Photo: Interview de David R. Boyd

David à David: David Suzuki interviewe David R. Boyd au sujet de son dernier livre « Dodging the Toxic Bullet »

Nous avons tous déjà entendu cela avant : ce que nous faisons à notre environnement nous le faisons à nous-mêmes. Aujourd'hui, l'avocat et chercheur David R. Boyd nous dévoile le monde de la santé environnementale en fournissant des informations pratiques afin que nous puissions nous protéger nous-mêmes ainsi que nos familles de ce « mal ».

Pour coïncider avec le lancement de la campagne de la Fondation David Suzuki sur les produits chimiques cachés dans nos produits de santé et de beauté, Dr Suzuki interviewe M. Boyd au sujet de son dernier livre, « Dodging the Toxic Bullet ». Découvrez ce qui a inspiré M. Boyd, quelles sont les plus grandes menaces sanitaires auxquelles nous faisons face, et comment nous pouvons vivre plus longtemps et de façon saine en respirant de l'air propre, en mangeant de la nourriture de qualité, en buvant de l'eau saine et en consommant des produits non-toxiques.

Lisez l'entretien, achetez le livre et participez au sondage, votre santé en dépend.

David Suzuki : Pourquoi avez-vous écrit ce livre?

David Boyd : Trois évènements m'ont donné l'inspiration et l'instruction nécessaires à l'écriture de ce livre. Premièrement, il y a quatre ans, je suis devenu père pour la première fois. Comme peuvent en témoigner tous les parents, l'arrivée d'un enfant ne provoque pas uniquement de la joie mais également de toutes nouvelles peurs concernant les menaces potentielles, incluant les risques de l'environnement.

Deuxièmement, j'ai poursuivi un rêve tout au long de ma vie -compléter mon doctorat à l'université de Colombie Britannique et apprendre d'experts en toxicologie, épidémiologie et santé environnementale.

Troisièmement, j'ai visité la vallée chimique du Canada — la zone la plus polluée autour de Sarnia en Ontario — et j'ai été profondément perturbé par ce dont j'ai été témoin.

D. Suzuki : Quelles sortes de différentes menaces pour la santé avez-vous abordé?

D. Boyd : Toutes les grandes menaces : une qualité de l'air pauvre (à l'intérieur et à l'extérieur), des polluants dans notre nourriture et dans l'eau potable, des substances toxiques dans les produits de consommation ou encore des risques pour la santé physique tels que les UV, les radiations ou le bruit. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ces risques environnementaux contribuent à environ 36 800 morts prématurées et des millions de maladies annuelles au Canada

La bonne nouvelle est que la quasi-totalité de ces morts prématurées et maladies pourrait être évitée grâce à des lois plus sévères, un meilleur étiquetage et des choix éclairés.

D. Suzuki : Quel est la chose la plus surprenante que vous ayez apprise?

D. Boyd : J'ai appris de nombreuses choses surprenantes que je me suis senti obligé d'écrire dans ce livre ! Parmi les surprises négatives, il y a les tout nouveaux liens entre l'exposition aux polluants organiques persistants, l'obésité et le diabète; notre exposition aux produits chimiques toxiques omniprésents qui imitent les hormones naturelles; l'impact de la pollution atmosphérique sur notre système cardiovasculaire; et enfin le fait qu'après des années d'efforts pour nettoyer notre environnement, il y a toujours autant de substances toxiques dans l'air, la nourriture, l'eau et les produits de consommation.

Il semble insensé que nous ayons permis d'utiliser des substances toxiques telles que le toluène, le formaldéhyde, et le dibutyl phthalate (DBP) dans les produits de soins personnels, particulièrement quand d'autres juridictions l'ont interdit. En dépit de la capacité intellectuelle tant vantée de l'homo sapiens, il y a des moments où l'homme semble être un élève plutôt lent.

D'un côté positif, il est encourageant d'apprendre que l'Europe a réussi avec succès à aller plus loin que le Canada et les É.-U. en protégeant la santé humaine de ces substances toxiques. L'expérience de l'Europe démontre que des lois plus strictes pour protéger la santé de l'homme et de l'environnement, permettent d'économiser de l'argent, de promouvoir l'innovation et d'impulser une meilleure qualité de vie.

D. Suzuki : Pourquoi l'industrie/le gouvernement autorisent l'utilisation de produits chimiques liés au cancer, à la perturbation des hormones et à la malformation congénitale, comme ingrédients contenus dans les produits de soin personnel que nous utilisons au quotidien?

