Photo: Regard sur la Tournée Bleu Terre et de l'avant vers la nouvelle année

(Crédit : Albert Zablit )

Par David Suzuki

J'ai récemment voyagé à travers le Canada avec le personnel de la Fondation David Suzuki, de St-John à Victoria, allant jusqu'à Yellowknife, rejoint en chemin par des amis et des alliés. En plus de nos événements de soirée de la Tournée Bleu Terre mettant en vedette certains des musiciens, des auteurs, des artistes et des penseurs les mieux connus au Canada, nous avons aussi participé à beaucoup d'événements communautaires et avons discuté de la gestion environnementale et des droits issus des traités avec les gens des Premières Nations.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Nous avons visité des endroits n'ayant pas d'accès à de l'eau potable dans un pays qui se targue d'une abondance d'eau la plus propre dans le monde. Nous avons rencontré des gens essayant de protéger leurs communautés, la faune et la flore et leur habitat du développement de combustible fossile et des projets de pipelines. Nous avons rejoint plus de 1 000 personnes à Toronto pour une célébration de produits alimentaires locaux, de la musique et de la nature pendant le Homegrown Park Crawl. Nous avons participé aux chasses au trésor ayant comme thème la nature avec des écoliers.

Ce fut beaucoup de travail, incluant beaucoup de discussions sérieuses, mais ce fut aussi inspirant et amusant. Il est encourageant de savoir que tant de personnes comprennent que notre santé, bien-être et notre survie dépendent de l'air propre, l'eau douce, une nourriture saine et de la diversité naturelle qui rend tout cela possible. Plus de 460 volontaires nous ont rejoints au cours de la Tournée et les dizaines de milliers de personnes ont assisté aux événements et ont signé des cartes postales et un engagement de support pour le droit à un environnement sain.

Ce fut aussi encourageant de voir des gens de tous les âges et issus de milieux divers se réunir sur la Montagne Burnaby près de Vancouver, résistant au développement de pipelines et à l'expansion des sables pétrolifères, la Nation Tahltan et les alliés protégeant les Sacred Headwaters dans le nord de la Colombie-Britannique de la mine Red Chris proposée par Imperial Metals', et des centaines de milliers de personnes descendant dans la rue dans le monde entier pour des événements comme la Mobilisation Populaire pour le Climat.

Mais nous ne pouvons pas continuer à éteindre de petits feux lorsque ceux-ci s'embrasent encore et encore et lorsqu'un enfer nous menace tous. Quand je regarde derrière, je vois beaucoup de batailles que nous pensions avoir gagné réapparaitre — incluant l'arrêt de projets de barrage majeurs au Brésil et au Canada, l'arrêt de la prospection pétrolière et les navires-citernes de menacer les fragiles écosystèmes de la Côte Ouest et l'arrêt des coupes à blanc des forêts anciennes.

Nous avons été si concentrés sur des projets individuels que nous avons échoués à nous rendre compte que ces batailles reflètent des façons fondamentalement différentes de voir notre place dans le monde. Et c'est notre vision du monde profonde, sous-jacente qui détermine la façon dont nous traitons notre environnement.

C'est pourquoi je me suis engagé dans la Tournée Bleu Terre avec la Fondation et Ecojustice. Pour résoudre les questions environnementales sérieuses auxquelles nous faisons face au Canada et ailleurs, nous avons besoin que des gens de partout à travers le pays et de tous horizons s'unissent afin de faire de la protection des gens et des endroits que nous aimons une priorité. Nous avons demandé aux gens de prôner dans leurs communautés la reconnaissance du droit à de l'air pur, de l'eau potable et de la nourriture saine par tous les niveaux de gouvernement — et, ultimement, dans la Charte des droits et libertés de la Constitution.

L'organisation au niveau local a déjà été incroyablement réussie. Les déclarations municipales au droit à un environnement sain ont maintenant été adoptées par Richmond et Vancouver, C.-B, Le Pas, le Manitoba, Montréal (précédée par son arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie), QC, et Yellowknife, dans les Territoires du Nord-ouest — grâce aux citoyens de ces communautés marchant ensemble. Plus de 11 000 volontaires se sont inscrits et des efforts semblables sont maintenant en cours dans 30 communautés.

Plus que la moitié des nations du monde, environ 110, ont des droits constitutionnels à un environnement sain. C'est le temps pour le Canada de se joindre à eux. La recherche montre que les avantages vont de la protection de l'environnement et de la santé humaine au renforcement de l'économie par l'innovation stimulante, la diversification et la compétitivité et la réduction des coûts liés à la santé. Il ne s'agit pas ici de ralentir le progrès ou d'arrêter le développement; il s'agit de s'assurer que ceux-ci arrivent de la meilleure façon possible, réduisant la dégradation environnementale et assurant que les besoins à long terme des citoyens aient la priorité sur les profits à court terme d'entreprise et les ambitions politiques.

Le tour est peut-être fini, mais le mouvement ne fait que commencer. Ensemble, nous commençons une conversation nationale au sujet de l'avenir du Canada et de l'importance de veiller au bien-être les uns des autres et de se soucier des choses qui nous gardent vivants et sains : de l'air pur, de l'eau douce, des denrées alimentaires saines et des écosystèmes riches et diversifiés.

Vous pouvez vous joindre à nous en signant l'engagement ou en vous impliquant dans votre milieu de vie et ainsi contribuer à mener ce mouvement au niveau suivant. Visitez http://latourneebleuterre.ca/joignez-nous/ pour trouver des outils qui vous aideront à développer cette initiative dans votre communauté.

Écrit avec la contribution de Ian Hanington, rédacteur en chef de la Fondation de David Suzuki.

19 décembre 2014

Pour en savoir plus

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.