Photo: En direct de New York : 911 Planétaire

Par Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec et Président de Réalité Climatique Canada

New York, 13 septembre 2011

Où étiez-vous le 11 septembre 2001? Chacun se souvient de cette journée tragique où nous avons appris avec stupeur que des attentats sans précédent dans notre histoire avaient touché le cœur de New York, celui des États-Unis et de tout l'occident. Je me souviens de l'insécurité que nous avons tous ressenti par la suite, de ceux qui devaient reprendre l'avion et qui se demandaient s'ils seraient eux aussi des victimes, des rumeurs d'attentats dans le métro de Montréal qui circulaient de bouche à oreille dans les semaines qui ont suivi le 11 septembre. En une journée, ces attentats nous ont changés : le 11 septembre 2001 nous a coûté une partie de notre sécurité et de notre insouciance en plus de coûter la vie à des milliers de personnes.

Dix années plus tard, presque jour pour jour, alors que le monde entier souligne ce triste anniversaire, je me retrouve à New York avec Al Gore dans le cadre de l'événement mondial 24 heures de réalité pour lancer un appel planétaire à propos d'une autre menace à notre sécurité : les changements climatiques. En une journée, de New York à New Delhi, en passant par Djakarta, Durban, Mexico et le Groenland, nous sommes vingt trois présentateurs à lancer avec M. Gore un appel planétaire : les changements climatiques sont devenus une réalité. Nous devons agir.

Notre sécurité est à nouveau remise en question. La menace est nouvelle, diffuse, grave et imprévisible. Les changements climatiques ébranlent les bases profondes sur lesquelles notre société s'est construite.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Uniquement au cours de la dernière année, un nombre record d'événements météorologiques extrêmes ont déferlé sur notre planète, causant des dizaines de milliers de pertes de vies humaines et des centaines de milliards en dommages. Bien que chaque événement météorologique pris isolément ne puisse être à lui seul associé aux changements climatiques, leur multiplication et leur intensification sont un signal clair que nous sommes passés dans une nouvelle réalité climatique.

L'année 2010 a été la plus chaude jamais mesurée sur Terre. Au cours de cette seule année, plus de vingt millions de personnes ont été affectées par des inondations historiques au Pakistan; des incendies de forêt causés par une sècheresse exceptionnelle ont fait 53 000 morts en Russie, enveloppant Moscou et plusieurs autres villes d'un voile de fumée opaque; des incendies en Australie ont recouvert un territoire plus grand que l'Allemagne et la France réunie, le plus puissant typhon jamais mesuré a frappé les Philippines et la Colombie a reçu cinq fois sa moyenne annuelle de pluie, inondant des millions de personnes.

Plus près de chez nous, l'hiver 2010 a été le plus doux jamais mesuré au Canada avec des températures supérieures de quatre degrés à la normale, et l'été 2010 a été le plus chaud avec des températures nocturnes de 10 degrés supérieures à la normale. Au Québec, les grandes marées de décembre 2010 dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, résultat de l'absence de glaces protectrices le long du littoral et d'une tempête d'une force inhabituelle, ont provoqué des dégâts estimés à plusieurs dizaines de millions de dollars. Puis, une crue historique du Richelieu au printemps 2011, provoquée par un record de neige dans les Adirondacks et un printemps particulièrement pluvieux, a transformé une partie de la Montérégie en plaine inondée, affectant des milliers de personnes.

Relions tous ces points entre eux : l'image qui apparaît est celle de la nouvelle réalité climatique. Cette réalité menace notre sécurité, notre qualité de vie future, et surtout l'avenir de nos enfants.

En juillet dernier, devant l'accumulation d'évidences, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a reconnu que les changements climatiques constituaient une menace à notre sécurité. Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations-Unies, a déclaré que « Les catastrophes naturelles sont de plus en plus fréquentes et violentes dans les pays riches comme dans les pays pauvres, anéantissant vies, infrastructures, institutions et budgets », qualifiant la nouvelle réalité climatique de « cocktail détonant » qui menace la sécurité mondiale.

Certains continuent de nier l'existence de cette réalité. Financés par les lobbys du pétrole et du charbon, ils brandissent des faussetés et des accusations sans fondement contre la communauté scientifique qui sonne l'alarme depuis vingt ans. Il est temps de leur faire passer le test de la réalité : aucune étude scientifique, aucune preuve n'a jamais réussi à remettre en question le fait que les changements climatiques sont réels, et qu'ils sont causés par l'homme.

Pour paraphrase Winston Churchill : « Nous sommes entrés dans une période de conséquences ». La réalité crève les yeux : les changements climatiques sont entrés dans nos vies et chaque année qui passe aggrave notre situation. En refusant d'agir, le Canada manque à ses obligations de défendre notre sécurité et celle de la planète entière.

Comme il y a dix ans, le réveil est brutal! Nous prenons conscience d'une nouvelle menace et nous nous sentons impuissants. Les changements climatiques ne sont pas notre faute, mais ils sont notre problème. Nous devons trouver la force d'agir ensemble pour préserver ce qui nous est le plus cher : l'avenir de nos enfants.

Je regarde les New Yorkais autour de moi et je peux voir qu'ils ont su se relever des heures les plus noires. Ils sont pour nous tous une source d'inspiration.

Agissez. Prenez la parole. Le temps est venu de faire face à la réalité et d'agir. En 24 heures, nous pouvons changer le monde.

13 septembre 2011

Ajoutez un commentaire


1 commentaire

13 septembre, 2011
19:14

Merci de prendre soin de nous! Effectivement, la réalité crève les yeux!
SI JE PEUX AIDER!

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.