Entente Canada Québec sur les hydrocarbures dans le golfe Saint-Laurent | Le Saint-Laurent : notre fleuve vivant | Océans et eau douce | Nos projets | Le Saint-Laurent : notre fleuve vivant | Champs d'intervention

La Fondation David Suzuki met en garde les Québécois contre la fièvre de l'or noir et les dangers qui y sont associés.

L'entente conclue le 24 mars 2011 entre le Canada et le Québec ouvre la porte à l'exploration et l'exploitation d'hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent, ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur l'environnement et les populations côtières qui en dépendent. Le golfe, une mer semi-fermée six fois et demie plus petite que le golfe du Mexique, est un milieu de vie pour plus de 2000 espèces et pour des centaines de milliers de personnes qui dépendent de ses richesses pour leur gagne-pain dans les secteurs des pêcheries et du tourisme.

Il n'existe pas de mesures qui permettent d'éliminer complètement les risques de déversement de pétrole liés à l'exploration et l'exploitation d'hydrocarbures en milieu marin. Ces risques sont constamment sous évalués par les entreprises et les autorités réglementaires qui encadrent l'exploitation de ces ressources

Afin d'illustrer les effets d'un déversement de pétrole au gisement Old Harry, la Fondation David Suzuki a développé, à l'aide d'experts, des simulations vidéo qui démontrent la portée que pourrait avoir un tel incident. Chaque simulation illustre ce qui se produirait si un déversement d'environ 10 000 barils de pétrole par jour, devait se produire pendant 10 jours selon les saisons. Ces simulations indiquent que toutes les provinces du golfe du Saint-Laurent seraient touchées en cas de déversement pétrolier.