Conseil d'administration

La Fondation David Suzuki est gouvernée par un conseil d'administration formé de personnes aux qualités exceptionnelles, dont les vastes connaissances et la profonde expertise couvrent tout l'éventail de l'activité humaine — éducation, action citoyenne, droit, finances, affaires, économie, environnement et justice sociale — et enrichissent l'action stratégique de la Fondation. Outre leur temps précieux qu'ils nous accordent bénévolement, les membres du conseil contribuent financièrement à la Fondation.

Nous sommes heureux de vous les présenter ici.

Tara Cullis, présidente et cofondatrice


tara-cullis.jpgTara Cullis, auteure primée et ex-professeure à l'université Harvard aux États-Unis, est présidente et cofondatrice de la Fondation David Suzuki. Elle a joué un rôle prépondérant auprès de plusieurs mouvements environnementaux en Amazonie, en Asie du Sud-Est et en Colombie-Britannique. Elle compte parmi les fondateurs de la Turning Point Initiative of Coastal First Nations (maintenant la Coastal First Nations Great Bear Initiative) en Colombie-Britannique, qui regroupe les Premières Nations de la côte centrale et de la côte nord de la Colombie-Britannique en une alliance historique visant la protection de l'écologie de la région de la Forêt pluviale du Grand Ours. Tara a été adoptée et s'est vu attribuer un nom par les Premières nations Haida, Gitga'at, Heiltsuk et Namgis.

Militante infatigable et organisatrice remarquable, elle a fondé ou contribué à la fondation de neuf organisations avant de mettre sur pied la Fondation David Suzuki en 1990.

James Hoggan, président du Conseil d'administration

Jim-Hoggan.jpgJames Hoggan est un conseiller en relations publiques parmi les plus respectés au Canada. Fondateur et président de Hoggan & Associates, un cabinet de communications stratégiques spécialisé en gestion de crise, James Hoggan a tout vu — empoisonnement alimentaire, fraude bancaire, décès par Taser, poursuite judiciaire ou scandale — ou presque, et a aidé citoyens et entreprises à faire face aux commentaires et parfois aux attaques des médias traditionnels et des médias sociaux. Depuis 30 ans, Hoggan & Associates s'est bâti une solide réputation de services de gestion de risque et de crise auprès d'une clientèle diverse et son fondateur a reçu divers prix pour son travail.

James Hoggan est également connu pour être un ardent défenseur de l'honnêteté, de l'éthique et de l'intégrité en matière de relations publiques. Il a d'ailleurs mis sur pied l'influent site Web DeSmogBlog qui dénonce les campagnes de désinformation qui nuisent au débat public entourant les changements climatiques et l'environnement. Il est l'auteur de trois livres sur le sujet de l'intégrité en communications publiques. Son plus récent ouvrage, I'm Right and You're an Idiot: The Toxic State of Public Discourse and How to Clean it Up, a été publié au début de 2016.

James Hoggan a également été invité à aider plusieurs organismes, notamment le Comité externe de révision du Rapport Shell, le Projet climatique Canada — section canadienne de l'organisme créé par Al Gore — le Canadien Pacifique, le Centre Dalaï-Lama pour la paix et l'éducation, la B.C. Law Society, les Vancouver Canucks et la B.C. Treaty Commission. Outre son rôle comme président de Hoggan & Associates, il assure la présidence du conseil d'administration de la Fondation David Suzuki.

