Obama réélu: It's Global Warming, Stupid! | Le Nid du Colvert | Fondation David Suzuki
Photo: Obama réélu: It's Global Warming, Stupid!

(Crédit: scriptingnews via flickr)

« Le Président Obama a promis de ralentir l'élévation des oceans et de guérir la planète. Ma promesse est de vous aider, vous et votre famille. » — Mitt Romney, Convention républicaine Miami, 30 août 2012

Mitt Romney a du regretter amèrement cette déclaration le soir de l'élection. L'arrivée de Sandy a coupé le souffle à la campagne de Romney dont l'ascension dans les sondages semblait irrésistible depuis le début octobre. La tempête a forcé les deux candidats à suspendre leurs campagnes tout en donnant à Barack Obama l'occasion de briller de tous ses feux comme président se portant au secours de ses citoyens. Le résultat s'est avéré dévastateur pour la campagne de Mitt Romney.

Le premier novembre dernier, le magazine Bloomberg Businessweek titrait : It's Global Warming Stupid! en réaction à la tempête Sandy et à ses impacts catastrophiques sur la ville de New York, l'État du New Jersey et une partie du Nord-Est américain. Inquiet de l'impact réel des changements climatiques sur sa ville et excédé par la position républicaine sur le sujet, le maire de New York Michael Bloomberg, un républicain, a accordé son appui à Obama qui, selon lui, comprend l'enjeu du climat mieux que ses adversaires. Puis ce fut le tour de Chris Christie, gouverneur du New Jersey et étoile montante du camp républicain, de saluer le leadership d'Obama pour organiser l'aide aux sinistrés.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Il n'y a aucun doute, Sandy et le climat ont fait un croc-en-jambe à Mitt Romney à quelques mètres du fil d'arrivée. Obama a quant à lui bénéficié de vents favorables. Il s'agit d'un juste retour des choses puisque les républicains et les lobbys du pétrole et du charbon qui les soutiennent ont investi des centaines de millions pour battre Obama. À eux seuls, les frères Kochs, magnats du charbon et négationnistes notoires de la science du climat, auraient investi plus de 300 millions dans la bataille.

Que nous réserve le second mandat d'Obama?

Puisque les républicains ont conservé la majorité à la chambre des représentants, il est difficilement envisageable qu'Obama puisse aller de l'avant avec des réglementations plus contraignantes des émissions de gaz à effet de serre dans son deuxième mandat. L'incapacité du président à faire adopter en 2009 le projet de loi Waxman-Markey qui devait établir un marché du carbone témoigne de la force des lobbys anti-climat à Washington. Obama devra aussi prendre une décision sur l'oléoduc Keystone XL qu'il a stoppé en début d'année. Il est probable que la bataille sur ce projet continuera d'être très intense.

Chose certaine, le climat continuera à s'inviter dans les débats politiques américains. Dans ce pays qui a dû faire face en 2012 à l'une des pires sécheresses de son histoire ainsi qu'à une tempête qui a paralysé sa plus grande ville et ses marchés financiers pendant plusieurs jours, la question du climat ne peut plus être occultée. Est-il nécessaire de rappeler que les catastrophes climatiques ont fait plus de victimes aux États-Unis que le terrorisme et qu'à elle seule Sandy coûtera plus de 60 milliards en dommages?

Dans un rapport publié à la mi-octobre, Munich Re, compagnie de réassurance allemande, souligne que le coût des catastrophes naturelles a quintuplé en Amérique du Nord depuis les années 1980. Son président affirme que « Selon toutes probabilités, nous devons voir dans ces données une première preuve de l'impact du changement climatique sur nos chiffres de dommages aux États-Unis. »

Il est clair que la position du parti républicain est de plus en plus intenable. Elle est même devenue irresponsable et elle leur a peut-être coûté la présidentielle. It's Global Warming, stupid!

7 novembre 2012

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.