L'énergie nucléaire | Énergies | Changements climatiques | Enjeux et recherche | Énergies | Champs d'intervention

L'énergie nucléaire

Les inquiétudes grandissantes suscitées par les changements climatiques ont amené un regain d'intérêt envers l'énergie nucléaire. L'industrie nucléaire s'est autoproclamée comme une option environnementale intéressante qui produit de l'électricité sans polluer de l'air ni émettre des gaz à effet de serre comme le charbon, le pétrole ou le gaz naturel.

Mais une analyse plus poussée révèle que l'énergie nucléaire représente finalement une option qui n'est pas viable, tant d'un point de vue environnemental que financier. L'énergie nucléaire crée des déchets radioactifs qu'on ne peut gérer ou entreposer de façon sécuritaire, selon une méthode approuvée. Et le coût de cette énergie est exorbitant. Le budget de la dernière centrale construite en Ontario, à Darlington, se chiffrait à 3,4 milliards de dollars, mais, lorsque celle-ci a été complétée au milieu des années 1980, sa facture finale a atteint 15 milliards.

Problèmes environnementaux

Tout avantage que la technologie nucléaire pourrait apporter, comme la diminution des polluants dans l'air, est largement contrebalancé par de graves problèmes environnementaux encore non résolus. En 2000, le Canada avait accumulé 35 000 tonnes de déchets nucléaires hautement radioactifs sans aucun endroit pour les entreposer. En raison de leur période radioactive de 25 000 ans, les déchets nucléaires demeurent dangereux pendant 250 000 ans, ce qui représente des coûts et des risques énormes pour les générations futures.

Également, l'extraction de l'uranium requis pour l'énergie nucléaire exige des ressources énergétiques formidables, ce qui signifie que l'énergie nucléaire est, en fait, une source considérable d'émissions de gaz à effet de serre. De plus, les déversements, accidentels ou pas, d'eau contaminée provenant de l'exploitation minière de l'uranium empoisonnent les pêcheries et menacent la santé de communautés locales.

Plusieurs problématiques de sécurité entourent l'énergie nucléaire surtout lorsque les centrales prennent de l'âge. Celles-ci émettent régulièrement des radiations, augmentant les risques de cancer chez les travailleurs, leurs enfants et les personnes vivant dans les environs. Les centrales peuvent aussi laisser échapper des matières potentiellement dangereuses. Par exemple, le réacteur no4 de la centrale de Pickering a eu une fuite d'eau lourde en avril 1995, libérant du tritium radioactif dans le lac Ontario et contaminant des sources d'eau potable.

Problèmes économiques

Cette source d'énergie qu'on a autrefois qualifiée d'énergie « presque gratuite » s'est avérée être l'une des plus dispendieuses à ce jour.
Entre 1956 et 2000, Énergie atomique Canada limitée, propriété du gouvernement fédéral, a reçu des subventions totalisant 16, 6 milliards $. Malgré cela, l'énergie nucléaire est beaucoup plus coûteuse que les combustibles fossiles et les énergies renouvelables.

Les 20 derniers réacteurs construits aux États-Unis ont coûté en moyenne 5 000 $ par kilowatt de capacité; et le dernier réacteur construit au Canada a coûté 4 000 $ par kilowatt. On peut comparer ces prix aux prix actuels des grandes fermes éoliennes et des centrales de production au gaz naturel soit, respectivement, 1 200 $ et 1 000 $ par kilowatt à l'heure actuelle.

Les chiffres pour l'énergie nucléaire n'incluent pas les coûts de cycle de vie imposés à la société : dommages environnementaux et problèmes de santé, ainsi que coûts des accidents, du nettoyage, de l'élimination des déchets ou du démantèlement des centrales.

L'énergie nucléaire n'est pas seulement dispendieuse, elle constitue aussi un risque financier en raison de ses longs délais de démarrage, ses énormes dépassements de coûts et son passif indéterminé.

Pour en savoir plus