Déverser les déchets dans le sol est une solution vacillante | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: Déverser les déchets dans le sol est une solution vacillante

(Crédit : patrick h. lauke via Flickr)

Par David Suzuki

Que pouvons-nous faire de nos déchets issus de nos activités industrielles — que cela soit de notre extraction des combustibles fossiles, de notre agriculture, de nos productions de produits chimiques et pharmaceutiques? Nous en avons déversé beaucoup dans l'air, mais ce n'est pas un bon plan. Le dioxyde de carbone, l'ozone, le mercure, et les autres émissions sont dangereux pour la santé humaine et contribuent au réchauffement climatique ainsi qu'à la formation de trous dans la couche d'ozone. Nous avons aussi déversé nos déchets dans les océans. Mais cela compromet la vie marine dont dépendent des millions de personnes pour se nourrir.

Nous pourrions les enterrer : « loin des yeux, loin du cœur ». Mais nous avons appris que les cacher en dessous de nos pieds n'est pas la meilleure solution non plus. Plusieurs rapports scientifiques ont remis en question toutes ces solutions notamment l'injection dans des puits ou le captage et le stockage de carbone. Ce dernier est une composante clé des stratégies en matière de changements climatiques et budgétaires du gouvernement fédéral et de l'Alberta.

Selon une étude récente, la connaissance est faible concernant les fuites des 680 000 déchets injectés dans les sols des États-Unis, mais les défaillances structurales sont communes. Il n'est pas surprenant que lorsque nous considérons que presque 130 milliards de litres de liquides toxiques ont été pompés sous terre aux États-Unis au cours des dernières décennies. ProPublica, un site internet de journalisme d'investigation, rapporte que « l'idée basée sur la science que les injections sont sécuritaires n'a pas évolué au même rythme que la réalité et que la surveillance ne fonctionne pas toujours

Inscrivez-vous à notre bulletin

Les chercheurs disent que les puits fuient souvent, engendrant la contamination de l'eau souterraine et renvoyant les déchets et les produits chimiques toxiques à la surface. Selon ProPublica, « Entre la fin 2007 et début 2010, une entorse à l'intégrité d'un puits a été observée à chaque six puits d'injection examinés — plus de 17 000 infractions à l'échelle nationale. Plus de 7 000 puits ont démontré des signes de fuite au niveau des murs. Les dossiers montrent en outre que les puits sont souvent exploités en violant les règles de sécurité et dans des conditions qui augmentent considérablement le risque de fuites de fluides et la menace de contamination de l'eau. »

La capture et le stockage du carbone est une autre avenue pour cacher nos déchets industriels dans nos sols — dans ce cas, le dioxyde de carbone issu de la production thermique des centrales de charbon et l'exploitation des sables bitumineux qui serait sinon rejeté dans notre atmosphère, contribuant au réchauffement climatique. Les gouvernements fédéral et de l'Alberta ont placé la plupart de leurs espoirs dans la stratégie, rassemblant presque 3 milliards $ pour tester la technologie.

Un des premiers projets se solda par un échec quand l'entreprise principale derrière cette aventure s'est retirée. Le gouvernement de l'Alberta et le gouvernement fédéral ont affecté près de 800 millions $ pour le projet commun de 1,4 milliard $ TransAlta, Capital Power, et Enbridge, qui aurait pris le carbone de la centrale électrique au charbon située à l'ouest d'Edmonton et l'aurait soit stocké dans le sol soit injecté dans des puits pour récupérer les hydrocarbures. Même avec un support gouvernemental généreux, les représentants de TransAlta ont affirmé que le marché de la vente de carbone et le prix des réductions d'émissions n'étaient pas suffisants pour justifier d'aller de l'avant avec ce projet et que le plan n'était pas économiquement viable sans un prix fédéral du carbone par un système de plafonnement et d'échange ou une taxe sur le carbone.

Les difficultés économiques en lien avec la capture du carbone ne sont pas les seuls défis. Le Conseil National de Recherche des États-Unis a conclu que le stockage de carbone dans le sol peut déclencher des tremblements de terre. Et des chercheurs de l'Université Stanford en Californie disent que cela peut fracturer les rochers environnants, laissant ainsi s'échapper du carbone. Un rapport de Greenpeace note que la technologie, qui doit être démontrée efficace à grande échelle, est très énergivore, chère, ne réussirait probablement pas à réduire nos émissions assez rapidement pour éviter des changements climatiques dangereux, et a un impact négatif sur les fonds et la recherche nécessaires pour des sources énergétiques plus propres.

En Alberta, les contribuables sont tenus d'assumer tout problème qui pourrait surgir une fois que le carbone est stocké. Par la loi, le gouvernement de l'Alberta assume la responsabilité pour l'entretien, le nettoyage et autres coûts. Le fait que l'industrie ait exigé cette disposition nous pouvons nous poser la question quant à la sécurité et la fiabilité de la technologie.

Mais plus encore, nous ne savons pas vraiment quel effet l'injection de millions de tonnes de CO2 dans le sol aura sur les bactéries et autres organismes vivants vivant dans le sol.

Nous devons considérer plusieurs solutions pour gérer les déchets, la pollution, et le réchauffement climatique, et non pas des schémas risqués et couteux qui ne servent en fin de compte qu'à permettre notre dépendance continue aux combustibles fossiles. Notre meilleure chance est de réduire nos déchets et nos émissions. Et au lieu de mettre de l'argent dans des projets de capture et de stockage du carbone, nous devrions investir dans les énergies renouvelables.

Écrit avec la contribution du Spécialiste en communication et éditorial de la Fondation David Suzuki Ian Hanington.

12 juillet 2012

Ajoutez un commentaire


1 commentaire

13 juillet, 2012
15:54

Bonjour, Quelques mots sur le dossier destruction des déchets produits. Tout ce qui entre en dégradation rapide dans les cycles actifs ne pose guère de problème.Notre gros problèmeréside dans notre production importante de déchets dont l'assemblage ne suit pas le schéma naturel dynamique car les déchets stockés résitent aux dégradations pendant près d'un siècle.Pour les déchats nucléaires,ils vont dans les profondeurs des mers et océans. Nous mngeons les produits marins malgré cet empoisonnement généralisé.30000 ans pour l'atome en radiation,les poisons et toutes vies atteintes dans leurs formes.il ne nous restera bientôt qu' à manger des produits irradiés.Le principal est de ne pas le savoir et notre appétit sera protégé.L'humain est sans conscience car il détruit son berceau par ses propres inventions! J'oubliais,les hommes veulent recréer le monde plus parfait à leur image. Danger pour la suite… Avec mes sentiments respectueux de notre équilibre planétaire

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.