Photo: David Suzuki : une planète en héritage

David Suzuki en conférence à L'Espace pour la vie - dimanche 12 octobre 2014. Crédit photo : Dominique Boisclair, Ulysse Photo.

Rédigé par Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki et
Charles-Mathieu Brunelle, directeur général d'Espace pour la vie

Nous sommes la Terre, par les plantes et les animaux
qui nous donnent notre nourriture.
Nous sommes les pluies et les océans qui coulent
dans nos veines.

Notre demeure, la planète Terre, ne peut fournir
des ressources infinies; toute vie partage
les richesses de la Terre et l'énergie du Soleil.

À ce moment décisif de notre relation avec la Terre,
il nous faut évoluer
de la domination vers le partenariat,
de la fragmentation vers l'interdépendance.

C'est par ces mots écrits à Rio de Janeiro en 1992 que David Suzuki a prononcé par écrit son engagement envers la science, l'environnement et la justice entre les peuples et entre les générations. C'est avec ces mots gravés sur une plaque qu'Espace pour la Vie et la Fondation David Suzuki se sont unis pour rendre hommage à un scientifique d'exception.

Généticien, communicateur et scientifique engagé, David Suzuki a marqué plusieurs générations de Canadiens et contribué à ouvrir les yeux de millions de personnes, petits et grands, aux merveilles du monde naturel qui nous entoure et à la précieuse relation d'interdépendance que nous entretenons avec lui.

Nous ne sommes qu'une espèce parmi les quelque 30 millions qui tissent ce mince voile de vie qui entoure la planète Terre et que l'on appelle la biosphère. Nous partageons une histoire commune, inscrite dans nos gènes, et un avenir commun qui est aujourd'hui compromis. Nous sommes la première génération dans l'Histoire à tenir dans nos mains l'avenir de toutes celles qui nous suivrons. Nous portons sur nos épaules le poids de définir ce qui sera ou ne sera plus possible pour notre espèce et toutes les autres.
Ignorer la science n'est plus possible.

Nous sommes entrés dans l'anthropocène, une ère géologique nouvelle où l'Homme est devenu une force de la nature, le facteur déterminant de l'évolution de la biosphère. Notre consommation de ressources dépasse à chaque année la capacité de la biosphère de les régénérer. Nous vivons à crédit biologique, et le capital naturel qui s'épuise sous nos yeux prendra des dizaines de milliers d'années à se recomposer, si encore la chose est possible.

L'éducation et l'engagement sont les seules voies à suivre.

Nous ne pouvons changer les lois de la nature. Nous ne pouvons que transformer les lois humaines. Il nous faut désormais œuvrer à transformer notre économie, notre société et investir dans l'éducation environnementale des citoyens. Il faut éveiller les enfants à la nature, leur apprendre à connaître ce monde merveilleux qui les entoure. Il faut rapprocher la science des gens, offrir la connaissance en héritage. Il faut que des millions de personnes s'engagent aujourd'hui à protéger la vie, aujourd'hui et pour l'avenir.

C'est pourquoi nos organisations sont fières de rendre hommage à David Suzuki lors de son passage à Montréal dans le cadre de la Tournée bleu Terre, et de continuer de porter cette mission commune d'éducation, de sensibilisation et de transformation qui permettra de préserver cet équilibre sacré qu'est la vie sur Terre.

14 octobre 2014

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.