L'importance de réduire les substances toxiques à la maison et au travail | Vert santé | Fondation David Suzuki
Photo: L'importance de réduire les substances toxiques à la maison et au travail

(Crédit: Jenny Lee Silver)

Par Selectionnez-un...

Qu'aurait motivé la CCSSE à faire l'étude des substances toxiques que l'on retrouve dans les produits d'entretien ménager?

Dre Marshall : Réduire notre utilisation des substances toxiques fait partie des efforts que nous — les prestataires de soins de santé — déployons afin de protéger la santé des populations que nous desservons, bref pour les mêmes raisons que nous réduisons notre taux d'utilisation d'énergie et d'eau et augmentons la consommation d'aliments locaux. Il est vrai que les étiquettes des produits d'entretien ménager doivent, à l'aide de symboles de danger, indiquer les effets toxiques aigus, dont l'empoisonnement et l'irritation, mais l'information concernant les effets chroniques ne figure pas aux étiquettes. Cela pose un problème non seulement pour la santé de ceux et celles exposés au produit, mais aussi pour l'environnement qui est aussi exposé aux rejets de ces produits et à leurs substances potentiellement toxiques lorsqu'elles se retrouvent dans nos égouts.

Après avoir adopté un règlement en 2000, régissant ce qui pouvait être libéré dans les circuits d'eau sanitaire, les eaux de ruissellement et les cours d'eau naturels, certaines installations médicales de la ville de Toronto, entre autres, auraient réclamé de nouveaux produits d'entretien ménager ne comprenant aucun des ingrédients dorénavant interdits. Leur prise de conscience, appuyée par un bras de fer juridique, a fait en sorte que de nombreux produits ont été reformulés, offrant dorénavant aux Canadiens et Canadiennes une gamme de produits plus sécuritaires. Ensemble, le règlement municipal torontois sur la divulgation d'information environnementale et le programme ChemTRAC signalent 25 substances d'intérêt prioritaire dont l'usage doit être divulgué et réduit par les entreprises. À l'appui de cette mesure législative, la CCSSE a mis sur pied une alliance promouvant une politique en matière de l'usage plus sécuritaire de produits chimiques), une grille d'évaluation pour les produits écologiques ainsi qu'une base de données de ressources écologiques disponibles à travers le Canada (offerte en anglais).

Inscrivez-vous à notre bulletin

Quels sont les effets possibles des produits de nettoyage sur notre santé et l'environnement?

Dre Marshall : Les effets toxiques aigus causés par certains ingrédients que l'on retrouve dans les produits de nettoyage sont parfois faciles à percevoir (p. ex., crime d'asthme, irritations cutanées), mais les effets chroniques de certains ingrédients sur la santé et l'environnement ne le sont pas pour autant. Leurs ingrédients et leur dosage peuvent varier donc leurs effets sont aussi variables, pouvant être un peu ou très toxiques, en fonction de leur dosage et leur combinaison avec d'autres ingrédients. Leur impact sur la santé d'une population dépend de la constitution génétique de chaque individu1, de la capacité de ces individus à métaboliser les différents composés selon leur âge2 et de la totalité des ingrédients toxiques auxquels ils sont exposés, un taux invariablement plus élevé pour les populations de milieux socio-économiques faibles2. Parmi les plus vulnérables sont les fétus et les jeunes enfants puisque leurs systèmes métaboliques se développent et tout dommage leur survenant pourrait être irréversible, c'est-à-dire permanent. Les enfants sont généralement plus exposés que les adultes aux dangers en suspension dans l'air puisqu'ils respirent plus d'air pour chaque kilogramme de poids corporel que les adultes, ils passent généralement plus de temps proche au sol que les adultes, mais aussi parce qu'ils font l'exploration de leur environnement à l'aide de leurs mains, et ce, de façon concertée avec leur bouche3.

De nombreux systèmes et appareils de notre organisme sont à risque de cette exposition, et chaque risque affecte chacun de nous de façon différente — au plan neurologique (maux de tête, troubles à se concentrer), cardiovasculaire (anomalie congénitale du cœur, insuffisance de poids à la naissance), respiratoire (picotement aux yeux, écoulement nasal, respiration sifflante), dermatologique (dermite de contact eczémateux)1, gastro-intestinal (nausée, diarrhée) sinon en forme de divers cancers2.

