On ne peut ignorer ces petites choses qui nous gardent en vie | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: On ne peut ignorer ces petites choses qui nous gardent en vie

(Crédit : Jun via Flickr)

Par David Suzuki

Les scientifiques croient que la vie est apparue sur Terre il y a presque 4 milliards d'années, soit environ 500 millions d'années après la formation de notre relativement jeune planète. Il serait passionnant d'apprendre comment la vie a débuté et comment elle a réussi à persister.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Si les scientifiques inventaient une façon de retourner dans le passé pour revivre l'Histoire de la Terre, on ne découvrirait que peu de vie pour la majeure partie de ces 4 milliards d'années. L'évolution bouillonnait pourtant, mais à l'échelle microscopique alors que les organismes s'adaptaient aux complexités de la survie : trouver nourriture et énergie, éviter les prédateurs, contrer la maladie (même les bactéries souffrent d'infections virales), se reproduire et éliminer les déchets.

Après avoir perfectionné ces détails fondamentaux, des cellules plus complexes sont apparues en incorporant en elles d'autres cellules qui s'acquitteraient de tâches plus complexes, comme capter l'énergie du soleil (photosynthèse) ou générer de l'énergie à partir de molécules emmagasinées. Tout était maintenant en place pour le grand épanouissement de la vie sous des formes perceptibles à l'œil humain : les organismes multicellulaires. Une fois qu'un organisme s'était composé d'un grand nombre de cellules, le partage des tâches devenait possible. Différentes cellules se sont spécialisées dans le déplacement, l'alimentation, la digestion, l'excrétion et la reproduction. Tout ceci s'est produit dans le dernier cinquième de la présence de la vie alors que mers et continents se sont remplis d'une flore et d'une faune absolument extraordinaires.

C'est une magnifique histoire, que nous commençons à peine à connaître. Nous avons tendance à nous concentrer sur les gigantesques formes de vie tels les arbres, les éléphants et les baleines. C'est compréhensible. Elles sont souvent spectaculaires. Mais notre penchant pour ce qui est grand et impressionnant masque l'importance, et la beauté, de ce que l'on nomme souvent les « bestioles », comme les vers, les insectes, les moisissures et les bactéries.

Petit garçon, j'étais fervent collectionneur d'insectes. Les insectes me nourrissaient d'une fascination sans fin. Beaucoup affichent des couleurs et des motifs spectaculaires et ont des formes bien plus étranges et surprenantes que tout ce que la science-fiction d'Hollywood ne nous a jamais présenté. Cette fascination de mon enfance s'est transformée plus tard, au collège, dans l'étude de l'hérédité d'un insecte, la drosophile (mouche à fruits), qui en a beaucoup révélé sur les principes de la génétique de l'être humain.

Dans notre préoccupation à vouloir protéger les grizzlys, les ours polaires, les grues blanches, les séquoias, les loups et les caribous, nous ne laissons pas beaucoup de place aux petites créatures qui permettent la vie sur terre. De minuscules organismes et les racines de plantes filtrent l'eau alors qu'elle se fraie un chemin dans le sol ; les insectes, les bactéries et les moisissures créent de l'humus en décomposant plantes, animaux et excréments ; les bactéries dans les légumineuses capturent l'azote de l'atmosphère et l'incorporent à l'humus ; tout ce qui est vert, en captant les rayons du soleil, échange du dioxyde de carbone pour de l'oxygène, que les animaux, nous y compris, consomment et emmagasinent. Dans les faits, les bactéries produisent directement près de la moitié de l'oxygène que nous respirons. Il y a 10 fois plus de microbes que de cellules dans le corps humain, et bon nombre d'entre eux nous gardent en vie en aidant notre digestion, en combattant les infections, et en nous rendant bien d'autres services.

Il y a nombre d'années, des scientifiques norvégiens ont démontré qu'une seule cuillère à café de sol provenant d'une plage contenait plus de 4000 différentes espèces de bactéries. Une autre cuillère à café prise dans une forêt de feuillus avoisinante renfermait un nombre semblable d'espèces, la plupart différentes de celles trouvées sur la plage. La terre n'est pas de la saleté ni exempt de vie : c'est une complexe communauté d'organismes vivants, que les techniques modernes d'agriculture anéantissent souvent.

Les scientifiques estiment que pour chaque être humain sur la planète correspondent environ 200 millions d'insectes. Ils sont une composante importante des écosystèmes, ils rendent des services tels que la pollinisation, la production de nourriture et la lutte contre les organismes nuisibles. De toutes les espèces d'insectes, très peu causent du tort aux humains, et pourtant nous épandons de puissants produits chimiques qui tuent tous les insectes pour atteindre la petite fraction qui est problématique.

Comme toutes les formes de vie ont évolué afin de trouver des manières de se nourrir, d'éviter de se faire dévorer, de guérir les infections, de se reproduire et d'éliminer les déchets, nous aurions fort à apprendre à les respecter et à patiemment observer comment ils créent des solutions. Des scientifiques ont découvert que la pénicilline était la réponse des moisissures aux attaques des bactéries. La vincristine , trouvée dans la pervenche de Madagascar, et le taxol , dans les ifs, aident tous deux dans la lutte contre le cancer. Les enzymes de restriction, outils indispensables des manipulateurs généticiens, sont utilisées par les bactéries afin de combattre les infections virales.

Les enfants chéris de la conservation sont les espèces charismatiques telles les baleines, les pandas, les cèdres et les phoques. Mais les petites choses qui maintiennent la biosphère pour des créatures comme nous sont probablement encore plus menacées parce que nous les ignorons. Si nous prenions le temps de les étudier, elles auraient beaucoup à nous apprendre.

15 août 2013

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.