L'industrie des combustibles fossiles nous donne raison d'être sceptiques | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: L'industrie des combustibles fossiles nous donne raison d'être sceptiques

Une meilleure planification et l'accent mis sur les sources d'énergies renouvelables seraient meilleurs pour la santé de notre eau, de nos terres, de notre air et de nos gens. (Crédit : seng1011 via Flickr)

Par David Suzuki

Rédigé avec la participation du spécialiste des communications et des publications de la Fondation David Suzuki, Ian Hanington.

La priorité pour les gens qui dirigent les sociétés pétrolières est de maximiser les profits. Nous savons que leurs paroles et leurs actes sont largement guidés par leur engagement envers les actionnaires, et nous les prenons donc en considération dans ce contexte. Les politiciens, d'un autre côté, sont censés représenter les intérêts du public. Soutenir l'industrie peut être bon pour les citoyens, mais lorsque les représentants élus consacrent davantage d'efforts à créer des occasions pour l'industrie que pour leurs électeurs, ils perdent notre confiance — particulièrement lorsque la croissance industrielle se fait au détriment de l'intérêt public.

Étant donné la réputation de l'industrie des combustibles fossiles à tromper la confiance du public (lien en anglais seulement) et à mettre l'environnement en danger, son soutien par les dirigeants politiques devrait prendre une pause. Le désastre survenu dans le golfe du Mexique il y a un an lorsque l'installation de forage Deepwater Horizon de BP a explosé, tuant 11 personnes et répandant du combustible dans le golfe, a sonné l'alarme, mais cela semble déjà s'estomper dans notre mémoire collective.

Nous ne devrions pas oublier ce désastre, et pas seulement parce que des millions de barils de combustibles infligent encore des dégâts aux écosystèmes. La crise de l'an dernier a été le résultat de l'échec d'une vanne de sécurité, mais le golfe est toujours tacheté d'installations de forage du même genre, dont la plupart n'ont pas été convenablement inspectées et entretenues.

Avec l'installation du Deepwater Horizon (lien en anglais seulement), les propriétaires avaient le droit de préparer leurs propres rapports d'inspection, qui étaient par la suite transmis aux organismes de contrôle américains comme étant exacts.

Le golfe (lien en anglais seulement) abrite également quelque 27 000 puits de gaz et de pétrole abandonnés et quelque 3 500 puits « temporairement abandonnés » (lien en anglais seulement). L'Associated Press rapporte que personne ne contrôle ces puits afin de s'assurer qu'ils soient sûrs et sécuritaires. Évidemment, l'opération de nettoyage peut être coûteuse. Même si l'industrie des combustibles fossiles est la plus profitable de l'histoire, et même si elle continue de recevoir d'importantes subventions (lien en anglais seulement) financées par les contribuables au Canada, aux États-Unis et dans d'autres pays, leurs personnels de direction sont réticents à dépenser de l'argent s'ils n'ont pas à le faire. Cela réduirait les profits.

Pendant ce temps, les gouvernements du Canada et de l'Alberta ont lancé une campagne financée par les contribuables contre la proposition scientifiquement fondée de l'Union européenne d'étiqueter le pétrole provenant de sables bitumineux comme étant «un combustible à teneur élevée en carbone». De plus, les deux gouvernements n'ont que récemment admis que les sables bitumineux entraînent des conséquences négatives pour la rivière Athabasca (lien en anglais seulement). Même malgré les études scientifiques qui démontrent le contraire, les politiciens et les industriels maintenaient que les sables bitumineux n'affectaient pas la rivière Athabasca et que la contamination montrée était tout à fait «naturelle».

Notre insatiable appétit pour les combustibles fossiles a également soulevé des préoccupations concernant la fracturation hydraulique, ou « hydrofracturation » (lien en anglias seulement), un procédé par lequel de grandes quantités d'eau, de sable et de produits chimiques sont injectées dans le puits pour fracturer le sous-sol afin de libérer le gaz naturel. Les fuites, les explosions, la contamination des eaux, l'augmentation de l'ozone dans l'atmosphère et les émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, ne sont que quelques conséquences possibles de ce procédé.

Cela nous apprend que, en plus des données sur la pollution et les changements climatiques, nous devons bien examiner notre utilisation d'énergie et nos sources. Nous ne pouvons nous attendre à des données fiables de la part de l'industrie. Après tout, sa priorité est de faire la promotion de ses propres intérêts. Il semble également que nous ne pouvons nous attendre à bien plus de nos gouvernements, qui sont souvent dirigés par des gens qui sont plus préoccupés par leurs intérêts personnels à court terme, fondés sur les cycles électoraux, que sur les intérêts à long terme des gens qui les ont élus.

Le Canada a son pétrodollar (lien en anglais seulement). Notre économie est à l'heure actuelle alimentée par le prix élevé du pétrole. Par contre, où cela nous mènera-t-il lorsque notre eau, nos terres, et notre air seront pollués, lorsque nos enfants souffriront des effets de la pollution et des changements climatiques, et lorsque le pétrole sera presque épuisé et que le reste du monde sera passé à l'énergie propre?

Nous avons besoin d'un meilleur plan que simplement obtenir le plus de pétrole, de gaz et de charbon le plus rapidement possible. Un développement plus lent et plus réfléchi de ces ressources et de meilleures façons de gérer les revenus générés, garantissant que la richesse est utilisée pour le bien de tous les Canadiens, pourraient nous aider à franchir le pas vers l'énergie propre. Une meilleure planification et l'accent mis sur les sources d'énergies renouvelables seraient meilleurs pour la santé de notre eau, de nos terres, de notre air et de nos gens. Cela sera également bien meilleur pour la prospérité économique à long terme de notre pays.

28 avril 2011

Ajoutez un commentaire


2 commentaires

18 mai, 2011
09:54

Les gouvernements ont une dette publique élevée et toute entrée nouvelle d’argent est la bienvenue en passant outre aux conséquences sur la santé publique et environnementale. Les écologistes qu’on étiquette empèche cette croissance (excroissance) économique.

05 mai, 2011
22:04

Dear Mr Suzuki, I am a semi-retired teacher and have not taught science in a very long time. I was pleased to see that your site has French content since I will be doing a short term science assignment in French. I was wondering if you have a video on water systems in French or if you know a site where one is available. I also wondered if materials on your site are able to be reproduced by teachers for classroom use. Coincidently, many of my students will be Herb CampbellPS to attend your honorary school this Sept.

Thank you and best wishes

Stan Morin

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.