Lettre à Lucien Bouchard | Le Nid du Colvert | Fondation David Suzuki
Photo: Lettre à Lucien Bouchard

(Crédit : meddygarnet via Flickr)

Monsieur Bouchard,

Les propos très durs que vous avez tenus à l'endroit des écologistes m'incitent à vous écrire aujourd'hui.

Lors d'une entrevue réalisée en 1988, David Suzuki vous avait posé cette question : « quel est l'enjeu environnemental le plus important de notre époque? ». À cette question, vous aviez répondu sans aucune hésitation : « le réchauffement climatique ». Surpris que vous ne mentionniez pas le trou dans la couche d'ozone ou le sort des forêts vierges, Suzuki vous avait demandé : « Pourquoi cet enjeu est-il si important? ». Votre réponse : « Il met en péril la survie même de notre espèce ».

Vous aviez compris, il y a un quart de siècle, ce que plusieurs s'emploient aujourd'hui à nier ou à minimiser. Les changements climatiques sont l'enjeu déterminant de notre génération. C'est pourquoi je m'étonne aujourd'hui de vous voir reprendre à votre compte un discours qui vise à discréditer ceux-là même qui travaillent aujourd'hui pour porter la lutte au dérèglement climatique.

Inscrivez-vous à notre bulletin

La science est claire : la planète se dirige tout droit vers un réchauffement supérieur à 4 degrés Celsius sur l'horizon 2050. Ce réchauffement aurait des conséquences catastrophiques et irréversibles sur l'économie, la société et la sécurité du monde entier. Autre fait prouvé scientifiquement : si nous consommons l'ensemble des réserves prouvées et commercialisables de gaz, de pétrole et de charbon dans le monde, nous dépasserons largement le seuil qui nous permettrait d'éviter un tel dérèglement irréversible du climat.

Vous accusez les écologistes d'avoir une approche radicale et de vouloir bloquer tous les projets de développement. Je m'étonne de vous voir reprendre le discours du gouvernement Harper et de l'industrie pétrolière pour attaquer des organisations appuyées par plus de 250,000 Québécoises et Québécois et qui ne font que défendre l'intérêt public et les droits des générations à venir contre les abus des industries pétrolière et gazière.

Monsieur Bouchard, vous accusez les écologistes et les citoyens québécois qui les appuient de sectarisme. C'est une accusation grave venant d'un ancien Premier Ministre du Québec. C'est surtout une accusation qui n'a aucune crédibilité venant d'une personne qui s'est mise au service, en échange de rémunération, d'une seule industrie, de la secte pétrolière et gazière qui écrase les voix discordantes d'un bout à l'autre du pays, et qui le fait maintenant en utilisant votre crédibilité et votre réputation. Le mercantilisme pétrolier ne justifie pas une telle perversion intellectuelle.

Qu'y a-t-il de sectaire à défendre la raison et la science contre le pouvoir de l'argent et des relations publiques? Les écologistes sont-ils contre tout développement? Si vous vous donniez la peine de nous rencontrer, nous vous fournirions des cartables pleins d'idées et de projets permettant de créer une véritable prospérité à long terme au Québec et non seulement des profits à court terme pour des lobbys bien organisés.

Si la lutte contre le réchauffement climatique vous tient toujours à cœur, et si l'intérêt supérieur des générations de Québécoises et de Québécois qui viendront après nous fait encore partie de vos préoccupations, le temps est venu de cesser de servir une industrie qui prône l'aveuglement volontaire et la pensée magique. La seule manière d'éviter un dérèglement irrémédiable de notre climat est de réduire notre consommation de gaz et de pétrole et non d'augmenter notre production.

Il y a là un grand chantier pour le Québec, digne des grandes réalisations dont nous sommes collectivement capables. Et pour y arriver, le Québec a besoin de tous ses leaders.

24 octobre 2012

Ajoutez un commentaire


2 commentaires

27 octobre, 2012
09:48

Bravo a Karel Mayrand pour cette lettre convaincante pour les âmes de bonne volonté.L'objectif n'était peut-être pas de convaincre M. Bouchard mais de lui faire connaître la réaction des écologistes suite a sa sortie relative aux écologistes.

24 octobre, 2012
14:24

J'espère sincèrement que cette lettre pleine de sagesse va se rendre à l'intéressé,Quoique je doute qu'il change d'avis.

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.