Les villes canadiennes, leader de l'action sur les changements climatiques | La science en action | Fondation David Suzuki
Photo: Les villes canadiennes, leader de l'action sur les changements climatiques

(Crédit : Kenny Louie via Flickr)

Par David Suzuki

Souvent, lorsque nous parlons des graves conséquences des changements climatiques, nous oublions que les actions qui visent à réduire ou prévenir ces impacts amènent aussi d'autres bénéfices tels l'amélioration de la qualité de l'air, la protection des espaces verts, l'habitabilité des quartiers et l'augmentation de l'efficience économique. Il n'est donc pas surprenant de voir que les villes canadiennes posent des actions tangibles et positives sur les changements climatiques.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Plusieurs exemples figurent dans le Rapport national sur les mesures, publié à la mi-juillet par les Partenaires dans la protection du climat, groupe qui inclut la Fédération canadienne des municipalités et ICLEI-Canada, une organisation d'administrations locales, municipales, dévouée à la viabilité écologique des villes.

Le rapport de juillet 2014 montre que, même si Calgary est réputée comme étant l'épicentre canadien du secteur pétrolier et gazier, la ville investit dans le développement de l'efficacité énergétique et dans la réduction de la pollution causée par les gaz à effet de serre. En sept années seulement, la ville a réduit les émissions causées par ses opérations de près de 50 %, et ce, à la suite d'un partenariat avec des entreprises de produits énergétiques. Les économies enregistrées à la suite de l'amélioration de sa consommation énergétique ont été utilisées par la ville de Calgary comme financement additionnel pour ses divers programmes et services.

La ville d'Edmonton a été pionnière dans la gestion des déchets en établissant un des premiers programmes de compostage municipal en 2000. Ses installations sont les plus importantes du genre en Amérique du Nord. Non seulement transforment-elles les déchets organiques des foyers, mais elles traitent également les boues d'épuration des stations de traitement des eaux usées. Avec son programme de récupération, la ville a réussi à disposer 60 % de ses déchets municipaux sans l'utilisation de dépotoirs, et vise à augmenter ce pourcentage à 90. Quel est l'impact de telles actions sur les changements climatiques? Réduire l'utilisation des dépotoirs diminue les émissions de méthane, un gaz à effet de serre encore plus nuisible que le dioxyde de carbone.

En Ontario, la ville de Guelph jouit d'une renaissance économique, et ce malgré une réduction de sa consommation énergétique et de ses émissions de gaz à effet de serre. Appuyée par la Loi sur l'énergie verte du gouvernement ontarien, la ville de Guelph vise à répondre au quart de ses besoins énergétiques en utilisant des sources d'énergies renouvelables et locales. Cette loi est un bienfait pour le secteur manufacturier puisqu'elle a attiré plusieurs centrales solaires dans la région.

Vancouver, ma ville natale, est un vrai leader de l'action sur les changements climatiques des centres urbains canadiens. Vancouver a les plus bas taux d'émissions de gaz à effet de serre parmi les grandes villes nord-américaines, et ses taux continuent de descendre! La Colombie-Britannique bénéficie de l'hydroélectricité qui émet très peu de gaz à effet de serre; la ville de Vancouver intègre cet avantage dans sa gestion urbaine et encourage, entre autres, les transports actifs tels la marche, le vélo et les transports en commun. Près de la moitié, des déplacements intra-urbains s'effectuent sans voitures. Encourager les transportations durables tout en combattant l'expansion urbaine comporte des avantages qui vont au-delà de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. L'efficacité des transports en commun et l'habitabilité des quartiers ont attiré les gens vers le centre-ville de Vancouver, vibrant, rempli d'espaces verts et bordé de pistes le long de l'eau.

Le progrès local peut créer un élan d'initiatives lorsque les villes collaborent entre elles et avec les partenaires provinciaux et fédéraux. Le Groupe C40 sur le climat, créé en 2005 avec 18 métropoles, en comporte aujourd'hui 69 de partout dans le monde, incluant Toronto et Vancouver et représente une personne sur 12 à l'échelle mondiale. Le Groupe C40 et ses initiatives ont permis aux villes d'établir des buts communs, de mesurer et vérifier leur progrès et partager leurs expériences en frais d'actions contre les changements climatiques. Le groupe travaille également avec des centres plus petits et coopère avec les gouvernements nationaux.

L'influence des administrations municipales et l'importance de leurs actions vis-à-vis les changements climatiques sont devenues si considérables que l'ONU reconnaît maintenant les administrations municipales comme membre à part entière dans les négociations sur les changements climatiques. Et c'est bien! L'ONU note que même si les villes ne couvrent que 2 de la surface de la planète, elles produisent plus de 60 des émissions de CO2.

Et comment les gouvernements fédéraux et provinciaux peuvent-ils se joindre aux efforts des villes? Ils peuvent faire des lois qui créent des programmes et du financement visant les actions urbaines contre les changements climatiques, incluant le financement des transports en commun. Le gouvernement de la Colombie-Britannique a supporté plusieurs villes dans le développement d'initiatives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et dans l'élaboration de plans d'action sur le changement climatique. La Nouvelle-Écosse a créé un Centre national d'information sur l'adaptation aux changements climatiques pour fournir de l'information aux villes. Les autres provinces pourraient s'impliquer de façon similaire. Il est impératif que toutes les provinces ainsi que le gouvernement fédéral prennent au sérieux les émissions des gaz à effet de serre qui sont sous leur contrôle.

Notre avenir sera déterminé par les choix que nous faisons dès maintenant quant à la priorité que nous accordons à l'énergie propre, à l'amélioration des transports en commun et au design urbain durable. Les citoyens et gouvernements canadiens doivent reconnaître les bienfaits des actions et de la coopération sur les changements climatiques. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais les villes nous montrent un bel exemple.

Écrit avec la participation de Ian Bruce, Gestionnaire Science et Politiques de la Fondation David Suzuki.

22 juillet 2014

Pour en savoir plus

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.