Pauline D'Amboise, secrétaire

Pauline D'AmboisePauline D'Amboise est secrétaire générale et vice-présidente, Gouvernance et responsabilité sociale, au sein du Mouvement Desjardins, le plus grand groupe financier coopératif au Canada, et le cinquième en importance dans le monde. Mme D'Amboise a notamment pour mandat de coordonner l'élaboration, la mise en œuvre et l'amélioration des programmes de gouvernance, d'éthique organisationnelle, de coopération ainsi que de développement durable. Détentrice d'une maîtrise en éthique organisationnelle de l'Université de Sherbrooke, elle est également diplômée depuis 2013 du programme de certification en gouvernance de l'Université Laval et détient le titre d'Administratrice de société certifiée (ASC). En 2012, Mme D'Amboise s'est vu décerner le titre d'ambassadrice du développement durable de l'Université de Sherbrooke et a été nommée parmi les 25 femmes les plus influentes au Canada par le magazine Women of Influence. En 2015, elle a été nommée parmi les Clean50 Leaders in Canada par Delta Group Management et en 2016, elle a reçu le prix Femmes de mérite de la Fondation du Y des femmes de Montréal, catégorie Environnement. Son expertise est grande dans les domaines de la gouvernance de sociétés, d'éthique organisationnelle et de responsabilité sociale des entreprises. Elle a été formée pour donner des conférences sur les changements climatiques pour l'organisme Projet Climatique d'Al Gore, et donne des conférences au Québec et en Europe. Présidente de l'Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société de l'Université Laval, elle siège également au conseil de Coop Carbone et elle est membre du comité consultatif de SWITCH, l'Alliance pour une énergie verte au Québec. Elle est devenue en 2010 membre du conseil de la Fondation David Suzuki, dont elle est secrétaire.

Elaine A. Wong, trésorière

EWong.JPGElaine Wong, lauréate en 2010 du prix « Top 100 » des Canadiennes les plus influentes du WXN (Réseau des femmes exécutives), est l'ancienne vice-présidente directrice de Westport Innovations, une société ouverte établie à Vancouver. Arrivée à Westport comme directrice du rendement organisationnel en 2001, elle y a occupé le poste de chef de la division financière de 2003 à 2009. Entre 2010 et 2014, Elaine Wong a contribué à plusieurs projets de développement stratégique et a dirigé l'une des plus importantes entités de Westport. Avant de se joindre à Westport, elle a occupé diverses fonctions au sein de TELUS Affaires, où elle s'est consacrée à la stratégie, à la planification, aux fusions et acquisitions, ainsi qu'à d'autres projets d'expansion de l'entreprise. Elle a siégé aux conseils de Cummins Westport de 2005 à 2012, et du Canadian Business for Social Responsibility de 2002 à 2009. Elle siège actuellement au Conseil consultatif sur la durabilité de CPA Canada. Mme Wong a obtenu son titre de comptable agréée en 1993 et d'experte- comptable certifiée en 2001 (Illinois), et elle détient un baccalauréat en commerce, avec distinction, en 1990, de l'Université de la Colombie-Britannique. En 2009, elle est entrée au Conseil de la Fondation David Suzuki, dont elle est maintenant la trésorière et la présidente des comités supervisant les finances, la vérification et les investissements.

Stephen R. Bronfman


bronfman_web.jpg
Stephen Bronfman est un chef d'entreprise et un philanthrope. Il est le président-directeur de Claridge Inc., société de portefeuille privée établie à Montréal depuis sa création en 1987, où il a consacré plus de 20 ans à diriger la stratégie de placement et à rechercher les occasions d'affaires intéressantes à l'échelle locale et mondiale.

Chez Claridge, M. Bronfman s'intéresse plus particulièrement aux entreprises dirigées par une solide équipe et dont les compétences opérationnelles sont établies, et crée des partenariats avec les entreprises afin de produire de la valeur à long terme et assurer une croissance fructueuse. Il a ainsi investi dans SunOpta, un fournisseur d'aliments biologiques et de spécialité alors en démarrage et qui a connu une croissance exponentielle; l'investissement a mené à la création de Claridge Foods. Autre exemple, Glutino qui, avec l'appui de Claridge, est devenue la plus grande compagnie d'aliments sans gluten en Amérique du Nord, et a été vendue à profit en 2011. Lumenpulse a également bénéficié d'un investissement en début de croissance, ce qui a favorisé la forte croissance subséquente de cette entreprise d'éclairage d'envergure mondiale s'intéressant aux technologies écoénergétiques. Quant à NetStar Communications Inc., l'investissement de Claridge dans ce chef de file des services de télévision spécialisée — TSN, RDS et Discovery Channel, notamment — avait permis de quasiment doubler la valeur de l'entreprise au moment de sa vente à CTV quelques années plus tard. Plus récemment, Claridge s'est intéressée à plusieurs développements résidentiels et immobiliers fructueux dans la région de Montréal.

