La tragédie aux Philippines démontre l'urgence du sommet sur le climat de Varsovie | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: La tragédie aux  Philippines démontre l'urgence du sommet sur le climat de Varsovie

Par David Suzuki

Alors que les gens aux Philippines sont aux prises avec la dévastation et la mort associées à la pire tempête des annales de la Terre, les dirigeants mondiaux se réunissent à Varsovie, en Pologne, pour discuter de la crise climatique. « Ce que mon pays traverse à la suite de cet événement climatique extrême est de la folie. La crise climatique est de la folie » a déclaré à la séance d'ouverture du sommet climatique de l'ONU, Yeb Sano, négociateur en chef pour les Philippines, le sommet se déroule jusqu'au 22 Novembre 2013. «Nous ne pouvons arrêter cette folie. Ici à Varsovie ".

Inscrivez-vous à notre bulletin

Compte tenu de la lenteur des progrès au cours des 18 réunions tenues depuis 1992, lorsque les pays du monde entier ont rejoint la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, il est difficile de ne pas être pessimiste. Le Canada, en particulier, a été pointé du doigt à plusieurs reprises parmi les quelques 200 pays membres pour entrave au progrès et pour ne pas faire assez pour lutter contre les changements climatiques sur notre territoire.

Mais alors que les preuves scientifiques continuent de s'accumuler et les impacts (des conditions météorologiques extrêmes à la fonte des glaces de l'Arctique) continuent de s'aggraver, avec des coûts qui montent chaque jour, l'élan nécessaire pour résoudre le problème s'accroit. Nous épuisons les ressources limitées de la Terre et nous poussons les écosystèmes mondiaux jusqu'aux points de basculement, au-delà desquels la lutte contre la pollution et le réchauffement climatique deviendront de plus en plus difficiles et coûteux. Le seul obstacle à l'élaboration d'un plan pour le climat qui soit juste, ambitieux et juridiquement contraignant pour le monde, c'est le manque de volonté politique.

Une partie du problème est que la plupart du monde est liée à l'économie des combustibles fossiles et la ruée est en cours pour extraire du sol le plus de pétrole, de charbon et de gaz et les mettre sur le marché alors que les gens sont toujours prêts à payer pour et les brûler. Nous perdons de précieuses ressources au nom des profits rapides, au lieu de les utiliser pour la propulsion de gros véhicules de métal souvent occupés par une seule personne et plutôt que de les faire durer pendant que nous transitons vers des sources d'énergie plus propres.

Mais il y a des raisons d'espérer. Des solutions sont disponibles. Les gouvernements doivent tout simplement faire preuve de courage et de leadership pour nous mettre sur la voie d'un avenir plus sain.

Par exemple, un récent rapport de la firme de conseil en énergie ECOFYS intitulé « Faisabilité de l'élimination des émissions de GES vers le milieu du siècle » (traduction libre) montre qu'il est techniquement et économiquement possible de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre à zéro de 90 pour cent des sources courantes avec des technologies facilement disponibles. Cela montre que nous pourrions éliminer la quasi-totalité des émissions nettes en 2050 en innovant davantage. Ce faisant, nous pourrions probablement atteindre l'objectif convenu de limiter l'augmentation de la température mondiale moyenne à moins de 2 oC et nous aurions 50 pour cent de chances de rester en-dessous de 1,5 oC d'ici la fin du siècle. Tout cela aurait l'avantage de réduire « la pollution de l'eau, de l'air et des sols associé à la production d'énergie traditionnelle. »

Le rapport fait écho aux conclusions de la Fondation David Suzuki concernant le potentiel du Canada à répondre aux demandes actuelle et projetée pour le carburant et d'électricité avec les sources en place des énergies solaire, éolienne, hydroélectrique et de la biomasse.

Que tout cela soit politiquement réalisable ou non est une autre question. Mais plus nous retardons cela, plus difficile et coûteux cela deviendra.

Une recherche par sondage montre aussi que les Canadiens s'attendent à ce que notre gouvernement soit un citoyen du monde constructif dans la lutte contre les changements climatiques. Un récent sondage Léger Marketing parrainé par Canada 2020 et l'Université de Montréal permis de constater que la majorité des Canadiens comprennent que l'activité humaine contribue aux changements climatiques et croient que le gouvernement fédéral devrait rendre cette problématique une priorité. Parmi les personnes interrogées, 76 pour cent ont déclaré que le Canada devrait signer un traité international pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, avec la plupart qui soutiennent cela même si la Chine ne s'engage pas.

Le sondage a également révélé un soutien majoritaire pour une taxe sur le carbone comme un moyen de lutter contre les changements climatiques, en particulier si l'argent généré est utilisé pour soutenir le développement des énergies renouvelables. Bien que la Colombie-Britannique ait récemment reculé par rapport au leadership précédent sur les changements climatiques, la taxe sur le carbone est un exemple parmi d'autres de gouvernements locaux qui font plus que le gouvernement fédéral pour lutter contre les changements climatiques.

Nous et nos dirigeants à tous les niveaux politiques, locaux, nationaux et internationaux, devons faire tout notre possible pour faire face à la crise. Comme M. Sano a déclaré aux délégués à Varsovie, « Nous ne pouvons pas rester assis et fixer du regard, impuissants, cette impasse internationale sur le climat. Il est maintenant temps d'agir. Nous avons besoin d'une voie d'urgence pour le climat ».

13 novembre 2013

Pour en savoir plus

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.