Fragrance ou parfum | Substances toxiques | Santé | Enjeux et recherche | Substances toxiques | Champs d'intervention

Utilisation dans les produits de beauté

Le terme parfum (désigné parfois aussi sous le nom de fragrance) que l'on retrouve sur les listes d'ingrédients de produits cosmétiques, impliquent généralement un mélange complexe de plusieurs produits chimiques. Environ 3 000 produits chimiques sont utilisés dans la fabrication des fragrances.(1) On les retrouve évidemment dans des produits tels que les parfums et les désodorisants, mais aussi dans presque tous les produits d'hygiène personnelle. Même les produits indiquant « sans parfum » ou « non parfumé» peuvent contenir une fragrance accompagnée d'un agent masquant(2) qui empêche le cerveau de percevoir l'odeur. On retrouve les fragrances aussi dans plusieurs autres produits de consommation tels que les détergents à lessives, les assouplissants et les produits de nettoyage.

Dangers pour la santé et l'environnement

Plusieurs ingrédients de fragrances sont irritants et peuvent causer des allergies,(3) des migraines,(4) et des symptômes asthmatiques.(5) Une étude menée auprès d'asthmatiques a montré que les parfums et eaux de Cologne pouvaient déclencher des crises d'asthme chez presque trois sujets sur quatre.(6) Ces produits pourraient aussi contribuer au développement de l'asthme chez les enfants.(7) Des chercheurs britanniques ont établi que les parfums arrivent au second rang des causes d'allergies chez les patients traités en cliniques dermatologiques.(8) Les gens qui souffrent de la polysensibilité chimique (MCS) ou d'autres maladies liées à l'environnement sont particulièrement vulnérables, car les fragrances sont impliquées à la fois dans le développement de leurs affections et le déclenchement des symptômes.(9)

Au cours d'essais en laboratoire, des ingrédients de fragrance particuliers ont été associés à des cancers(10) et à la neurotoxicité(11) entre autres effets néfastes sur la santé.

Les muscs synthétiques utilisés dans les fragrances sont une source d'inquiétude particulière d'un point de vue écologique. Environnement Canada a classé plusieurs muscs synthétiques comme persistants, bioaccumulables ou toxiques, et d'autres comme des substances d'intérêt prioritaire pour la santé humaine. Des niveaux mesurables de muscs synthétiques se retrouvent dans les poissons des Grands Lacs et de façon croissante dans les sédiments.(12) Lors de tests en laboratoire sur le sang de cordon ombilical humain commandés par l'U.S. Environmental Working Group, on a détecté des muscs synthétiques courants (galaxolide ou tonalide) chez sept nouveau-nés examinés sur dix.(13)

Quelques ingrédients de fragrances ne sont pas des agents parfumant, mais ils en augmentent la performance. On utilise le phtalate de diéthyle à grande échelle dans les fragrances de cosmétiques pour en faire persister la charge odorante. La Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens, quant à elle, classe le phtalate de diéthyle comme substances prioritaires de première catégorie, car il interfère avec certaines fonctions hormonales.(14) Les phthalates sont associés à une diminution de la quantité de spermatozoïde chez les hommes et à des problèmes de développement des fœtus mâles (si la mère est exposée durant la grossesse), ainsi qu'à d'autres effets négatifs sur la santé.(15) Les métabolites des phtalates seraient aussi liés à l'obésité et à la résistance à l'insuline chez les hommes.(16) Selon Santé Canada, les enfants qui portent des jouets fréquemment contenant des phthalates à leur bouche, peuvent subir des dommages au foie et aux reins.(17) Le phthalate de diéthyle est classé comme polluant toxique prioritaire en vertu de la Loi sur la qualité de l'eau aux États-Unis, à cause de sa toxicité pour les animaux sauvages et l'environnement.(18)

L'analyse en laboratoire des eaux de Cologne et parfums les plus vendus, a montré que chaque produits contenait une moyenne de 14 ingrédients chimiques ne figurant pas sur l'étiquette, y compris de multiples substances chimiques pouvant déclencher des réactions allergiques ou interférer avec la fonction hormonale.(19)

Réglementation

Les recettes de fragrances étant des secrets industriels, les manufacturiers ne sont pas tenus d'en divulguer les ingrédients. Environnement Canada évalue actuellement un musc synthétique (moskène) dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques. Il a aussi ciblé plusieurs autres substances à évaluer. Santé Canada a récemment annoncé sa règlementation bannissant six types de phthalates des jouets pour enfants qui ne sont toutefois pas soumis à la réglementation pour leur utilisation dans les cosmétiques.