Stephen Bronfman copréside la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman, et il est président de la Fondation de la famille Samuel et Saidye Bronfman. Il siège également au conseil de plusieurs organismes sans but lucratif tels le Centre canadien d'Architecture et le comité Arts-Affaires du Conseil des arts de Montréal.

Dre Sarika Cullis-Suzuki

Sarika Cullis-SuzukiSarika Cullis-Suzuki est une passionnée des océans, des poissons et de la protection de la biodiversité. Son travail sur la protection des océans l'a transportée de la Polynésie française au golfe du Mexique. Elle a mené ses études de doctorat à l'université d'York, au Royaume-Uni, auprès de Callum Roberts, et a fait des recherches sur les effets du bruit produit par les bateaux sur des espèces de poissons au large de la côte ouest du Canada. Sa maîtrise ès sciences axée sur la pêche à l'échelle mondiale auprès de Daniel Pauly du Centre sur la pêche de l'Université de la Colombie-Britannique s'était conclue par un vibrant exposé aux Nations-Unies où elle y révélait ses conclusions bouleversantes sur l'état des populations de poissons en haute mer. En dehors de ses études, Sakira travaille pour les médias environnementaux, et souhaite ainsi sensibiliser les téléspectateurs et les auditeurs et les encourager à revoir leurs habitudes de vie. Elle est actuellement chercheure invitée d'Ocean Networks Canada, à l'université de Victoria.
Sarika s'est jointe au conseil d'administration de la Fondation David Suzuki en 2011.

Severn Cullis-Suzuki


Severn-Cullis-Suzuki_web.jpg Severn Cullis-Suzuki est une militante et une auteure active dans les domaines de la culture et de l'environnement. Elle anime la série Samaqan Water Stories sur la chaîne autochtone APTN, elle est membre du conseil de la Haida Gwaii Higher Education Society et de la Fondation David Suzuki, ainsi que membre du conseil d'Earth Charter International. Elle participe activement aux mouvements prônant la justice intergénérationnelle depuis son enfance. Lorsqu'elle était en 5e année, elle a démarré avec ses amis un organisme de défense de l'environnement appelé Environmental Children's Organisation, qui l'a menée quelques années plus tard, en 1992, alors qu'elle n'avait que 12 ans, à faire un émouvant plaidoyer devant les politiciens présents lors de la clôture de la plénière du Sommet de la Terre à Rio. Elle n'a cessé, depuis, de militer pour la protection de l'environnement pour les générations à venir. Elle a reçu le Prix pour l'environnement Global 500 du PNUE, et voyage beaucoup pour donner des conférences sur les conséquences désastreuses de notre mode de vie et prôner un retour à nos valeurs humaines les plus profondes et à renouer avec des sociétés à échelle humaine.

Severn Cullis-Suzuki a été à la tête de plusieurs projets, notamment le Powershift 2000, une traversée du Canada à vélo réalisée dans le but de sensibiliser la population aux questions entourant la qualité de l'air et les changements climatiques, et la Déclaration de responsabilité soumise au Sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg en 2002. Dix ans plus tard, elle retournait à Rio cette fois comme marraine du mouvement We Canada au Sommet de la Terre 2012.

Au Japon, elle milite pour le mouvement « slow » et le post-Fukushima Million Mothers Movement, contre l'énergie nucléaire, et a collaboré à quatre tournées de conférences avec le Sloth Club. Elle a été nommée Fellow d'Action Canada (2004-2005), et elle est coéditrice de l'ouvrage Notes from Canada's Young Activists (Greystone, 2007).

