Le Canada et le Protocole de Kyoto | Le Canada et les changements climatiques | Changements climatiques | Enjeux et recherche | Le Canada et les changements climatiques | Champs d'intervention
Photo: Le Canada et le Protocole de Kyoto

Crédit: irschick via Flickr.

Qu'est-ce que le Protocole de Kyoto?


Le Protocole de Kyoto est un traité international signé en 1997 à Kyoto, au Japon. Il stipule que les pays signataires doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pendant la période de 2008 à 2012.

 Parce que le réchauffement climatique est principalement dû à la combustion d'énergies fossiles, le Protocole de Kyoto encourage les pays à modifier leurs habitudes afin de rendre plus éco-responsables la production et l'utilisation de leurs énergies. La cible de réduction de gaz à effet de serre est différente pour chaque pays. L'Union européenne, en tant qu'entité complète, a pour cible une réduction de 8 sur ses niveaux de 1990; 7 pour le Japon; et 6 pour le Canada. En 2006, les émissions de gaz à effet de serre du Canada dépassaient de 22 le niveau de 1990.



Le 16 février 2005, le Protocole de Kyoto entrait officiellement en application, marquant ainsi une étape importante dans la lutte contre les changements climatiques. Il constitue le premier et seul accord international qui établit des objectifs de réduction des gaz à effet de serre qui causent les changements climatiques.

 Des études démontrent que la mise en application du Protocole de Kyoto stimulerait les industries de la haute-technologie et de la construction, créerait des employs et réduirait les coûts imposés à notre système de santé par la pollution.

Le précédent gouvernement canadien avait élaboré un plan pour atteindre les objectifs de Kyoto, qui incluait des réductions obligatoires d'émissions pour les grandes usines et les centrales électriques, une entente volontaire avec l'industrie automobile afin d'améliorer l'efficacité énergétique des véhicules, un fonds climatique afin de procéder à l'achat de crédits de réductions d'émissions au Canada et à l'étranger, et un partenariat afin d'assister les provinces dans des projets d'investissement en infrastructure qui auraient rédui les émissions de gaz à effet de serre. Contrairement aux recommandations de l'Organisation de développement et de cooperation économique et du Commissaire à l'environnement et au développement durable canadien, ce plan dépendait trop des stimulants financiers et d'initiatives volontaires.

Néanmoins, le gouvernement n'a jamais eu la chance de mettre le plan en application avant sa défaite aux élections de janvier 2006.

 Le gouvernement fédéral a malheureusement fait reculer le Canada sur la question des changements climatiques. Il a annoncé qu'il ne tenterait pas d'atteindre les objectifs de Kyoto, en plus de couper le financement de la plupart des programmes canadiens de lutte contre les changements climatiques.

En 2006, les émissions au Canada dépassaient de 22 le niveau de 1990 alors que la cible établie par le Protocole de Kyoto était de les réduire de 6 de 2008 à 2012. La seconde phase du Protocole est en cours de négociation et doit être finalisée; d'ici décembre 2009 lors d'une rencontre à Copenhague. Il devient donc urgent pour le gouvernement canadien de mettre en place rapidement des mesures concrètes afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays et de cesser de bloquer les négociations internationales.



Pourquoi le Canada devrait-il respecter le protocole de Kyoto alors qu'il n'est responsable que de 2 % des émissions de la planète?


Les changements climatiques constituent un problème mondial et les solutions doivent être mondiales.
Les Canadiens sont responsables d'environ 700 mégatonnes de gaz à effet de serre par année et la plus grande partie de ces émissions sont dues au gaspillage d'énergie. Alors qu'ils ne représentent que que 0,5 de la population mondiale, les canadiens émettent 2 des émissions mondiales. En d'autres termes, le citoyen canadien moyen produit 23,6 tonnes de GES par année. C'est quatre fois plus que la moyenne mondiale.

En prenant des mesures pour réduire les émissions, nous agissons pour contrer cette dégradation de l'environnement dont nous sommes responsables; nous faisons preuve de leadership éclairé auprès de la communauté mondiale; et nous encourageons l'innovation et l'efficacité énergétique au sein de nos industries. Nous en tirons aussi d'autres bénéfices tels la création d'emplois, l'assainissement de l'air et l'amélioration de la qualité de l'environnement.

Comment le Canada peut-il atteindre ses objectifs de Kyoto?

Nous pouvons atteindre nos objectifs surtout en cessant de gaspiller de l'énergie, mais aussi en adoptant des technologies plus propres qui existent déjà.

Les Canadiens ont déjà fait de grands pas en conservation de l'énergie depuis les années 1970 sans avoir établi de plan pour y arriver. Les nouvelles constructions immobilières et les appareils de toutes sortes sont plus écoefficients que ceux de la génération précédente. Il en va de même pour l'équipement utilisé par les industries, de l'éclairage industriel aux moteurs à diesel des trains. Entre 1990 et 2000, l'amélioration de l'efficacité énergétique de nos équipements a permis aux Canadiens d'économiser 8,7 milliards de dollars en frais annuels d'électricité et de réduire d'émission de 38 millions de tonnes leurs emissions de gaz à effet de serre. 



Pour en savoir plus