Ambitieux, équitable et contraignant: peut-on parvenir à un accord sur le climat? | Négociations internationales sur le climat | Changements climatiques | Enjeux et recherche | Négociations internationales sur le climat | Champs d'intervention

Nous savons que les changements climatiques sont la plus grande menace à notre prospérité et notre avenir. Mais il existe une menace tout aussi importante, notre inaction. Le Canada peut apporter une contribution significative lors du Sommet sur le climat de l'ONU en signant une entente ambitieuse, juste et ferme fondée sur trois principes de base.

1. Réduire les émissions piégeant la chaleur
En tant que pays riche, le Canada doit faire un effort et s'engager à réduire sa pollution causant le réchauffement climatique, à des niveaux sûrs et scientifiquement acceptés (niveaux que les scientifiques jugent nécessaires et que les pays européens ont acceptés).

La science démontre que les émissions provenant des pays industrialisés tels que le Canada doivent être réduites de 40 d'ici 2020 (ou réduites de près de moitié). L'objectif actuel du Canada est beaucoup trop faible (une réduction de 3 ) et cet objectif n'est associé à aucune obligation légale.

globalwarming emissions.jpg

2. Imputer un coût aux émissions et mettre en place une économie verte
Le Canada doit mettre en place un plan d'action global et efficace sur les changements climatiques pour imputer un coût important aux émissions de gaz à effet de serre, investir dans des solutions et emplois liés à l'énergie renouvelable, et construire des communautés favorisant le transport actif et le transport en commun.

Prenez l'exemple des États-Unis: le président Obama a tiré avantage de la faiblesse de l'économie pour doter l'économie américaine de nouveaux outils. En vertu de son plan de relance, le pays investira 75 milliards de dollars dans les solutions d'énergies renouvelables cette année, soit six fois plus par habitant que le Canada. D'autres pays investissent eux aussi dans la main-d'œuvre et tirent profit de l'ingéniosité de leurs citoyens. Actuellement en Allemagne, environ 250 000 personnes travaillent à capter les énergies solaire et éolienne pour le compte du secteur des énergies renouvelables.

3. Justice et égalité
L'entente au Sommet sur le climat de l'ONU doit être juste et tenir compte de la situation des pays riches (ceux qui sont les principaux responsables du problème) et celle des pays les plus pauvres. Les riches pays industrialisés représentent un cinquième de la population mondiale, mais sont responsables de 75 % de l'accumulation nuisible de carbone piégeant la chaleur. Les pays industrialisés comme le Canada sont davantage responsables de ce problème, car ils consomment beaucoup plus de ressources et d'énergie par habitant.

Le Canada émet, par habitant, six fois plus de pollution causant le réchauffement climatique que la Chine, et 14 fois plus que l'Inde.

pollutionperperson.jpg

Le Canada, comme d'autres pays industrialisés, dispose davantage de ressources lui permettant de s'attaquer au problème du réchauffement climatique. Voilà pourquoi il doit faire les premiers pas et réduire ses propres émissions pour montrer au monde qu'il prend le problème au sérieux.

Investir
Pour que l'entente soit juste, le Canada doit accepter de financer les pays les plus pauvres. Cela les aidera à s'adapter aux impacts déjà ressentis des changements climatiques et à investir dans des solutions qui les aideront à réduire leurs propres émissions.

Le Canada pourrait investir dans des solutions canadiennes d'énergie propre à l'intention ces pays. Ces efforts aideraient les pays en développement à éviter les technologies polluantes et à réduire la pauvreté tout en faisant surgir des marchés de solutions d'énergie propre partout dans le monde. Ceci créera également des emplois.

Le Canada doit favoriser ce genre d'entente légalement contraignantes et s'y engager car, plus que jamais, l'inaction n'est une option pour aucun pays.

Pour en savoir plus