Severn possède un baccalauréat ès sciences en écologie et biologie évolutionnaire de l'Université Yale ainsi qu'une maîtrise ès science en ethnoécologie de l'Université de Victoria où elle a étudié avec les aînés du peuple Kwakwaka'wakw. Elle s'intéresse aujourd'hui plus particulièrement aux liens du déclin de diversité à divers chapitres — points de vue, biodiversité, économies, langues, savoirs traditionnels et identité.

Elle vit dans l'archipel Haida Gwaii au large de la Colombie-Britannique, où elle étudie la langue Haida, en compagnie de son mari et de ses deux fils.

Stephanie Green

Stephanie GreenStephanie Green est comptable professionnelle agréée et Fellow de l'institut des comptables professionnels agréés de la Colombie-Britannique. Elle a été associée en vérification auprès du cabinet KPMG, où elle a pratiqué la comptabilité publique pendant 24 ans. Elle y a été associée responsable des relations avec les clients et de la pratique professionnelle à Vancouver et, à l'échelle nationale, elle a assumé la responsabilité de la pratique professionnelle et du programme national de développement professionnel.

Elle détient une vaste expérience comme administratrice auprès d'entreprises sans but lucratif, organismes gouvernementaux et entités commerciales. Animée d'une réelle passion pour la protection de l'environnement, elle est membre de longue date du conseil d'administration de la Fondation David Suzuki, auquel elle s'est jointe en 1994. Elle est également membre du comité des finances et de la vérification et du comité d'investissement.

Peter Ladner

Peter-ladner.jpgPeter Ladner, ex-politicien et homme d'affaires, vit à Vancouver.

Il a publié en 2011 un ouvrage intitulé The Urban Food Revolution, Changing the Way We Feed Cities (New Society Publishers).

Conférencier populaire, il signe également une chronique périodique dans le journal Business in Vancouver et il est souvent invité dans les médias à commenter l'actualité sur les enjeux citoyens et urbains.

Il a été Fellow du Centre for Dialogue de l'université Simon Fraser de 2010 à 2013, où il a enseigné et organisé des activités publiques sur le thème d'urbanisme et alimentation. Il a été élu au conseil municipal de Vancouver une première fois en 2002, a été réélu en 2005 et s'est présenté à la mairie en 2008. Il a également été membre du TransLink Board, et a été vice-président du conseil du district Metro Vancouver. Durant ses mandats au conseil municipal, il a collaboré avec le Vancouver Food Policy Council à la mise en œuvre du programme de la Ville visant à offrir 2 010 nouveaux lots de jardins communautaires pour l'année 2010.

Peter Ladner a été rédacteur en chef, président et copropriétaire du groupe média Business in Vancouver, qu'il avait cofondé en 1989. En 1999, il a été finaliste pour le prix Jeune entrepreneur de l'année d'Ernst and Young.

Il est actuellement président du conseil de The Natural Step Canada. Dans le passé, il a siégé à divers conseils — fondation Leon and Thea Koerner Foundation, l'Institute for Media, Policy and Civil Society, Leadership Vancouver, l'International Centre for Sustainable Cities, l'association étudiante de l'université de Colombie-Britannique, New Media BC, l'International Association of Area Business Publications, et le Forum for Women Entrepreneurs.

Peter Ladner détient un baccalauréat de l'université de Colombie-Britannique et a réalisé des recherches liées à des études supérieures auprès de la UBC School of Community and Regional Planning.

Dre Samantha Nutt

Dr. Samantha NuttDocteure Samantha Nutt, primée pour son engagement humanitaire, est reconnue comme auteure à succès et oratrice éloquente. Médecin et fondatrice de l'organisme humanitaire War Child, elle a travaillé directement auprès des enfants et de leurs familles durant plusieurs crises mondiales importantes —Iraq, Afghanistan, Somalie et République Démocratique du Congo, Sierra Leone, Darfour et Soudan. Sommité sur les questions d'actualité, sur la guerre, sur l'aide internationale et les politiques étrangères, Samantha Nutt est une des porte-parole les plus intrépides et reconnues sur le plan humanitaire. Elle a à son actif une carrière de plus de deux décennies dans une douzaine de zones de conflit, et son travail à l'échelle internationale a aidé plusieurs milliers d'enfants meurtris par la guerre.