Quels effets nocifs sur la santé de vos patients pouvant être liés aux produits de nettoyage domestiques avez-vous observés au sein de votre pratique clinique?

Dre Marshall : Je me souviens d'un cas en particulier : un collègue m'avait offert un compliment, du genre « merci d'avoir sauvé notre voisinage » d'un « petit diable » qui était dans le fond un « vrai gentil garçon ». Curieux du fait que l'enfant ne me revenait pas à l'esprit même lorsque le collègue me rappela son nom, j'ai consulté le dossier dudit petit diable.

Il était venu consulter trois ans plus tôt. « Joey » avait huit ans et avait été référé par son médecin de famille puisqu'il souffrait souvent d'infections des voies respiratoires supérieures et des oreilles depuis l'âge de 2 ans, il souffrait aussi d'asthme de temps à autre, et à l'école on l'avait qualifié d'hyperactif, d'irritable et d'inattentif. J'ai étudié ces antécédents cliniques, je lui ai fait passer un examen physique, et j'ai ensuite fait l'étude de ses antécédents d'exposition à l'aide de l'appellation mnémonique CH2OPD24 — Community, Home, Hobby, Occupation, Personal, Diet and Drugs, soit environnement local, environnement domestique, passe-temps, emploi (ou dans le cas de Joey, l'école), habitudes personnelles, diète et médicaments. J'ai découvert que lorsque Joey avait deux ans, sa famille avait aménagé un petit bungalow construit dans les années 70. Ses parents utilisaient de multiples produits d'entretien ménager, de lessive et de soins personnels, chacun contenant des parfums, et sa mère fabriquait des chandelles parfumées une fois par semaine dans la cuisine. Sa chambre à coucher était aussi remplie d'articles propices à l'accumulation de poussière.

Après avoir confirmé que le taux de plomb dans son sang était bas, j'ai suggéré un nombre d'« essais » dont cesser la fabrication des chandelles pour un certain temps, utiliser l'eau, le bicarbonate de soude et les chiffons humides pour le nettoyage, choisir les produits ne contenant aucun parfum pour la lessive et les soins personnels, et éliminer tous les articles de sa chambre à coucher, sauf les meubles essentiels. J'ai aussi proposé d'éviter les aliments suspects. L'idée était de réduire l'exposition de l'enfant, de façon radicale, aux agents pouvant contribuer à ses problèmes de santé. Je leur ai demandé de prendre note de ses symptômes pour environ deux semaines et d'ensuite reprendre l'usage des produits ayant été éliminés pour une période d'une journée.

Lors de notre prochain rendez-vous cinq semaines plus tard, ils m'ont rapporté que tous les symptômes de l'enfant avaient disparu durant la période d'essai, qu'ils étaient revenus dès la réintroduction des produits éliminés, et qu'ils avaient disparu de nouveau lorsque lesdits produits ont été éliminés de nouveau. Maman et Joey étaient bien d'accord de respecter ces nouvelles restrictions environnementales et alimentaires et c'est la dernière fois qu'ils sont venus consulter!

Quels sont les principaux obstacles si l'on veut favoriser l'usage de produits d'entretien ménager écologiques?

Dre Marshall : Les publicités! Les compagnies utilisent de fortes publicités de persuasion afin de nous faire croire que nous ne pouvons nous passer de leurs produits afin d'arriver à un niveau de propreté « passable » dans la maison, sans parler qu'il semble « essentiel » selon eux de le faire avec un produit parfumé qui offre une odeur de « fraicheur ».

Assurer la propreté de notre environnement domestique est moins rigoureux qu'assurer la propreté d'un établissement de soins de la santé. L'on peut choisir un produit ne contenant aucun parfum ou l'on peut choisir des ingrédients de base très abordables — le vinaigre, l'eau — pour nettoyer les planchers, les vitres et les surfaces, sinon le bicarbonate de soude pour frotter les lavabos et les baignoires. Pour connaitre des recettes faciles pour fabriquer vous-même des produits de nettoyages écologiques, consultez le site Web de la Fondation David Suzuki.

