Sandy et le climat : Quels sont les liens? | Le Nid du Colvert | Fondation David Suzuki
Photo: Sandy et le climat : Quels sont les liens?

(Crédit: NASA Goddard Photo and Video via flickr)

La tempête Sandy a touché terre, provoquant des inondations historiques à New York, au New Jersey et ailleurs. Par son envergure, 1500 kilomètres de diamètre, Sandy est un événement sans précédent. Elle a aussi provoqué un record jamais mesuré dans cette région de pression atmosphérique. Elle a provoqué des inondations inédites dans plusieurs régions du New Jersey et une élévation du niveau de la mer de 13 pieds à New York. Sandy a fait capituler New York qui se remet péniblement.

Dans les derniers jours, plusieurs se sont questionnés sur les liens entre Sandy et les changements climatiques. Certains affirment sans ambages que Sandy a été directement causée par les changements climatiques. D'autres, comme André Pratte, dans un Éditorial dans La Presse, affirment que d'associer Sandy aux changements climatiques est une thèse douteuse et que Sandy n'a d'humain que le nom.

Mais que dit la science?

Inscrivez-vous à notre bulletin

Le consensus scientifique depuis quelques années était qu'il est impossible d'associer un seul événement climatique extrême aux changements climatiques. On peut cependant associer une plus grande fréquence et une plus forte intensité des événements climatiques extrêmes à la nouvelle réalité climatique. En résumé, plus le climat se réchauffe, plus l'énergie et l'humidité dans le système climatique augmentent, plus la fréquence et l'intensité de ces événements augmentent.

La métaphore du jeu de dés est souvent utilisée. Si nous lançons une paire de dés, les probabilités d'obtenir deux six est d'une sur 12. Mais si nous trichons et ajoutons des six et des cinq sur d'autres faces des dés, les probabilités augmentent d'obtenir des 10, des 11 et des 12. C'est ainsi que les changements climatiques « pipent » les dés et font en sorte que les événements extrêmes sont plus fréquents. Mais les scientifiques vont plus loin. Ils affirment maintenant que le changement climatique s'accélère et commence à ajouter des 7 et des 8 sur nos dés.

Mais le consensus semble maintenant évoluer. James Hansen, le grand climatologue de la NASA, affirme que la science démontre maintenant que l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des événements comme Sandy est impossible à expliquer par la seule variabilité climatique naturelle. Hansen affirme que : « Notre analyse montre qu'il ne suffit plus de dire que le réchauffement climatique va augmenter la probabilité de phénomènes météorologiques extrêmes et de répéter l'avertissement qu'aucun événement météorologique individuel ne peut être directement lié au changement climatique. Au contraire, notre analyse montre que, pour certains événements extrêmes du passé récent, il n'y a pratiquement pas d'autre explication que le changement climatique. »

Le perfectionnement de la science du climat nous permet donc de plus en plus de faire un lien direct, appuyé statistiquement, entre le climat et les tempêtes. Cette semaine le Scientific American va encore plus loin en expliquant que Sandy est reliée à la fonte des glaces arctiques qui a mené à un changement de trajectoire du courant-jet qui repousse vers le sud une zone de haute pression qui a ajouté de l'énergie à la tempête. Se basant entre autres sur les travaux de Charles Greene de l'université Cornell, le Scientific American affirme qu'un phénomène nommé l'oscillation de l'Atlantique Nord est transformé par la fonte des glaces arctiques, ce qui change la pression atmosphérique et la direction du courant-jet à l'automne. Bref, Sandy serait en partie causée par la fonte des glaces arctiques, qui elle est causée sans aucune équivoque par le réchauffement climatique.

La science du climat permet de plus en plus de relier les points entre eux et de comprendre les liens entre des événements météorologiques extrêmes qui semblent à priori n'avoir aucun lien entre eux. Les coûts économiques de Sandy, de dix à vingt milliards selon les estimations initiales devraient nous faire réfléchir. L'industrie de l'assurance et ses géants Munich Re et Swiss Re ont depuis longtemps sonné l'alarme. Les coûts des réclamations d'assurances pour les événements météorologiques extrêmes montent en flèche dans le monde, et les changements climatiques en sont clairement la cause.

Si Sandy n'est pas une fatalité naturelle, mais bien le résultat de l'effet de renforcement de l'action humaine sur le climat, ce que nous observons en ce moment n'est que le début d'un dérèglement qui engendrera des coûts astronomiques pour nos économies. Sandy n'est que le début d'une longue facture.

Pour davantage d'information (en anglais seulement):

http://millerplace-rockypoint.patch.com/blog_posts/global-warming-made-hurricane-sandy-worse

http://www.huffingtonpost.com/2012/10/31/climate-change-hurricane-sandy-global-warming_n_2050516.html?ncid=edlinkusaolp00000003

31 octobre 2012

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.