Elle est l'auteure du livre acclamé par la critique Dammed Nations: Greed, Guns, Armies and Aid, qui fut un succès en librairie au Canada. Son œuvre en faveur des communautés touchées par la guerre partout dans le monde a été largement reconnue. Samantha est récipiendaire du prix «Les 40 Canadiens performants de moins de 40 ans™» (décerné par le Globe and Mail) et a été désignée par le magazine Time parmi les cinq plus grands militants au Canada. En 2010, elle a reçu l'Ordre de l'Ontario et en 2011 elle a été décorée de l'Ordre du Canada pour sa participation à l'amélioration de la situation des jeunes se trouvant dans les pires zones de conflit au monde. Samantha Nutt pratique la médecine au Women's College Hospital de Toronto et occupe le poste de professeure adjointe à l'Université de Toronto.

Mme Nutt est entrée au conseil d'administration de la Fondation David Suzuki en 2009.

Miles G. Richardson

Miles RichardsonMiles G. Richardson est citoyen de la nation Haïda et Canadien. Il a obtenu en 1979 un baccalauréat ès arts spécialisé en économie de l'Université de Victoria. De 1984 à 1996, il a siégé au titre de président du Conseil de la nation Haïda.

Miles Richardson a été membre du groupe de travail British Columbia Claims Task Force qui, en juin 1991, déposait ses recommandations aux gouvernements du Canada, de la Colombie-Britannique et aux Premières Nations de la Colombie-Britannique au sujet d'un processus de négociation convenu conjointement en vue de jeter les bases d'un nouveau mode de relations entre les nations et gouvernements et de définir les contours d'une telle relation renouvelée.

De 1991 à 1993, il a été membre du Groupe de travail du Sommet des Premières Nations, organe représentant les Premières nations de la Colombie-Britannique. En octobre 1995, il a été proposé par le sommet et nommé commissaire de la Commission des traités de la Colombie-Britannique. Il a été réélu pour un deuxième mandat en avril 1997. En novembre 1998, il est choisi commissaire en chef en vertu d'un accord entre les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique et le Sommet des Premières Nations pour un mandat de trois ans qui a été renouvelé en novembre 2001.

En 2007, il a été nommé officier de l'Ordre du Canada. Actuellement, il dirige sa propre entreprise de services-conseils stratégiques pour aider les Premières Nations et le secteur privé à tisser et développer de saines relations d'affaires. Ses services portent également sur l'élaboration d'un régime de gouvernance des Premières Nations en partenariat avec l'Institut sur la gouvernance, et sur l'élaboration d'une politique pour la durabilité et le développement des affaires dans une perspective durable.

Miles Richardson est l'un des premiers membres de la Fondation David Suzuki et il siège au conseil d'administration depuis 1992. Il préside également le comité des programmes de la Fondation David Suzuki.

John Ruffolo

John RuffoloJohn Ruffolo remplit les fonctions de premier dirigeant de l'entreprise OMERS Ventures, branche de capital risque d'OMERS, une des plus grandes caisses de retraite au Canada; OMERS Ventures investit dans des entreprises — en démarrage ou matures — des secteurs des technologies, des médias et des télécommunications. Il occupe en outre le poste de directeur général principal d'OMERS Platform Investments, branche de l'investissement en innovation d'OMERS.

Monsieur Ruffolo siège au conseil de Hootsuite et de D2L (Desire2Learn). Il est également président du conseil d'OMERS Energy et siège au Conseil des membres de Technologies du développement durable Canada (TDDC). Il est cofondateur et vice-président du conseil du Council of Canadian Innovators, et siège au conseil de OneEleven et de Communitech, deux importants centres d'innovation au Canada.