La réglementation internationale est plus stricte. L'Union européenne interdit l'usage de plusieurs ingrédients de fragrances, incluant deux muscs largement utilisés (nitromuscs). Elle exige aussi des mises en garde sur les étiquettes si les produits contiennent l'un des 26 allergènes retrouvés fréquemment dans les fragrances de cosmétiques.(20)

————————

(1) Fragranced Products Information Network, «Self-Regulation», Fragrance Materials and Composition, http://www.fpinva.org/text/1a5d908-96.html.

(2) « Les cosmétiques : La foire aux questions », Santé Canada, http://www.hc-sc.gc.ca/cps-spc/person/cosmet/faq-fra.php#terms.

(3) Thyssen, JP et al., «Contact sensitization to fragrances in the general population: a Koch's approach may reveal the burden of disease», British Journal of Dermatology 460, no. 4 (avril 2009): 729-35

(4) Kelman, L., «The triggers or precipitants of the acute migraine attack», Cephalalgia 27, no. 5 (mai 2007): 394-402.

(5) Millqvist E. et O. Löwhagen, «Placebo-controlled challenges with perfume in patients with asthma-like symptoms», Allergy 51, no. 6 (juin 1996): 434-9.

(6) Shim, C et MH Williams Jr., «Effect of odors in asthma», American Journal of Medicine 80, no. 1: 18-22; cite dans : B. Bridges, «Fragrace: Emerging health and environmental concerns», Flavour and Fragrance Journal 17 (2002): 361-71

(7) B. Bridges, «Fragrance: Emerging health and environmental concerns. »

(8) Betton, C., «7th Amendment to the EU Cosmetics Directive», Cosmetic Science Technology (2005): 234-36

(9) Sears, ME, Le point de vue médical sur l'hypersensibilité environnementale (Commisison canadienne des droits de la personne, mai 2007), http://www.chrc-ccdp.ca/pdf/envsensitivity_fr.pdf; Ashford, Nicholas A. et Claudia S. Miller, Chemical Exposures: Low Levels and High Stakes, 2e éd. (New York : John Wiley & Sons, 1998).

(10) NTP toxicology and carcinogensis studies of 2,4-hexadienal (89% trans,trans isomer, CAS No. 142-83-6; 11% cis,trans isomer) (Gavage Studies); NTP toxicology and carcinogenesis studies of methyleugenol (CAS NO. 93-15-2) in F344/N rats and B6C3F1 mice (Gavage Studies), National Toxicology Program Technical Report Series (U.S. National Toxicology Program, juillet 2000).

(11) Anderson RC et Anderson JH, «Acute toxic effects of fragrance products», Archives of Environmental Health 53, no. 2 (avril 1998): 138-46.

(12) The Challenge of Substances of Emerging Concern in the Great Lakes Basin: A Review of Chemicals Policies and Programs in Canada and the United States (Toronto et Lowell, MA: l'Association canadienne du droit de l'environnement et Lowell Center for Sustainable Production, 2009), http://www.cela.ca/sites/cela.ca/files/667IJC.pdf.

(13) Pollution in People: Cord Blood Contaminants in Minority Newborns (Washingtron, DC: Environmental Working Group, 2009), http://www.ewg.org/files/2009-Minority-Cord-Blood-Report.pdf.

(14) Study on Gathering Information on 435 Substances with Insufficient Data, rapport final à la Commission européenne, DG Environment (Delft, Netherlands: RPS BKH Consulting Engineers, 2000), http://ec.europa.eu/environment/docum/pdf/bkh_annex_13.pdf.

(15) Griffin, S, CancerSmart 3.0: The Consumer Guide (Vancouver: Labour Environmental Alliance Society, 2007).

(16) Stahlhut, RW et al., «Concentrations of urinary phthalate metabolites are associated with increased waste circumference and insulin resistence in adult U.S. males», Environmental Health Perspectives 115, no. 6 (juin 2007).

(17) Santé Canada, "Le gouvernement du Canada agit pour rendre plus sécuritaires les jouets et articles pour enfants en résine de vinyle et d'autres produits de consommation (Communiqué)," juin 2009, http://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/media/nr-cp/_2009/2009_96bk1-fra.php.

(18) U.S. Environmental Protection Agency, «Toxic and Priority Pollutants», http://water.epa.gov/scitech/swguidance/methods/pollutants-background.cfm#pp.

(19) Sarantis, Heather et al., Not So Sexy: The Health Risks of Secret Chemicals in Fragrance, Cdn. ed. (Environmental Defence, mai 2010), http://toxicnation.ca/files/pdf/FragranceReport.pdf.

(20) Le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne, 7th Amendment to Council Directive 76/768/EEC on the approximation of the laws of the Member States relating to cosmetic products, 2003, http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ20/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:342:0059:0209:en:PDF.

Pour en savoir plus