L'éthique et la logique tordue des ennemis de la nature. | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: L'éthique et la logique tordue des ennemis de la nature.

(Crédit : wenzday01 via Flickr)

Par David Suzuki

Qui influence le Canada au sujet de la priorité qu'il accorde à ses ressources naturelles? Dans un troublant appel au sentiment anti-américain, certains partisans de l'industrie prétendent que des intérêts américains menacent la politique canadienne par le biais de dons à des groupes environnementaux d'ici. Ces arguments ont été soulevés dans des publications telles que le Vancouver Sun, le Calgary Herald ainsi qu'à la chaine télévisée Sun TV. Ils ont été repris la semaine dernière par le Sénateur Larry Smith dans une attaque directe contre notre fondation alléguant que le financement international des organismes de charité menace notre souveraineté.

Un récent rapport de Greenpeace intitulé « Qui nous empêche de progresser » (en anglais) pointe dans une toute autre direction. En effet, ce rapport démontre que des multinationales américaines des secteurs pétroliers, miniers, chimiques et autres, ont investit des sommes considérables et ont fait appels à des think tanks (en anglais) et des firmes lobbyistes (en plus d'utiliser les « renvois d'ascenseurs » entre le gouvernement et l'industrie), dans le but d'enrayer toutes actions contre les changements climatiques et influencer les politiques des ressources naturelles du Canada et d'autres pays. Force est de constater qu'ils ont beaucoup plus d'influence sur le Canada que nous en avons.

Des opposants aux initiatives environnementales ont pointé du doigt les récentes manifestations contre le pipeline Enbridge Northern Gateway qui transporterait le bitume des sables de l'Alberta jusqu'à la côte nord de la Colombie-Britannique. Ils voient derrière ces manifestations, une conspiration menée par des investisseurs américains (en anglais) qui voudraient s'assurer que le pétrole ne prenne pas la route vers l'Asie. Ils ont cependant omis dans leur logique tordue le fait suivant : les environnementalistes qui s'opposent aux pipelines Enbridge Northern Gateway s'opposent aussi au pipeline Keystone XL qui transporterait le carburant des sables bitumineux vers les États-Unis.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Si les auteurs de cette théorie de conspiration étaient réellement outrés de l'influence des États-Unis sur le développement des ressources et l'infrastructure du Canada, ils chercheraient à obtenir un plus grand contrôle national de l'industrie du pétrole, qui est possédée en majorité par des entreprises américaines et chinoises. Ils s'informeraient aussi sur les fonds attribués par l'industrie américaine à d'autres groupes environnementaux canadiens ou à des organisations de droite telle que l'Institut Fraser, et qui sont tous soumis aux mêmes lois et règlements que la Fondation David Suzuki en matière de financement. Ces critiques quant aux versements d'argent par des intérêts américains à des organismes à but non lucratif canadiens font partie d'un récent effort cherchant à faire taire ceux qui désirent plus d'équilibre dans les discussions portant sur l'industrie des combustibles fossiles et les problématiques environnementales. C'est dans cette lignée que s'inscrivent les récentes attaques (en anglais) de Sun Media, propriété du géant médiatique Quebecor, envers la CBC et certains groupes environnementaux qui ne soutenaient pas leur mentalité pro-gouvernementale et pro-industrie.

Dans un des scénarios de « renvois d'ascenseurs » soulevé par le rapport de recherche de Greenpeace, Kory Teneycke a quitté son poste de directeur des communications du premier ministre Stephen Harper pour se joindre à la chaine télévisée Sun Tv un peu avant son lancement. Plusieurs journalistes approchés pour travailler pour la chaine télévisée ont affirmé que Teneycke leur avait expliqué qu'une partie de leur travail consisterait à me rabaisser. Sun Media a aussi fait campagne pour que la Fondation David Suzuki perde son statut d'organisme de charité (en anglais) . Il n'est donc pas surprenant que l'une des têtes d'affiche de la chaine Sun TV (en anglais), Ezra Levant, entretienne de forts liens avec le gouvernement Harper. C'est ce même journaliste qui a lancé la campagne de « pétrole éthique », campagne ensuite reprise par Alykhan Velshi (en anglais) , qui vient tout juste d'être engagé au poste de directeur de planification de Stephen Harper.

J'aimerais avoir autant d'influence sur la politique que les anti-environnementalistes et les médias le prétendent, mais je crois que Greenpeace est beaucoup plus près de la réalité en disant que les intérêts de l'industrie locale et étrangère possèdent beaucoup plus de pouvoir.

Tout comme nous nous réjouissons que les Canadiens s'impliquent monétairement dans des causes internationales importantes — de l'aide à la reconstruction de Haïti au combat contre la famine en Afrique — la Fondation David Suzuki est heureuse que des gens qui vivent à l'extérieur de nos frontières se soucient de l'importance de la protection de l'environnement au Canada.

Tout comme de nombreuses organisations environnementales, la Fondation David Suzuki est en mesure de faire son travail grâce à un grand nombre de personnes qui donne temps et argent. Plus de la moitié de notre financement (55 ) provient d'environ 28 000 donateurs, dont plus de 9000 donnent de l'argent tous les mois. Des fondations philanthropiques et des entreprises fournissent le reste. Nos dons provenant des États-Unis et d'autres pays se chiffrent entre 6 et 10 par année et tous doivent satisfaire aux exigences de notre politique d'acceptation des dons.

Je vous encourage fortement à considérer les deux points de vue. Si vous croyez que les Canadiens et les Canadiennes doivent ralentir l'industrie pétrolière et se défaire graduellement de la dépendance aux énergies fossiles de manière à aider à protéger l'environnement et la vie humaine, alors, s'il vous plait, encouragez notre travail ainsi que celui d'organismes semblables au nôtre. De plus, même si nous sommes extrêmement reconnaissants du soutien que nous recevons de la part de donateurs canadiens, nous sommes heureux d'accepter les dons de gens d'ailleurs qui désirent protéger notre nature et la défaire de ceux qui la menacent.

Rédigé en collaboration avec Ian Hanington, spécialiste des communications et d'éditions pour la Fondation David Suzuki

20 mars 2012

Ajoutez un commentaire


1 commentaire

20 mars, 2012
16:56

Monsieur Suzuki,

Je vous appuie même si je ne suis pas parfaitement au courant de la situation. Je crois qu'il est grandement temps que tout le monde se réveille. Je vis au Québec et je n'en reviens pas de la température. C'est du jamais vu… Je ne m'en réjouis pas car je trouve cela anormal à ce temps ci de l'année… Curieusement, nous sommes le printemps suivant la catastrophe nucléaire au Japon… L'éthique est un mot à la mode par les temps qui courent … peu la respectent vraiment….

J'admire ce que vous osez faire… Longue vie à votre oeuvre !!

Brigitte

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.