John Ruffolo est vice-président du conseil de la Fondation David Suzuki, membre du conseil de Canadians for Clean Prosperity et de la The Next Big Thing Foundation, et membre de la Young Presidents Organization pour la région de Toronto.

Avant de se joindre à OMERS Ventures, il a été associé du cabinet Deloitte, leader d'opinion mondial, de la fiscalité mondiale et de l'industrie canadienne pour la filiale des Technologies, médias et télécommunications (TMT) de Deloitte. Il a également été membre des équipes de direction internationales en fiscalité et TMT, et membre du conseil d'administration de Deloitte.

Comptable agréé de formation, M. Ruffolo a été associé du cabinet Arthur Andersen et a agi comme formateur auprès de l'Institut canadien des comptables agréés et chargé de cours de la Schulich School of Business de l'université York, dont il détient un baccalauréat en administration des affaires.

David Schindler

Schindler-picture_web.jpg Professeur d'écologie, Chaire Killam Memorial (émérite)
Département des Sciences biologiques
Université de l'Alberta, Edmonton

David Schindler a fait ses études de doctorat à l'université Oxford grâce à une bourse Rhodes. Il a démarré sa carrière comme chargé d'enseignement à l'université Trent, de 1966 à 1968. Il s'est ensuite joint à l'équipe du Conseil consultatif de recherche sur les pêcheries et les océans du Canada, a créé et dirigé le projet de la Région des lacs expérimentaux (RLE), dans le nord-ouest de l'Ontario et connu à travers le monde, où sont étudiés les impacts des produits toxiques sur l'ensemble des écosystèmes. Ses recherches sur l'eutrophisation et les pluies acides dans la RLE ont servi de base à la politique environnementale au Canada, aux États-Unis et en Europe. En 1989 il est engagé par l'université de l'Alberta, où il devient professeur d'écologie à la chaire Killam Memorial. Il a également présidé l'Association for the Sciences of Limnology and Oceanography, et a représenté le Canada à l'International Limnological Society. Il a signé 335 publications scientifiques, citées à plus de 29 000 reprises dans le milieu scientifique.

Le professeur Schindler a présidé le comité d'experts sur l'écologie et la biogéochimie de la Commission mixte internationale (1975-1978), et le comité de la U.S. National Academy of Sciences sur l'atmosphère et la biosphère (1979-1981). Il a participé aux travaux du comité de révision de l'usine de pâte Kraft de l'Alberta Pacific (1989-1990), du groupe consultatif scientifique de l'Étude sur les bassins des rivières du Nord (1991-1996), du conseil consultatif des sciences et de la technologie d'Environnement Canada (1998-2001), de l'étude de la gestion de l'eutrophisation en mer Baltique réalisée par le gouvernement suédois (2005-2006), et de la Commission albertaine sur la protection de l'environnement (2005-2008). Il a également fait partie des groupes d'experts Rosenberg sur les questions hydriques impliquant les Territoires du Nord-Ouest et l'Alberta en 2009 et 2012.

Le professeur Schindler a reçu de nombreux prix et distinctions à l'échelle internationale : GE Hutchinson Medal de l'Association for the Sciences of Limnology and Oceanography (ASLO), Naumann-Thienemann Medal de l'International Limnological Society, premier Prix de l'eau de Stockholm (2001), Volvo Environment Prize (1998), Tyler Prize for Environmental Achievement (2006), prix LaRoe de l'International Society of Conservation Biology (2010), et le Natureserve's Conservation Award (2015). Au Canada, il a reçu la Médaille d'or Gerhard Herzberg en 2001, la plus haute distinction au Canada dans le domaine des sciences et de l'ingénierie. En mai 2009, il recevait la médaille Sandford Fleming du Royal Canadian Institute pour ses communications scientifiques destinées au grand public. En mai 2011, il s'est vu attribuer le Prix du président de la Société canadienne d'écologie et d'évolution, et il a figuré à trois reprises dans la liste des 50 Albertains les plus influents selon la revue Alberta Venture, la dernière fois étant en 2011.