D. Boyd : Quant à l'industrie, le fait essentiel à retenir est que leur objectif primordial est de faire davantage d'argent aussi vite que possible. Maintes et maintes fois, les industries ont méprisé et nié les effets néfastes de leurs procédés de fabrication sur la santé- incluant le tabac, la peinture de plomb, l'essence, l'amiante, le benzène, le chlorure de vinyle, le béryllium et le chrome.

Cette sombre histoire est la raison pour laquelle les gouvernements doivent assumer la responsabilité de promulguer et d'appliquer des lois sévères pour protéger la santé humaine et l'environnement. Malheureusement, nos gouvernements ignorent souvent les leçons de l'histoire, qui les conduisent à répéter les mêmes erreurs encore et toujours en favorisant le profit à l'instar du peuple.

D. Suzuki : Comment répondez-vous à une personne qui vous dit : « Mais les Canadiens n'ont jamais vécu aussi longtemps. Cela ne signifie t-il pas que les risques environnementaux ne représentent pas une aussi grande menace que vous le suggérez? »

D. Boyd : Selon le Conference Board du Canada, les enfants d'aujourd'hui sont probablement les premiers de plusieurs générations qui vivront des vies plus courtes que celles de leurs parents. C'est un développement profondément perturbant, lié à la montée en flèche du large taux d'obésité et de diabète. Les nouvelles recherches indiquent qu'il y a un lien entre l'exposition aux substances toxiques et ces deux épidémies dévastatrices, seul quelques personnes sont au courant de ces connexions. Les enfants, dont les mères sont exposées à ces produits spécifiques, ont probablement plus de chance d'être atteint d'obésité.

D. Suzuki : Quel risque toxique pour la santé vous inquiète le plus?

D. Boyd : La réponse médiocre du gouvernement concernant la pollution atmosphérique est scandaleuse, à la lumière des études montrant que des milliers de morts prématurées sont chaque année causées par la pollution atmosphérique. Je suis profondément inquiet par les polluants alimentaires. La viande, le poisson, et les produits laitiers gras peuvent être des sources majeurs de polluants organiques tenaces, c'est pourquoi ma famille est végétarienne, et que nous mangeons principalement des aliments biologiques.

La répartition inéquitable des risques environnementaux me trouble aussi. L'évidence démontre que les peuples aborigènes et les Canadiens à faible revenu sont probablement plus exposés à un haut niveau de pollution de manière disproportionnée. Et nous devons arrêter de faire semblant d'accorder de l'importance aux enfants et nous devrions nous concentrer sur des lois pour protéger nos enfants de ces substances toxiques.

Quand il s'agit des produits de soins personnels, ce qui me préoccupe le plus est l'utilisation généralisée des ingrédients qui sont connus ou soupçonnés pertubateurs hormonaux, y compris le triclosan (qui se trouve dans de nombreux savons anti-bactériens) et les phtalates (souvent déguisé en « parfum » sur les étiquettes.

Suzuki : Quel conseil donneriez-vous aux gens afin de minimiser l'exposition aux substances chimiques dans les produits de soins personnels?

Boyd : Une excellente approche simple et pratique est de lire les étiquettes et de rejeter les produits avec des ingrédients non familiers ou imprononçables. Par exemple, nous avons acheté récemment un shampooing et un après-shampooing entièrement fait d'une poignée d'ingrédients naturels et ils fonctionnent vraiment bien.

Les femmes enceintes ou qui anticipent leur grossesse devraient prendre des précautions supplémentaires afin d'éviter d'exposer leur fœtus aux substances toxiques. Les parents aussi ont besoin d'être vigilants car les enfants sont plus vulnérables aux polluants environnementaux que les adultes.

Cependant, en plus de devenir des consommateurs avertis, il est aussi vital que nous utilisions notre pouvoir de citoyens pour exiger que notre gouvernement réponde à notre droit de vivre dans un environnement sain. Des choix intelligents protégeront votre famille, mais des lois solides protègeraient davantage chacun.

Pour de plus amples détails, lisez mon livre!

Le nouveau livre de David R. Boyd, « Dodging the Toxic Bullet » : Comment se protéger des risques environnementaux quotidiens, est disponible (en anglais) dans les magasins dans les librairies Greystone.

Pour en savoir plus