Photo: Le point de vue d'une diététicienne sur une alimentation saine

(Crédit: veronicajauriqui via Flickr)

Par Selectionnez-un...

Les gens qui se préoccupent de leur alimentation ont souvent plusieurs soucis de santé à gérer. Certains vont ainsi voir un diététicien et demandent si les aliments qui font baisser leur taux de cholestérol aggraveront leur diverticulite, ou si la façon dont ils contrôlent leur taux de glycémie ne va pas à l'encontre des efforts qu'ils font pour perdre du poids.

Quand j'examine les problèmes de santé d'une personne, j'essaie de penser à son corps comme à un système à part entière, ce qui implique qu'un changement dans une certaine partie du corps aura des effets sur une autre partie du corps. Il n'est pas étonnant que la plupart des stratégies utilisées pour la gestion de certaines maladies chroniques puissent également aider à en gérer d'autres.

J'aime amener la discussion avec les clients un peu plus loin que leur propre personne et leur environnement immédiat et inclure l'écosystème naturel qui les entoure. Il ne faut pas traiter les problèmes de façon isolée. Ce que nous mangeons et la manière dont nous le mangeons a non seulement des effets sur notre santé mais aussi sur le monde qui nous entoure. Essayer de gérer sa santé et son empreinte écologique n'est pas toujours simple. À mon avis, prendre soin de soi et de l'environnement revient à gérer plusieurs problèmes de santé en même temps.

Je suggère à mes clients de manger moins de viande et de consommer davantage de sources de protéines différentes. Les haricots et les lentilles, solubles ou non, sont riches en fibres. Les fibres solubles aident à faire baisser le taux de cholestérol et les fibres insolubles aident à garder les intestins en bonne santé. Manger des protéines contenues dans des haricots et du tofu fait aussi baisser le taux de graisses saturées que favorise généralement un régime riche en viande. Consommer moins de graisses saturées pendant les repas fait également baisser le taux de cholestérol. Manger plus de haricots, de lentilles, de noix et de graines pour remplacer la viande fait diminuer les risques de cancer. Nous savons aussi que manger des repas sans viande amoindrit de manière conséquente les effets que la production de viande a sur l'environnement.

Protéger l'agriculture locale aide à minimiser les dommages sur l'environnement causés par le transport de la nourriture et aide les collectivités à maintenir une certaine autonomie. Plus les aliments ont du chemin à parcourir, plus il y a de chance que ceux-ci aient été cueillis ou ramassés bien avant qu'ils ne soient mûrs. Cela signifie que les produits ont moins de temps pour accumuler les nutriments du sol et qu'ils en perdent peut-être pendant le transport. La consommation d'aliments cultivés localement optimise la fraîcheur et la nutrition.

Des études récentes vantent les mérites des acides gras oméga 3. Il a été prouvé qu'ils sont bons pour l'humeur, la santé du cœur et les fonctions cognitives. Les oméga 3 sont produits par les algues (phytoplanctons) dans les océans, et sont ensuite accumulés au fur et à mesure que l'on monte dans la chaîne alimentaire. Les espèces ayant le plus de teneur en oméga 3 sont les sardines, maquereaux et harengs. Non seulement sont-ils très nutritifs, ils sont aussi issus de pêcheries durables, ont une très faible empreinte carbone, et sont disponibles dans la plupart des magasins à faibles coûts. La plupart de ces espèces sont utilisées pour nourrir d'autres espèces animales, donc la consommation par les humains est non seulement saine, mais aussi une bonne utilisation de ces fruits de mer.

Les aliments transformés nuisent également à la santé et à l'environnement. Lorsque la nourriture est très transformée, elle a souvent moins de nutriments et davantage d'agents de conservation et de sodium. Les aliments transformés ont souvent besoin de plus d'emballage que les autres pour être plus attrayants. Je pense à ces repas préemballés pour enfants qui contiennent l'équivalent de la valeur journalière entière de sodium et la moitié de graisse recommandée en un repas. On pourrait aussi comparer un grand sac de gruau dans sa forme la plus naturelle aux emballages individuels de gruau contenant du sucre et du sel ajouté. Cuisiner la nourriture à partir d'éléments de base limite la quantité d'emballage et optimise sa valeur nutritionnelle.

Jessica Begg.jpgPlus on en apprend sur la façon dont les choix alimentaires influencent la santé, plus on s'aperçoit que la simplicité dans laquelle vivaient nos grands-parents avait de nombreux mérites. Mangez moins de viande, achetez vos aliments chez le fermier du coin, mangez des produits de la mer durables et cuisinez votre gruau sur le fourneau. Plus on s'éloigne de ces pratiques, plus on néglige de prendre soin de soi-même et de l'environnement.

Jessica Begg, B. Sc., B. Sc. A., Dt. P. est la diététicienne agréée de Flourish Wellness + Nutrition à Vancouver. Elle travaille pour Vancouver Coastal Health, donnant des cours de réhabilitation cardiaque, et œuvre dans des cliniques sur les troubles de l'alimentation dans le Lower Mainland. Elle a obtenu un diplôme en Biologie à l'université Simon Fraser et un diplôme d'Alimentation et de Nutrition à l'université Ryerson.

10 novembre 2010

Ajoutez un commentaire


La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.