Membre de la Société royale du Canada et de la Royal Society of London, David Schindler est également membre de la U.S. National Academy of Sciences et chercheur étranger de l'Académie royale des sciences de l'ingénieur de Suède. Il a reçu 14 doctorats honorifiques d'universités canadiennes et étatsuniennes, il est Officier de l'Ordre du Canada et membre fondateur de l'international Water Academy.
Il s'est vu attribuer l'Order of Excellence de l'Alberta en 2008. L'Université Trent a fondé une chaire de recherche en sciences aquatiques en son honneur, et l'ASLO décerne maintenant le prix Jeune chercheur Yensch-Schindler.

David Schindler a participé depuis 1973 à plusieurs études sur la rivière Athabasca et le delta des rivières de la Paix et Athabasca. En 2008, ses études, publiées dans les comptes rendus de la National Academy of Sciences, révélaient que, contrairement à ce que prétendaient l'industrie et le gouvernement, l'industrie des sables bitumineux contribuait à la toxicité de la rivière Athabasca. Par la suite, les mesures de surveillance de la rivière ont été accrues, et une gestion plus stricte a été mise en place des activités de l'industrie des sables bitumineux.

Peter A. Victor


Dr. Peter VictorLe docteur Peter Victor est un économiste qui travaille sur les problématiques environnementales depuis 40 ans en sa qualité d'universitaire, de consultant et de fonctionnaire. Peter est l'un des pionniers de l'économie écologique, une discipline en plein essor, et fut le premier président de la Société Canadienne pour l'Économie Écologique. Il œuvre actuellement en collaboration avec le professeur Tim Jackson (Royaume-Uni) en recherche en macroéconomie écologique. En 2011, son travail portant sur l'économie écologique et la gestion sans croissance a été reconnu par l'octroi du Prix Molson en sciences humaines par le Conseil des arts du Canada.

Peter Victor est professeur d'études environnementales à l'Université York et a également été doyen de la Faculté de 1996 à 2001. Cette période a fait suite à plusieurs années à titre de sous-ministre adjoint à la Division des normes et des sciences de l'environnement du ministère de l'Environnement de l'Ontario. Ses nombreuses contributions incluent la direction du développement final et la mise en œuvre de la Charte des droits environnementaux de l'Ontario ainsi que la conception finale de la réglementation sur les rejets de substances toxiques en vertu de la Stratégie municipale et industrielle de dépollution.

Peter Victor a été membre du conseil d'administration de plusieurs organisations environnementales d'importance et a été appelé comme témoin expert dans plusieurs commissions. Il préside actuellement le Conseil de la Ceinture verte de l'Ontario et demeure un membre actif du Comité Consultatif des Comptes Nationaux de Statistiques Canada et du Comité consultatif de la statistique de l'environnement ainsi que du Groupe Consultatif Universitaire de TruCost. Peter siège également au conseil d'administration du New Economics Institute et au conseil du Centre for the Advancement of a Steady-State Economy. Il fait aussi partie du comité consultatif de rédaction de plusieurs revues universitaires. Peter s'est joint au conseil d'administration de la Fondation David Suzuki en 2007, où il est également membre du comité des programmes.

Margot Young

margot_web.jpg Margot Young est professeure à la Allard School of Law de l'université de Colombie-Britannique. Après ses études à cette université, puis à l'université de Toronto et à l'université de Californie à Berkeley, elle a commencé sa carrière de professeure à la Faculté de Droit de l'université de Victoria, avant de se joindre au corps professoral de l'université de Colombie-Britannique en 1992.

