La recherche de solutions aux changements climatiques est entravée par les attaques des climato-sceptiques | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: La recherche de solutions aux changements climatiques est entravée par les attaques des climato-sceptiques

Par David Suzuki

À partir de fin Septembre, le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) publiera son cinquième rapport d'évaluation, en trois chapitres et un résumé. Pour ne pas être en reste, les climato-sceptiques ont déclenché un déluge d'attaques visant à discréditer le document avant même qu'il ne soit publié. Et ce n'est probablement qu'un début.

Inscrivez-vous à notre bulletin

De nombreux organes de presse participent aux efforts visant à saper les preuves scientifiques des changements climatiques. Des opinions de climato-sceptiques ont été relayées dans des publications au Canada et partout dans le monde, y compris dans le Financial Post et le Washington Post, l'Australian et le Mail on Sunday Royaume-Uni.

Dans le Guardian, les scientifiques Dana Nuccitelli et John Abraham démontrent que les attaques couvrent les cinq étapes du déni climatique: nier l'existence du problème, nier que nous en sommes la cause, nier que c'est un problème, nier que nous pouvons le résoudre et affirmer qu'il est trop tard de toute façon.

Une attaque qui attire l'attention des médias est le rapport «Climate Change Reconsidered II: Physical Science», publié par un groupe s'affublant du nom « International Climate Science Coalition ». Le document est l'œuvre de Fred Singer, un apologiste bien connu de l'industrie du tabac et climato-sceptique , avec des contributions de Bob Carter et Craig Idso, également connus pour leurs critiques infondées de la recherche scientifique liée aux changements climatiques, et publié par le Heartland Institute, une organisation américaine connue pour avoir défendu les intérêts des industries du tabac et des combustibles fossiles. Heartland a fait les unes des journaux l'année dernière après avoir comparé ceux qui acceptent les preuves scientifiques écrasantes des contributions humaines aux changements climatiques avec des terroristes et des criminels comme Theodore Kaczynski, l' « Unabomber »!
Lisez les concoctions de Singer si vous le désirez. Mais le document est une longue liste de vieilles idées climato-sceptiques discréditées, y compris celle que les émissions de dioxyde de carbone sont positives parce qu'elles stimulent la vie. Le but des climato-sceptiques n'est pas de contribuer à notre compréhension des changements climatiques, mais de promouvoir les entreprises engagées dans l'extraction et la distribution d'énergies fossiles, ainsi que d'autres industries. Heartland-ICSC mentionne d'ailleurs explicitement ces objectifs dans leur communiqué de presse.

Ce même communiqué affirme que le rapport de Singer, qui n'a pas été évalué par un comité de lecture de pairs, fournit aux gouvernements « les preuves scientifiques dont ils ont besoin pour justifier la fin du développement des sources d'énergie alternatives inefficaces et d'autres tentatives futiles et coûteuses de contrôler le climat. De cette façon, ils peuvent concentrer leurs efforts sur le soutien de nos sources d'énergie les plus puissantes — charbon, pétrole, gaz naturel, nucléaire et hydro-électricité — afin de mettre fin au fléau de la pauvreté énergétique qui touche plus d'un milliard de personnes à travers le monde. »

En d'autres termes, inutile de s'inquiéter à propos des changements climatiques ou même de la pollution de l'air ambiant, ou du fait que les combustibles fossiles deviennent de plus en plus difficile à extraire et finiront par s'épuiser complètement. Et même lorsqu'il est évident et généralement reconnu que ce sont les populations les plus pauvres de la planète qui subiront les impacts les plus dévastateurs des changements climatiques, les auteurs du rapport s'apitoient sur le sort de ceux qui souffrent de «pauvreté énergétique».

Dans l'ensemble, les attaques contre la climatologie viennent d'individus dont les arguments ont été discrédités plusieurs fois et qui ont souvent des liens avec l'industrie des combustibles fossiles. Certains, dont Roy Spencer et Ross McKitrick, ont signé la Déclaration de Cornwall, qui déclare: «Nous croyons que la Terre et ses écosystèmes — créé par la conception intelligente de Dieu et sa toute-puissance et maintenus par sa fidèle providence — sont robustes, résistants, capables d'autorégulation et d'autocorrection, admirablement adaptés à l'épanouissement humain, et l'affichage de sa gloire. Le système climatique de la Terre n'est pas une exception. »

La déclaration affirme également qu'«il n'existe aucune preuve scientifique convaincante que la contribution humaine aux gaz à effet de serre provoque un réchauffement climatique dangereux» et que les énergies renouvelables ne devraient pas remplacer les énergies fossiles. Leur vision du monde ne peut accepter la réalité des changements climatiques ou de ses solutions, et reste aveugle à l'évidence — ce qui choque beaucoup ceux parmi les croyants qui croient que nous avons des responsabilités envers la Terre.

Le rapport du GIEC, en revanche, est un examen de toutes les données scientifiques disponibles sur les changements climatiques, mené par des centaines d'experts internationaux. Il confirme que les changements climatiques sont une réalité, que les énergies fossiles en sont une cause majeure et que la situation va s'aggraver si nous n'agissons pas. Il examine également ce qui semble être un léger ralentissement du réchauffement climatique — mais certainement pas un coup d'arrêt, comme le prétendent les climato-sceptiques — et y propose des explications scientifiques. Les chapitres suivants proposeront également des solutions.

Résoudre le problème des changements climatiques sera couteux, mais il le sera beaucoup plus de suivre les conseils défaitiste des laquais de l'industrie, dont la cupidité et l'indifférence envers l'humanité condamne nos enfants et petits-enfants à un avenir incertain.

Rédigé en collaboration avec Ian Hanington, éditeur en chef de la Fondation David Suzuki.

26 septembre 2013

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.