Les dangers reliés à l'usage des produits antibactériens Triclosan | Le Nid du Colvert | Fondation David Suzuki
Photo: Les dangers reliés à l'usage des produits antibactériens Triclosan

(Crédit : andredoreto via Flickr)

Depuis combien de temps vous êtes-vous lavé les mains, fait la vaisselle ou utilisé une serviette « antibactérienne »? Suivant la vague déclenchée par la phobie générale envers les germes qui entraine également une obsession pour la stérilisation, de nombreux produits antibactériens inondent le marché à tel point que la plus part des gens utilisent ces produits, donc du Triclosan, quotidiennement.

En fait, c'est fort probable que vous ne savez même pas combien de fois vous utilisez du Triclosan. Or, le Triclosan se retrouve dans la composition chimique de plusieurs produits de consommation courante qui ne paraissent pas suspects de prime abord : des produits d'hygiène personnelle (comme le savon et le déodorant), du savon à vaisselle, de la literie et des jouets. J'ai fait cette constatation quand, il y a quelques mois, j'ai découvert que j'utilisais un dentifrice contenant du Triclosan.

Rachel Brown et Katie Van der Sloot sont étudiantes au niveau secondaire à Medicine Hat, en Alberta.

Elles ont développé leur intérêt pour cette problématique après l'épidémie de grippe H1N1, alors qu'elles observaient l'usage croissant de produits antibactériens partout autour d'elles. Elles se demandaient si la défense contre les germes pourrait être plus dangereuse que les germes elles-mêmes. En effet, elles ont conçu une expérience scientifique.

Dans des échantillons d'eau, de provenance de leur région, elles ont observé, partout, la présence de bactéries résistantes au Triclosan. Environnement Canada a récemment annoncé avoir trouvé du Triclosan dans des échantillons provenant du fleuve St-Laurent. Quelles sont les implications de ces observations? J'ai découvert que le Triclosan créait certains impacts environnementaux, eux aussi inquiétants. On parle, entre autres, d'effets nocifs sur la vie aquatique, de persistance dans l'environnement immédiat et de bioaccumulation chez les animaux. C'est pourquoi la Fondation David Suzuki a placé le Triclosan sur sa liste des 12 ingrédients à éviter dans les produits de soin personnel.

En plus des impacts environnementaux, la substance est capable de promouvoir la résistance aux antibiotiques (en anglais seulement). Rachel et Katie ont révélé que des bactéries dans les endroits publics sont potentiellement résistantes aux antibiotiques et qu'on pouvait déduire, de façon croisée la résistance chez des bactéries se retrouvant dans des échantillons humains. On suspecte le Triclosan d'être un perturbateur endocrinien (en anglais seulement). Il pourrait aussi se transformer en substances cancérigènes, telles que le chloroforme, lorsqu'il se combine au chlore (pour être plus précis, lorsque tout produit contenant du Triclosan est utilisé avec l'eau chlorée du robinet, par exemple en se brossant les dents ou en lavant la vaisselle). On a aussi retrouvé du Triclosan chez les humains, dans le sang, l'urine et le lait maternel (en anglais seulement).

Alors que vous le recherchez dans la liste des ingrédients des produits de soins corporels, liste par ailleurs imprimée en tous petits caractères, les manufacturiers n'ont pas l'obligation de divulguer sa présence dans les autres types de produits. En attendant que cela change, la meilleure chose à faire pour prévenir l'utilisation de produits contenant du Triclosan est d'éviter les produits qui affirment être « antibactériens ». Visiter et signer le site web du « Campaign for Safe Cosmetics » pour se commettre de ne pas utiliser le Triclosan. (En Anglais seulement)

Après avoir fait leurs expériences scientifiques, les deux filles militent depuis pour interdire l'utilisation du Triclosan (en anglais seulement) et observent couramment la vive surprise de leurs interlocuteurs lorsqu'elles parlent de leurs résultats. Dans leur courriel adressé à la Fondation David Suzuki, Rachel et Katie ont mentionné : « Nous sommes persuadées que ces résultats devraient être diffusés partout sur la planète, afin de protéger notre santé et notre société. » Le duo est en bonne voie de réaliser ce souhait. Elles ont remporté une place au National Science Fair de Toronto et ont reçu la médaille de bronze. Elles ont aussi gagné, pour leur projet, le Prix Paix et Développement de l'UNESCO et elles feront partie de l'équipe représentant le Canada lors d'une compétition internationale en Slovaquie, cette semaine. « Nous encourageons fortement tous les membres de la société à ne plus utiliser de produits antibactériens et à recourir plutôt à la bonne vieille combinaison eau et savon quand il est question de propreté » ont elles expliqué à FDS.

Leur opinion est partagée par l'Association médicale canadienne qui a voté une résolution (résolution no 74) demandant au gouvernement fédéral d'interdire la vente de produits ménagers antibactériens, mentionnant que l'utilisation du simple savon dans nos foyers était tout aussi efficace et suffisante pour prévenir les infections. Ce produit chimique est dans la mire du gouvernement du Canada, celui-ci l'ayant ajouté dans son Plan de gestion des produits chimiques. La Fondation David Suzuki suivra de près ce plan et reste en faveur d'une interdiction de cette substance chimique.

21 juillet 2011

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.