Recherché : hébergement écoresponsable | ModeDeVieCie | Fondation David Suzuki
Photo: Recherché : hébergement écoresponsable

Crédit photo : Finca Rosa Blanca

Par Michèle Rhéaume

À la recherche d'un hôtel écoresponsable pour votre prochain voyage? Suivez ces quelques lignes directrices afin d'en dénicher un qui s'engage réellement à agir, autant du côté environnemental que social.

Écohôtel ou écoblanchiment*?

Le site Web était pourtant clair : « À l'écohôtel XYZ, nous avons l'environnement à cœur et nous mettons tout en œuvre pour contribuer au bien-être de notre communauté ». Une fois sur place, vous apprenez que l'immense complexe fait partie d'une chaîne appartenant à des propriétaires étrangers. Côté activités, l'hôtel propose des sports nautiques motorisés et des sorties en véhicule tout-terrain. À la plage, on sert des cocktails dans des verres de plastique qui, loin d'être recyclés, se retrouvent éparpillés dans le sable.

Étonnamment, le seul fait d'être situé en pleine nature ou d'offrir des activités de plein air suffit à plusieurs pour s'autoproclamer « écohôtel » ou « écolodge ». Heureusement, de plus en plus d'établissements d'hébergement tentent réellement de réduire leur empreinte écologique. Comment s'y retrouver? Voici quelques conseils.

Inscrivez-vous à notre bulletin

Des actions concrètes

Tout d'abord, visitez le site Web de l'établissement et recherchez des actions concrètes. Méfiez-vous des promesses généreuses qui n'engagent à rien. Le site inclut-il une section sur l'environnement ou le développement durable? Dans le doute, contactez directement l'hôtel. Tentez d'obtenir réponse aux questions suivantes :

  • Le site choisi pour la construction a-t-il été préservé? Les matériaux utilisés ont-ils été soigneusement choisis en fonction de leur durabilité et de leur provenance?
  • L'établissement encourage-t-il l'emploi local
  • Y a-t-il une politique d'achats responsables (draps de coton biologique, produits de papier recyclé, produits de nettoyage non toxiques)?
  • Quelles mesures a-t-on mises en œuvre afin de réduire la consommation d'eau, de biens et d'énergie : recyclage des eaux grises, installation de toilettes à faible débit d'eau, utilisation de panneaux solaires, recyclage?
  • Le restaurant privilégie-t-il les produits locaux, de saison et biologiques? Procède-t-on au compostage des restes de table?
  • Quelle est l'empreinte écologique des activités offertes à la clientèle? Ces dernières permettent-elles réellement aux voyageurs d'entrer en contact avec la culture locale? Incluent-elles un volet d'éducation et de sensibilisation?
  • A-t-on établi des partenariats avec la communauté afin de contribuer au bien-être, à l'économie et au patrimoine culturel de la population locale?

Certifications

Les certifications auxquelles adhèrent certains établissements peuvent vous donner un bon coup de pouce lors de vos recherches. Celles-ci attestent du sérieux de la démarche et de l'ampleur des actions entreprises. Afin de vous assurer de leur fiabilité, recherchez des programmes gérés par des entités indépendantes qui suivent un processus rigoureux. Privilégiez les certifications qui incluent une vérification externe, ce qui évite à certains établissements de s'autoproclamer verts.

Quelques exemples de programmes :

Le saviez-vous? L'hôtel américain moyen achète en une semaine l'équivalent de ce qu'achètent 100 familles en une année. (Source: www.greenyour.com)

Finalement, appliquez le proverbe « on ne saurait emporter en voyage un fardeau plus précieux qu'une provision de bon sens ». En tant que voyageur, vous avez aussi une responsabilité. Préparez-vous adéquatement pour votre voyage et, une fois à destination, gardez vos bonnes habitudes afin de minimiser votre empreinte écologique.

N'hésitez pas à partager vos trouvailles écotouristiques avec nous!

*Écoblanchiment (de l'anglais « greenwashing ») : « Opération de relations publiques menée par une organisation, une entreprise pour masquer ses activités polluantes et tenter de présenter un caractère écoresponsable » (Grand dictionnaire terminologique).

27 février 2013

En savoir plus