Photo: Pour que l'avenir l'emporte sur le passé

(Crédit: Jakob Owens / Unsplash.com)

Par Louise Hénault-Ethier, Chef des projets scientifiques

Toute fin d'année nous impose un bilan. Mais un bilan n'est pas forcément, ni uniquement un regard tourné vers le passé, vers nos échecs et réussites. Il peut être aussi un beau tremplin pour amorcer le nouvel an du bon pied.

Remémorons alors les faits saillants de 2016 en matière de climat, d'énergie et de science, question de mieux comprendre les opportunités et défis qui se présentent à nous en 2017.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Tout d'abord, quel a été le climat régnant? L'année 2016 fut la plus chaude depuis les débuts de la compilation des données climatiques vers 1880. Selon la NASA, la couverture de la calotte glaciaire a été la plus petite jamais enregistrée pour cinq des six premiers mois de l'année.

Si le dioxyde de carbone réchauffe notre climat, il acidifie aussi nos océans. En effet, 25% du CO2 atmosphérique serait absorbé par les océans et s'y transformerait en acide carbonique. L'acidification de l'eau peut limiter la capacité des animaux marins à fabriquer leur coquille. Ainsi, les moules sur la côte Pacifique pourraient être affaiblies et leur chute pourrait entraîner le déclin de la biodiversité marine régionale selon une étude parue dans Nature Climate Change en 2016.

Du côté de la production d'énergie, l'an 2016 a aussi été la troisième année consécutive marquée par un plafonnement des émissions de gaz à effet de serre (GES). Si le début de l'industrialisation était associé un accroissement des émissions de GES, la richesse n'est plus associée aux émissions accrues de GES, comme le démontrent plusieurs études sérieuses. C'est le début de la transition énergétique!

Cette année était la troisième année consécutive où les installations d'énergie renouvelables ont dépassé les nouvelles capacité d'énergies fossiles mondiales. À contre-courant, les projets de pipelines autorisés en 2016 au Canada entraîneront une consolidation des infrastructures fossiles. Au Québec, l'adoption sous bâillon du projet de loi 106 déroule un tapis rouge à l'industrie pétrolière.

Mais la lutte aux changements climatique se structure tout de même en 2016. La Politique énergétique 2030 du Québec vise à réduire de 40% notre dépendance au secteur pétrolier, tout en augmentant de 25% notre consommation d'énergies renouvelables. Québec devance aussi les autres provinces avec sa Loi sur les véhicules zéro émission (VZE) exigeant des constructeurs un seuil de vente de VZE via un système de crédits échangeables.

En décembre 2016, le premier ministre Justin Trudeau et onze de ses homologues des provinces et territoires ont signé le premier plan climatique pan-canadien. Depuis 1997, le Canada avait signé cinq accords internationaux promettant une réduction des GES tandis que les provinces restaient libres de leurs actions. Grâce à ce plan, chaque province aura un prix sur le carbone (jusqu'à 50$ la tonne en 2022) et le charbon sera délaissé dans la génération électrique d'ici 2030.

Pour finir l'année sur une note optimiste et inattendue, le Canada et les États-Unis ont interdit les nouveaux forages pétroliers et gaziers en Arctique. Aux États-Unis, la victoire de Standing Rock ne signale pas uniquement un déroutage du Dakota Access Pipeline, mais aussi une manifestation de la solidarité émergente entre les premières nations, les vétérans et la population générale que les gouvernements ne peuvent plus ignorer.

Même s'il prend la tête de la première puissance mondiale en 2017, Donald Trump ne pourra point à lui seul faire dérailler ces avancées énergétiques et climatiques. À l'échelle planétaire, 2016 a aussi été marquée par la ratification de l'Accord de Paris visant à contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, un accord dans lequel on énonce aussi l'importance du désinvestissement des énergies fossiles et l'atteinte du zéro émission net. En 2016, les panneaux solaires sont devenus moins chers que les énergies fossiles dans une trentaine de pays. L'optimisme semble donc une ressource renouvelable en 2017 selon le Réseau Action Climat Canada!

Et qu'en est-il de la science? Aux États-Unis, on redoute une ère d'obscurantisme scientifique. Celui qui a lutté contre la réglementation des émissions de GES des centrales au charbon prendra la tête de l'Agence américaine de protection de l'environnement. Déjà, des scientifiques inquiets sauvegardent des milliers de documents pour limiter les dégâts. Ce sera un climatosceptique qui prendra les rênes du Département de l'Énergie, un négationniste qui gouvernait le Texas lors de son ascension au leadership éolien. Enfin, un PDG d'entreprise pétrolière sera secrétaire d'État, un dirigeant d'entreprise qui s'était antérieurement montré favorable à l'accord de Paris et à une taxe sur le carbone!

La situation est grave et les preuves scientifiques sont accablantes : un satellite qui mesure le carbone atmosphérique a permis le premier portrait des sources anthropogéniques de CO2. Pourtant, Trump veut retirer l'étude des changements climatiques à la NASA dont la mission est pourtant d'utiliser un point de vue spatial pour assurer la compréhension de notre planète, améliorer nos vies et sauvegarder notre futur. On peut dire littéralement : ça ne vole pas haut !

Espérons que l'insécurité scientifique et environnementale chez nos voisins du sud ne soit qu'un malheureux passage de leur histoire, comme nous l'avons nous-même vécu. Souvenez-vous comment les scientifiques étaient muselés sous le gouvernement Harper. Ils auraient maintenant récupéré leur droit de parole. L'intégrité scientifique est depuis décembre 2016 protégée par la convention collective des membres de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada. Le gouvernement recrute maintenant un conseiller scientifique en chef, signe que le rôle de la science dans les décisions politique est de nouveau pris en considération, ce qui nous laisse plutôt optimiste pour l'année qui s'annonce.

Avec ces informations en tête, on peut se souhaiter une année 2017 où l'on se battra sur tous les fronts pour que la science l'emporte sur l'obscurantisme, les énergies renouvelables sur les fossiles et, somme toute, pour que l'avenir l'emporte sur le passé.

12 janvier 2017

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.