications de la Fondation David Suzuki, Ian Hanington.

Chaque jour, on entend parler aux nouvelles de personnes qui mettent leur vie en péril pour obtenir le droit de choisir leurs dirigeants. Ici, au Canada, les gens préfèrent hausser les épaules.

Nous ne devrions pas être si suffisants, et ne devrions jamais tenir la démocratie comme acquise. Vrai, les élections fédérales actuelles ont de quoi être frustré. L'orchestration habile des thèmes abordés, l'évitement de sujets chauds, les publicités négatives visant à attaquer les adversaires — rien de tout cela n'est bien inspirant.

Mais ces élections sont encore plus difficiles pour les millions de Canadiens qui se soucient de l'environnement. Les scientifiques du monde entier — de pays représentant tout l'éventail politique — ont révélédes preuves irréfutables que les systèmes naturels à la base de la vie sur Terre ne se portent pas bien. La pollution nuit à la santé de nos enfants et fait grimper les coûts du système de santé. L'activité humaine mène les animaux et les plantes droit vers l'extinction, à une vitesse affolante. Et le changement climatique a des répercussions désastreuses sur plusieurs facteurs de viabilité de notre monde, comme les régimes climatiques, la disponibilité de l'eau, les niveaux de la mer et notre capacité à faire pousser de quoi nous nourrir. Les conséquences économiques de ces enjeux environnementaux sont colossales.

Mais en dépit de la gravité de ces problèmes et du fait que plusieurs solutions seraient aussi bénéfiques pour l'économie qu'elles le seraient pour les écosystèmes et la santé humaine, l'environnement est le grand oublié de ces élections. Les problèmes environnementaux ont à peine été abordés dans les débats des chefs et ne sont pas couverts par les médias de nouvelles.

Au lieu de cela, on nous sert les platitudes habituelles sur les réductions d'impôts, l'économie, les avions de combat et l'ordre public. Bien sûr, ces questions sont toutes importantes et méritent qu'on leur porte attention, mais si on ne protège pas l'air, l'eau et le sol qui nous donnent la vie, nous ne seront même plus là un jour pour nous soucier des autres problèmes!

Donc effectivement, il n'est pas évident d'être enthousiaste face à ces élections quand un si grand nombre de politiciens et de grands patrons se désintéressent complètement des enjeux les plus importants pour les Canadiens et de la place qu'occupe notre pays dans la communauté mondiale. Mais chaque vote compte et il est particulièrement essentiel que les jeunes aillent voter. Les dernières élections ont vu le plus faible taux de participation depuis la Confédération, en partie parce que les jeunes ne se sentent pas concernés par la politique. Selon Statistique Canada, près de 90 pour cent des gens âgés de plus de 65 ans votent aux élections fédérales, mais moins de 50 pour cent des moins de 30 ans se rendent aux urnes. Ces chiffres sont déconcertants quand on sait que l'avenir du pays appartient aux jeunes.

Évidemment, on doit pousser un peu pour bien comprendre les positions des différent partis sur certains enjeux, mais si les candidats sont prêts à donner de leur temps pour être élu et à nous représenter au Parlement, nous pouvons au moins faire un effort : visiter quelques sites web, dire à vos candidats que l'environnement nous tient à cœur, poser des questions, voter si vous êtes jeune et encourager les jeunes à voter si vous êtes une personne plus âgée, et bien sûr, remplir votre propre bulletin de vote. Ces gestes sont beaucoup plus faciles que de prendre les armes et de risquer votre vie pour gagner le privilège de vivre dans une démocratie.

Certains enjeux peuvent sembler lointains ou abstraits, mais les politiciens prennent des décisions chaque jour qui ont des répercussions sur chacun de nous de nous. Voulez-vous d'un pipeline reliant les sables bitumineux aux côtes de la Colombie-Britannique? Que pouvons-nous faire pour rendre les villes plus habitables et durables? Pouvons-nous faire mieux en matière de protection de la faune et de l'habitat? De quelle façon pouvons-nous profiter des occasions liées au secteur de l'énergie verte?

Chaque Canadien devrait être heureux de ce que nous avons accompli au cours de notre relativement courte histoire. Notre nation est une des plus tolérantes et pacifiques sur Terre, et nous avons la chance de bénéficier de réserves abondantes d'eau douce et d'une richesse naturelle incroyable. Notre pays en est un extraordinaire parce que notre système démocratique nous permet de participer au choix des personnes et des partis qui nous gouvernent. Le pays que nous aurons dans le futur, celui que nous lèguerons à nos enfants et petits-enfants, sera façonné par les choix que nous faisons maintenant, et par les gens que nous élisons afin qu'ils agissent en notre nom.

Nous ne pouvons prendre cette responsabilité à la légère. Nous jouissons d'une liberté et d'une qualité de vie pour lesquelles d'autres sont prêts à tuer et à mourir. Il y a donc au moins une chose que nous devons absolument faire pour conserver ces privilèges: voter!

22 avril 2011

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.