Photo: Monsieur le Premier Ministre : Mon pays c'est l'hiver

(Credit: World Economic Forum via Flickr)

Par Karel Mayrand, Directeur général pour le Québec, Fondation David Suzuki et Président, Réalité Climatique Canada d’Al Gore

Monsieur le Premier Ministre, permettez-moi d'abord de préciser que j'écris cette chronique sans être sous l'influence d'intérêts étrangers ou de radicaux. Je ne suis qu'un Canadien ordinaire qui aime l'hiver et le hockey autant que vous et qui s'inquiète, comme des millions d'autres, du Canada que nous allons léguer à nos enfants.

Depuis votre réélection, vous avez multiplié les gestes symboliques visant à renforcer l'identité canadienne en valorisant les symboles militaires et des épisodes oubliés de notre histoire, en imposant le portrait de la Reine Élizabeth à travers notre réseau d'ambassades ou en assurant que chaque canadien et canadienne puisse hisser notre drapeau sans entraves.

Mais qu'est-ce qui définit l'identité canadienne, qui distingue et fait la réputation de notre pays à travers le monde, sinon nos hivers vigoureux ? Monsieur le Premier Ministre, notre pays c'est l'hiver. Et cet hiver faiblit d'un océan à l'autre.

Inscrivez-vous à notre bulletin

D'après les données d'Environnement Canada, la probabilité d'avoir des Noëls blancs est en net recul d'un bout à l'autre du pays. De 1964 à 1982, la probabilité d'avoir un Noël blanc était de 79% à Montréal. Depuis dix ans, cette probabilité est tombée à 68%. À Moncton, cette probabilité est passée de 84% à 63%. À Toronto, de 47% à 37%. Chez vous, à Calgary, elle est passée de 74% à 47%, la plus forte baisse au pays.

Monsieur le Premier Ministre, je vous sais grand amateur de hockey. Y a-t-il plus beau sport que le hockey sur glace pratiqué sur une patinoire extérieure ou un lac gelé ? Or nos patinoires aussi déclinent à travers le pays. À Brantford, en Ontario, où Wayne Gretzky a appris à jouer dans sa cour arrière, il est désormais difficile de maintenir une patinoire extérieure. Pouvez-vous imaginer le hockey sans la Merveille? Combien de futures vedettes de hockey seront bientôt privées de patinoires?

Monsieur le Premier Ministre, je suis fier de mes origines. Le premier cadeau que mon grand-père a fait à ma grand-mère est une paire de skis de fond. Mais une étude de la Fondation David Suzuki démontre que la durée de la saison d'enneigement dans l'est du Canada a diminué de deux semaines en cinquante ans, et que la saison de ski de fond dans le sud ouest du Québec sera pratiquement éradiquée d'ici 2050.

Tout cela au Canada, le pays de l'hiver.

Ne croyez vous pas, monsieur le Premier Ministre, que pour protéger notre identité il faut de toute urgence agir pour protéger nos hivers? Votre décision de retirer le Canada du Protocole de Kyoto porte non seulement atteinte à notre réputation: elle attaque directement notre identité. Celle-ci serait mieux protégée par des gestes concrets visant à réduire nos émissions que par ces symboles qui indiffèrent la majorité des Canadiens.

En terminant, monsieur le Premier Ministre, une question: lorsque les hivers canadiens ne seront plus qu'un souvenir, remplacerons-nous les portraits du Roi William par des cartes-postales montrant les hivers d'antan ?

8 février 2012

Ajoutez un commentaire


1 commentaire

12 avril, 2012
16:07

M HARPER EST LE ROI DE L'ALBERTA ET DE SES SABLES BITUMINEUX.IL RAMPE COMME UNE COULEUVRE SANS QU'ON SACHE TROP CE QU'IL PRÉPARE . ET HOP! C'EST GO POUR LES PIPELINES ILS IRONS VERS L'OUEST , L'EST LE SUD ET OÙ ENCORE ET TOUT CELA DANS UN TEMPS RECORD EN MINIMISANT L'INTERVENTION DES ÉTUDES SUR LES IMPACTES ENVIRONNEMENTAL ! IL NOUS A VRAIMENT FAIT UNE BELLE GUEULE EN QUITTANT KYOTO. HARPER VAS CONTINUER SES IRRESPONSABILITÉS ET POURQUOI ? PARCE QUE C'EST SON ROYAUME DE L'ALBERTA QUI L'A ÉLU ET LE KLONDIKE BAS SON PLAIN LA BAS ! DE PLUS IL EST MAJORITAIREMENT AU POUVOIR DONC ? NOUS DEVONS RENVERSER CE GOUVERNEMENT AVANT QUE LUI NOUS RENVERSE AVEC SES POLITIQUES QUASI DICTATORIAL ! OUF! ÇA FAIT DU BIEN….A

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.