Solutions pour le transport | Les solutions climatiques | Changements climatiques | Enjeux et recherche | Les solutions climatiques | Champs d'intervention

Le transport est responsable de plus de 26 % du total des émissions de gaz à effet de serre au Canada. À moins que nous ne renversions certaines des tendances suivantes concernant l'utilisation de véhicules, les émissions reliées au transport continueront d'augmenter.

  • Depuis 1960, le nombre de véhicules par personne au Canada a doublé.
  • Depuis 1960, le nombre de kilomètres parcourus par personne au Canada a aussi doublé.
  • Parallèlement, le transport de marchandises est passé du chemin de fer, à haut rendement énergétique, au camionnage, énergivore.

L'accroissement considérable des émissions de gaz à effet de serre dans le domaine du transport est, pour l'essentiel, attribuable aux voitures particulières : automobiles et véhicules utilitaires légers. La popularité des véhicules utilitaires sportifs, des camionnettes et des fourgonnettes a eu un impact très négatif sur l'efficacité énergétique moyenne.

La Fondation David Suzuki se réjouit des récents plans du gouvernement fédéral concernant la mise en œuvre de normes de consommation de carburant des automobiles et des véhicules utilitaires légers, et propose les mesures additionnelles suivantes afin de réduire les émissions reliées au transport.

  • Augmenter graduellement les taxes sur l'essence et le diésel afin de refléter leurs véritables coûts sur l'environnement et la santé. En Europe, les carburants de transport coûtent deux à trois fois plus cher qu'au Canada, et leur consommation est moindre d'un tiers. À long terme, de telles taxes encouragent l'achat de véhicules à haut rendement énergétique et réduisent l'usage inutile de la voiture. Les revenus tirés de ces taxes devraient soutenir d'autres options de transport comme le transport en commun, pratique et efficace, ainsi que des infrastructures pour le transport à vélo, tout en permettant de réduire les taxes de vente, les charges sociales ou l'impôt sur le revenu.
  • Renforcer le soutien au transport en commun, aux programmes de covoiturage, aux pistes cyclables et autres options de transport durable.
  • Exiger cinq pour cent de contenu énergétique renouvelable, tel que de l'éthanol lignocellulosique — fabriqué à partir de paille, de feuilles de maïs, de résidus de la forêt, etc. — dans l'essence utilisée par les Canadiens.
  • Abaisser les limites de vitesse, et les faire respecter, afin de diminuer la consommation de carburant. La consommation de carburant augmente considérablement à haute vitesse.
  • Encourager le transport ferroviaire des marchandises plutôt que le transport routier, le transport ferroviaire ayant un rendement énergétique de beaucoup supérieur.
  • Au moyen d'incitatifs financiers, le gouvernement devrait encourager les Canadiens à se procurer des véhicules à haut rendement énergétique.

Bien que les piles à combustible soient considérées par certains comme des sources d'énergie non polluantes pour les automobiles, certains des processus de fabrication de ces piles engendrent des émissions de gaz à effet de serre (par exemple ceux qui produisent de l'hydrogène à partir de combustibles fossiles). Les piles à combustible ont un énorme potentiel, à condition que leur source de carburant fournisse de meilleures options pour réduire le dioxyde de carbone.

Pour en savoir plus