La Tournée bleu Terre : c'est l'affaire de tous | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: La Tournée bleu Terre : c'est l'affaire de tous

Par David Suzuki

Une photo maintenant célèbre prise en 1972 par les astronautes d'Apollo 17 à 45 000 kilomètres est connue sous le nom de « la bille bleue ». Le regretté scientifique Carl Sagan a, lui aussi, décrit une photo de 1990 prise à six milliards de kilomètres par la sonde Voyage 1 comme « un point bleu pâle ».

Le fait de pouvoir voir la Terre depuis le lointain espace secoue profondément quiconque a chance d'en faire une telle observation. « Quand on regarde la Terre depuis l'espace, on voit cette planète, impressionnante, magnifique au-delà des mots », racontait Ron Garan, astronaute dans la Station spatiale internationale. « Ça ressemble à un organisme qui vit et qui respire. Du même coup, [cet organisme] semble extrêmement fragile. » Quand il parle de l'atmosphère, Garan ajoute qu' « il est vraiment triste... de réaliser que c'est cette couche, mince comme du papier, à elle seule qui protège tout ce qui vit sur Terre. »

Plusieurs astronautes ont fait part d'un sentiment d'être connecté, un sentiment qui dépasse les frontières et les conflits mondiaux — ce qu'on appelle « overview effect », ou « effet d'ensemble ». Edgar Mitchell, qui a participé à la mission Apollo 14, dit : « On développe une conscience globale instantanée, un intérêt pour les gens, un dégoût intense de l'état actuel du monde, et une pulsion pour faire changer tout cela. D'ici sur la Lune, la politique internationale nous paraît si insignifiante. »

Comment quelqu'un qui a vu une telle photo de la Terre peut traiter notre belle petite maison bleue avec autant de dédain et de détachement? Comment quelqu'un peut ne pas reconnaître le caractère précieux et limité de nos ressources, en particulier de l'eau — et le fait que nous devons nous partager et protéger ce que avons?

La photo de la « bille bleue » prise dans Apollo 17, la dernière mission lunaire habitée, a propulsé le mouvement environnemental à l'échelle planétaire. Désormais, alors que des gens partout dans le monde se battent pour l'air, l'eau et le sol — non pas seulement entre eux, mais contre des corporations menées par le profit, coûte que coûte — nous avons besoin de revenir en force pour sauver notre petite planète bleue.

C'est pourquoi je me lance dans ce qui sera probablement ma dernière tournée à travers le pays. Du 24 septembre au 9 novembre, je traverserai le Canada, de Saint-Jean de Terre-Neuve à Victoria, en Colombie-Britannique, en faisant 20 arrêts sur ma route comprenant Montréal et Québec Mon objectif est de travailler avec des citoyennes et citoyens de tous les horizons afin de protéger les gens et les lieux qui nous tiennent à cœur. C'est de loin la plus grande chose que j'aie accomplie de toute ma vie.

Et ce sera amusant! Parce qu'ils aiment tout autant notre pays et la planète, beaucoup de mes amis se joignent à moi tout au long de ce parcours, comme Feist, Neil Young, les Barenaked Ladies, Margaret Atwood, Kinnie Starr, Raine Maida, Grimes, Danny Michel, Stephen Lewis, Bruce Cockburn, Robert Bateman, Shane Koyczan et bien d'autres. Au Québec, ce sera au tour des Jean Lemire, Les Cowboys Fringants, Yann Perreau, Ariane Moffat, d'Emily Haines et Jimmy Shaw de Metric, Half Moon Run, The Franklin Electric, Alexandre Désilets de se joindre à la Tournée bleu Terre.

Le but de notre Tournée bleu Terre est de travailler avec les leaders locaux, les groupes, les gouvernements, les Premières Nations, les musiciens, auteurs, et experts légaux et — nous l'espérons — vous, dans des initiatives locales, régionales et nationales afin d'assurer que toutes et tous auront accès à une eau pure, de l'air propre et des aliments sains. Au bout du compte, nous aimerions que le droit de vivre dans un environnement sain soit entériné dans la Charte des droits et libertés de la Constitution canadienne.

Ceci semble un défi de taille, mais ce n'est pas hors du commun. Plus de la moitié des pays du monde — au moins 110 — ont des droits environnementaux figurant dans leurs constitutions. Cela ne fait pas de doute qu'une telle absence dans un pays comme le Canada, où la pureté de l'air et de l'eau, la nature spectaculaire et la richesse de la faune, de la flore et des ressources nous donnent fière allure et font l'envie des gens du monde, est d'une étrangeté capitale.

Peut-être prenons-nous notre bonne étoile pour acquis. Mais nous ne devrions pas. Déjà, les risques environnementaux causent la mort de 36 000 personnes au pays chaque année, et la moitié d'entre nous vivons dans des endroits où nous sommes exposés à des niveaux de pollution trop élevés pour la santé. La pollution coûte 100 milliards $ par année au Canada, et plusieurs souffrent d'asthme ou de maladies cardiovasculaires à cause de contaminants environnementaux.

Alors qu'il devient urgent d'extraire, de déplacer et de vendre les combustibles fossiles pendant qu'il y a encore un marché, la situation ne fera qu'empirer — à moins que nous n'intervenions tous. Ce n'est pas d'agir à l'encontre du développement ou du progrès, c'est d'engager une conversation sur le genre de pays que nous désirons avoir. Et c'est d'assurer que notre économie crée plus de bienfaits que de dommages aux gens et aux écosystèmes qui nous maintiennent en vie et en santé.

Nous espérons que vous vous joindrez à nous. Visitez le site latourneebleuterre.ca pour tous les détails et pour les dates de la tournée dans votre région.

Écrit avec la contribution de Ian Hanington, éditeur-en-chef pour la Fondation David Suzuki.
Apprenez-en plus sur www.davidsuzuki.org

Traduction : Edmond Pelletier

31 juillet 2014

Pour en savoir plus

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.