Mme Young enseigne dans les domaines du droit constitutionnel et de la justice sociale. Elle est conseillère pédagogique à la Faculté de Droit et organise depuis près de dix ans des rencontres intitulées Law and Society Speakers Series. Elle occupe actuellement, pour un troisième mandat, le poste de présidente du comité du statut de la femme de l'université (Faculty Association Status of Women Committee). Elle est également associée de recherche au Green College, au Peter Wall Institute of Advanced Studies et au Centre for Gender, Race, Sexuality and Social Justice de l'université de Colombie-Britannique.

Les sujets de recherche de Margot Young couvrent essentiellement l'égalité en droit et les principes de l'égalité, l'égalité des femmes sur le plan économique, la théorie urbaine et les politiques et droits locaux en matière de logement. Elle s'intéresse également aux recoupements entre justice environnementale, justice sociale, féminisme et droits de la personne. Elle a coédité la collection Poverty: Rights, Social Citizenship and Legal Activism et a récemment agi comme cochercheuse principale dans le cadre du projet Housing Justice Project de Vancouver (HousingJustice.ca). Elle signe de nombreux articles et ouvrages spécialisés. Mme Young est membre du comité éditorial du Canadian Journal of Women and Law et de Review of Constitutional Studies and Studies in Housing Law et siège au comité consultatif du Yearbook of Access to Justice de l'université de Windsor.

Margot Young participe aux activités de plusieurs groupes professionnels et citoyens. Elle siège notamment au conseil de Justice for Girls et de l'International Centre for Criminal Law Reform and Criminal Justice. Elle est chercheure associée au bureau de la Colombie-Britannique du Centre canadien de politiques alternatives. Elle participe aux travaux des groupes provinciaux et nationaux de promotion de l'égalité des femmes dans le cadre des examens périodiques du dossier des droits de la personne au Canada réalisés par les Nations Unies, voyageant alors comme représentante ONG aux rencontres qui se tiennent à New York et à Genève. Plus précisément, elle collabore aux travaux du B.C.CEDAW Group et de l'Alliance féministe pour une action internationale.

Margot Young est régulièrement invitée par les médias à commenter diverses questions d'actualité liées aux enjeux de justice sociale et de droits socioéconomiques — télévision, radio et journaux locaux et nationaux couvrant les questions d'intérêt en matière de constitution, d'égalité et de libertés civiles.


Membres honoraires du Conseil d'administration


Margaret Atwood
John F. Bankes
Robert Bateman
James Burke
Raffi Cavoukian
Wade Davis, PhD
Paul Ehrlich, PhD
Peter Garrett
Gordon Lightfoot
Mike Robinson
Gordon Roddick
Peter Steele
Sting
George Stroumboulopoulos
E.O. Wilson, PhD

À la mémoire de Jim Fulton, directeur administratif (1993 à 2004)

Quand Jim faisait irruption dans le bureau minuscule qu'occupait la fondation naissante, il insufflait une sensation d'énergie, de possibilités et bien souvent un air de bonhomie qui allait définir ce qu'est la Fondation David Suzuki. La présence de Jim nous faisait sentir que, peu importe ce que nous faisions, les choses finiraient probablement par s'arranger pour le mieux. La Fondation David Suzuki constitue aujourd'hui l'organisation environnementale la plus influente au pays — l'une des plus influentes sur le continent — et ceci en grande partie grâce à l'héritage de Jim de par ses analyses et conseils stratégiques crédibles, convaincants et incontestablement intelligents. C'est un héritage qui continuera à servir cette organisation, puisque nous visons à soutenir tous les Canadiens et, dans la poursuite de l'objectif du développement durable, tous les citoyens de ce monde.
Au nom de tous ces gens et de tous les bénéficiaires dans les années à venir, les membres du conseil d'administration de la Fondation David Suzuki aimeraient exprimer leur profonde gratitude : nous sommes reconnaissants d'avoir eu Jim Fulton comme ami et collègue, reconnaissants pour ses qualités de chef et, peut-être par-dessus tout, nous espérons que son héritage nous aidera à nous guider vers un avenir réellement durable.