Le Saint-Laurent a la mine basse | Le Nid du Colvert | Fondation David Suzuki
Photo: Le Saint-Laurent a la mine basse

(Crédit : haban hero/ via Flickr)

Depuis quelques années déjà, le sort du Saint-Laurent en inquiète plus d'un. Les contaminants qu'on y retrouve, les espèces envahissantes qui nuisent à sa biodiversité, l'exploration gazière et pétrolière, et bien d'autres enjeux nous inquiètent avec raison. Mais ce sont les niveaux d'eau du fleuve qui ont le plus retenu l'attention cet été.

Quiconque a eu l'occasion d'observer le fleuve Saint-Laurent cet été a remarqué ses niveaux d'eau exceptionnellement bas. À titre d'exemple, à la plage d'Oka, la bouée indiquant habituellement 1,6 mètres d'eau baignait dans moins de 30 centimètres. En fait, les niveaux d'eau du Saint-Laurent, plus particulièrement dans sa portion fluviale, entre Kingston (Ontario) et Trois-Rivières, sont tombés à des niveaux rarement observés.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Des records historiques

Suite à un été 2012 parmi les plus chauds jamais enregistrés, le tout couplé à de faibles précipitations hivernales et printanières, les niveaux d'eau de la partie fluviale du Saint-Laurent ont été parmi les plus bas jamais enregistrés en 20ans. À Lanoraie par exemple, où se trouve une des stations hydrométriques opérées par Environnement Canada, on constate que les niveaux d'eaux de l'année en cours se retrouvent bien en-deçà des niveaux médians des 22 dernières années (Figure 1). Même son de cloche à Trois-Rivières alors que le port de la ville y a enregistré ses plus bas niveaux d'eau à l'été 2012, et ce, depuis 1960.

Figure 1: Données historiques et de 2012 du niveau d'eau du Saint-Laurent à Lanoraie (Lanaudière)
000116_Niveau.jpg Source : http://www.cehq.gouv.qc.ca/suivihydro/graphique.asp?NoStation=000116

Ces évènements constituent une source d'inquiétude en soi puisque la station de Lanoraie se situe à l'entrée du Lac Saint-Pierre, réserve mondiale de la biosphère de l'UNESCO et plus grande plaine inondable au Québec. Or, un manque d'eau au Lac Saint-Pierre est très nocif pour les nombreux milieux humides qui le caractérisent et qui regorge d'une faune incroyable.

Changements climatiques ou simple coïncidence?

Compte-tenu que parmi les 10 années les plus chaudes jamais enregistrées, neuf d'entre elles ont été mesurées depuis le début de ce siècle (lien en anglais seulement), serait-ce possible d'y voir un lien avec les niveaux d'eau anormalement bas du Saint-Laurent?

Tel que je l'ai déjà établi dans un billet précédant, il ne serait pas rigoureux d'affirmer que la situation actuelle du fleuve soit le résultat direct du changement climatique. En effet, il faudrait accumuler plus d'observations sur plusieurs années afin de pouvoir faire un tel lien.

Cependant, selon une étude réalisée en 2010 par le consortium Ouranos, qui étudie la science du climat au Québec, il semblerait que les précipitations sous forme de pluie ou de neige seront affectées par les changements climatiques d'ici la fin du siècle. D'après leurs modèles climatiques, ces précipitations pourraient tomber principalement sous forme de pluie en hiver pour le sud du Québec. Par conséquent, ceci pourrait avoir un impact sur la crue printanière des eaux et donc sur les niveaux d'eau du Saint-Laurent.

Donc, plus qu'une simple coïncidence, la variation à prévoir du climat québécois au cours du prochain siècle pourrait certainement avoir des répercussions importantes pour le bassin hydrographique du Saint-Laurent.

Vu sous cet angle, il en tient donc à nous tous de changer nos comportements et modes de vie afin de faire partie de la solution face aux changements climatiques. Plus encore, il en tient à nos gouvernements de faire preuve de leadership sur cette question. Voilà donc un beau défi qui attend notre nouvel électorat québécois — surtout dans l'optique de préserver ce qui fait partie de notre patrimoine national, le fleuve Saint-Laurent!

Articles sur le même sujet :

Le niveau du fleuve exceptionnellement bas, La Presse, 13 juillet 2012

La baisse du niveau du fleuve: impact possible sur la santé humaine, Le Soleil, 14 septembre 2012

Le fleuve Saint-Laurent manque d'eau, Le Soleil, 14 septembre 2012

27 septembre 2012

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.