Photo: Le Canada mérite un meilleur budget

(Crédit : Mtsrs via Flickr)

Le 21 avril, le gouvernement du Canada dévoilait en grande pompe son budget 2015. Plus de 500 pages, et pas un mot sur la protection des gens et des lieux qui nous tiennent à cœur.

Il nous a fallu du temps pour passer à travers le texte du budget et trouver des messages — et l'absence de messages — valant la peine d'être soulignés.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Première constatation : pas le moindre mot sur les changements climatiques, pourtant le plus sérieux enjeu auquel font face notre pays et notre planète, un enjeu au cœur de ce que sera notre avenir.

Nous n'avons même trouvé aucune trace du modeste 300 millions de dollars promis en novembre dernier pour le Green Climate Fund, dont le but est d'aider les pays en développement à faire face aux changements climatiques. Alors que le monde entier se mobilise pour tenter de reverdir l'avenir de la planète, le Canada demeure obstinément sourd à l'appel, au risque de voir lui passer sous le nez le train d'une nouvelle économie verte et de s'aliéner des partenaires un peu partout dans le monde.

Au pays même, il y a quelques bonnes mesures dans ce budget. On sait que l'un des meilleurs moyens de contrer la crise climatique passe par l'investissement dans les transports publics, et ce budget prévoit du financement fédéral pour les transports collectifs. Malheureusement, le programme ne démarrera qu'en 2017. En outre, le montant initial de 250 M$ en 2017-2018, et l'investissement de 500 M$ qui suivra en 2018-2019, seront largement insuffisants pour combler les besoins des villes en croissance au Canada.

On sait aussi qu'une stratégie nationale est indissociable d'une saine planification à long terme. Or le Canada demeure le seul pays membre de l'OCDE à ne pas avoir de stratégie nationale en matière de transports collectifs.

Voyons quelques-unes des dépenses que nous promet le nouveau budget fédéral :

Malheureusement, la liste est plus longue des priorités environnementales auxquelles le budget 2015 ne prévoit accorder aucun financement. La plupart des recommandations que nous avions mises de l'avant dans le cadre de la Coalition du budget vert été ignorées, notamment les investissements indispensables à l'atténuation des changements climatiques et à l'adaptation à de tels changements, les énergies propres, la qualité de l'air, la conservation de la nature, la protection des écosystèmes marins et le plan d'équité en santé environnementale.

Au vu des pressions croissantes à l'échelle internationale en faveur d'une action concertée pour contrer les changements climatiques, et des dizaines de milliers de personnes qui ont marché à Québec la semaine dernière pour réclamer une telle action, les Canadiens étaient en droit de s'attendre à un budget qui signalerait un renouveau à ce chapitre.** Eh bien non, on nous a présenté un budget — un autre — totalement déconnecté des valeurs citoyennes de ce pays**, et des 98 pour cent d'entre nous qui croient que la nature est essentielle à notre survie.

En cette année électorale, la Fondation David Suzuki fera tout en son pouvoir pour rappeler à nos élus l'importance des enjeux du développement durable, des changements climatiques et de la protection de l'environnement, et pour presser les gouvernements à s'engager résolument à mener une action plus tangible en ces matières. Pour ce faire, nous aurons besoin de vous. Nos sympathisants et nos donateurs mensuels sont essentiels à la poursuite de notre action, joignez-vous à notre mouvement!

Merci de votre appui. Sans vous, nous ne pourrions poursuivre notre action.

23 avril 2015

Pour en savoir plus

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.