Photo: Trump l'emportera-t-il sur le Canada... pour sauver les monarques?

Par Jode Roberts, responsable du programme des pollinisateurs à la Fondation David Suzuki

Au cours des 20 dernières années, environ 90 % des papillons monarques qui migraient entre le Mexique et le Canada ont disparu. Dans les années 1990, environ un milliard de papillons réalisaient ce voyage épique multi générationnel du Canada au Mexique. En 2013, leur population avait chuté à 35 millions. Après quelques années d'amélioration modeste, la population de monarques a décru à nouveau de 22 millions l'an dernier.

Aux États-Unis, le gouvernement et les groupes de conservation ont réagi avec vigueur. En 2015, 20 millions de dollars ont été alloués à des projets de conservation et de recherche. Des objectifs régionaux et nationaux ont été fixés, y compris l'objectif ambitieux de restaurer 200 000 hectares d'habitat pour le monarque, du Mexique au Minnesota.

Inscrivez-vous à notre bulletin

On a prétendu (à la blague) que l'administration Trump songeait à bannir les papillons migrants mexicains. Peut-être les dirigeants actuels n'apprécient-ils pas autant les abeilles et les papillons que l'ancien président Barack Obama et sa famille. Mais il semble bien que jardin des pollinisateurs de la Maison-Blanche sera épargné. Voilà des nouvelles encourageantes!

Que se passe-t-il au Canada? Il y a eu un véritable buzz à propos du déclin des monarques et des actions au niveau local. Des citoyens et des groupes communautaires répartis dans l'ensemble de l'aire migratoire du monarque au Canada se sont mobilisés, y compris la Fondation David Suzuki, avec ses campagnes Got Milkweed et L'effet Papillon. En Ontario, l'asclépiade a cessé d'être répertorié comme une «mauvaise herbe» pour devenir l'une des plantes indigènes les plus recherchées dans les centres de jardinage.

Toutefois, malgré cette attention et les actions locales, le gouvernement fédéral manque à l'appel. Aucune annonce importante, sauf un témoignage sincère de Catherine McKenna, ministre de Environnement et Changements climatiques Canada, incitant les Canadiens à agir avant que les monarques ne subissent le sort des tourtes ou des bisons. La ministre est devenue récemment une ardente défenseure du rétablissement des monarques, suite à une visite avec ses enfants des forêts alpines mexicaines où les monarques passent l'hiver. Pourtant, la ministre n'a pas concrétisé son nouvel engagement à sauver des monarques en les protégeant. En décembre 2016, les scientifiques du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) ont recommandé que les monarques soient protégés en tant qu'espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada. Pour ce faire, la ministre doit simplement soumettre la recommandation du COSEPAC au cabinet, qui pourrait alors protéger légalement les monarques conformément à la loi fédérale.

À l'instar des États-Unis, le Canada doit lui aussi prendre des mesures sérieuses pour restaurer l'habitat des monarques et de nos autres papillons et abeilles indigènes. Des fonds doivent également être alloués pour la recherche, afin d'évaluer et d'identifier leur habitat et de déterminer si une utilisation intensive des pesticides comme le glyphosate a un impact sur les monarques, comme le donne à penser une recherche américaine.

Comment pouvez-vous aider? Prenez deux minutes pour envoyer un courriel à la ministre McKenna et à votre député . Demandez-leur de donner aux monarques l'attention et le soutien dont ils ont besoin — avant qu'il ne soit trop tard!

23 mai 2017

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.