Quelles stratégies nous proposez-vous pour assurer la propreté et la santé de nos environnements domestiques de façon écologique?

Dre Marshall : La première règle est d'éviter les fouillis d'objets — sachant très bien que je ne suis pas l'exemple à suivre si l'on considère l'état de mon pupitre! Ensuite, je recommande de consulter la brochure et la vidéo « Pour une maison plus saine » du PCSEE, en particulier « Arrière, poussière! » et « Vert, le nettoyage ».

Lynn Marshall est médecin membre du personnel et agente de liaison en matière d'éducation médicale au sein de la clinique d'hygiène du milieu de l'Ontario au Women's College Hospital à Toronto. Elle enseigne à titre de membre du corps enseignant à l'université de Toronto, au Northern Ontario School of Medicine et à l'université Lakehead. Elle est membre de longue date de l'Association canadienne des médecins pour l'environnement (CAPE) et du Comité d'hygiène du milieu du Collège des médecins de famille de l'Ontario et est aussi présidente du conseil de l'Institut d'hygiène du milieu du Canada (EHI Canada). Elle s'intéresse fortement au travail partagé du Partenariat canadien pour la santé des enfants et l'environnement (PCSEE) et de la Coalition canadienne pour un système de santé écologique (CCSSE) ayant dernièrement examiné les produits d'entretien ménager moins toxiques utilisés par le système de soins de santé, et ce, aux fins de l'annuaire des produits et services écologiques (offert en anglais). Nous nous sommes entretenus avec la Dre Marshall au sujet de la campagne de la Fondation David Suzuki promouvant les produits et les pratiques d'entretien ménager écologiques.

Sources (selon l'article original rédigé en anglais)

1 Marshall Lynn, Bested Alison, Molot John, Kerr Kathleen, Bray Riina I. Environmental Sensitivities — Multiple Chemical Sensitivities Status Report, Advances in Knowledge, and Current Service Gaps (PDF)

2 Cooper K, Marshall L, Vanderlinden L, and Ursitti F (2011) Early Exposures to Hazardous Chemicals/Pollution and Associations with Chronic Disease: A Scoping Review. Executive Summary — A report from the Canadian Environmental Law Association, the Ontario College of Family Physicians, and the Environmental Health Institute of Canada

3 Partenariat canadien pour la santé des enfants et l'environnement. Child Health and the Environment- A Primer, August 2005. www.healthyenvironmentforkids.ca

4 Marshall Lynn, Weir Erica, Abelsohn Alan, Sanborn Margaret D. Identifying and managing adverse environmental health effects: 1. Taking an exposure history. CMAJ Apr. 16, 2002; 166 (8): 1049-55;
Marshall Lynn, Weir Erica, Abelsohn Alan, Sanborn Margaret D. Occupational and environmental exposure, response to letter to the editor by Michael Schweigert, CMAJ, Oct. 1, 2002; 167 (7): 744, 746;
Marshall L. Taking an Exposure History

12 avril 2012

Ajoutez un commentaire


1 commentaire

24 mai, 2012
3:53 PM

Répondre

Pour le nettoyage de la maison je n'utilise qu'un seul produit pour les lavabos, bains, sol(bois et céramique) cuisine, vitres : c'est du savon noir liquide à l'huile d'olive. Je n'ai pas besoin de gants car il laisse les mains très douces.C'est un nettoyant végétal, sans solvant,sans colorant, biodégradable et antiseptique. On l'utilise également pour traiter les plantes et aussi dans les milieux vétérinaires , pour les chevaux et dans l'élevage biologique des vaches et des chèvres pour laver les mamelles. C'est un produit importé de France, un peu cher : 20$ le litre mais peu suffit pour bien nettoyer et cela me dure longtemps.

La Fondation David Suzuki n'endosse pas nécessairement les commentaires affichés par le public sur son site Web. La Fondation se réserve le droit de refuser la publication de commentaires qui pourraient être perçus comme offensant ou qui vont à l'encontre des principes directeurs qui régissent les organismes de bienfaisance. Veuillez noter que tous les commentaires sont relus avant d'être publiés.