Le rejet des eaux usées non traitées dans le Saint-Laurent contribue à la détérioration des écosystèmes | Le Saint-Laurent : notre fleuve vivant | Océans et eau douce | Nos projets | Le Saint-Laurent : notre fleuve vivant | Champs d'intervention

On appelle « eau usée » toute eau ayant servie à un usage quelconque. Elle peut donc provenir tant des égouts domestiques, que des procédés industriels. Les eaux usées collectées par une municipalité dans son réseau d'égouts peuvent provenir de trois sources : les résidences, les industries ainsi que les eaux de pluie. Les eaux usées domestiques proviennent principalement des toilettes (eau noire), des éviers, des bains, ou des électroménagers (eau grise); les eaux usées industrielles trouvent leurs sources des industries, des commerces et des institutions; les eaux pluviales proviennent, bien entendu, du ruissellement de la pluie sur les surfaces pavées. Notons toutefois que lors de fortes pluies, les réseaux d'égouts peuvent déborder, faisant en sorte que ce surplus d'eau se déverse sans traitement dans le fleuve Saint-Laurent, affectant directement la qualité de l'eau.

Chaque année, ce sont plus de 90 milliards de litres d'eaux usées de la région des Grands Lacs et du Saint-Laurent qui sont déversées dans les lacs et le fleuve. À titre d'information, la station d'épuration de Montréal traite les eaux usées de 2 millions de citoyens et de 4,000 établissements industriels et commerciaux. Plus de 200 composés chimiques de synthèse ont été répertoriés dans les effluents municipaux au Canada. Les rejets de coliformes, de substances toxiques, médicaments et eaux usées non désinfectées, en provenance de Montréal, Longueuil, Repentigny, détériorent de manière significative la qualité de l'eau sur 125 km entre Repentigny et Sorel. Ces différentes formes de contamination, sans compter les problèmes engendrés par les rejets agricoles, ont plusieurs impacts sur la faune, la santé humaine et les différents usages du fleuve comme la baignade.

Différentes pistes s'offrent à nous afin d'améliorer la qualité des eaux usées. La réduction de la pollution à la source par la mise en place de règlements municipaux permettant de réduire les polluants rejetés, un traitement plus efficace des eaux usées, une meilleure gestion des déchets domestiques dangereux, ainsi qu'une utilisation de produits biodégradables certifiés sont quelques exemples de solutions pouvant contribuer à améliorer la santé de notre fleuve et de rendre ses usages plus accessibles à tous.

Sources:

Lagier, M., Les services écosystémiques du St-Laurent
MDDEP, Portrait global du St-Laurent
Great Lakes United, Eaux usées Saint-Laurent
La Presse
Environnement Canada

Pour en savoir plus