Communiqués de presse

David Suzuki, accompagné de plusieurs personnalités publiques, entreprend une tournée pancanadienne

Le 10 septembre 2014 | Affiché dans

David Suzuki : « C'est la chose la plus importante que je n'aie jamais faite. »

Pour diffusion immédiate

MONTRÉAL — La Tournée bleu Terre de David Suzuki commencera dans deux semaines. Du 24 septembre au 9 novembre, lors de ce qui pourrait être sa toute dernière tournée pancanadienne, David Suzuki visitera 20 villes de St. John's, à Terre-Neuve, à Victoria, en Colombie-Britannique. David Suzuki et la Tournée bleu Terre seront de passage au Québec du 10 au 16 octobre 2014 en compagnie de plusieurs personnalités de la scène culturelle québécoise.

Pour David Suzuki, la Tournée est l'occasion de changer notre discours relativement à la protection de l'environnement au Canada et d'aider le pays à faire des progrès. « Il y a trente ans, nous célébrions des victoires historiques grâce auxquelles nous assurions la protection des plus belles régions de notre pays, » fait remarquer David Suzuki. « Nous pensions que ce n'était que le début. Mais, même si nous avons gagné quelques batailles, nous avons fini par perdre la guerre parce que nous n'avons pas changé notre façon de voir le monde. »

David Suzuki croit que, si nous nous joignons à tous les citoyennes et citoyens et soutenons le mouvement national pour le changement, nous verrons le droit qu'ont toutes et tous de vivre dans un environnement sain être reconnu par tous les ordres de gouvernement. « Je n'ai jamais rien fait d'aussi important, » affirme David Suzuki. « Il est difficile d'imaginer vivre sans droit d'expression, liberté de presse ou droit de vote. Pourtant, je me souviens d'une époque où les Asiatiques et les membres des Premières Nations n'avaient pas le droit de vote et où l'homosexualité était illégale. »

La Fondation David Suzuki est fière de voir son cofondateur, et modèle, diriger cette importante tournée et donner le coup d'envoi à la conversation sur les droits environnementaux.

« Reconnaître notre droit de vivre dans un environnement sain est une façon efficace de nous assurer que les citoyennes et citoyens de partout au pays ont accès aux nécessités de base et mènent une vie en pleine santé et en toute dignité, » explique Michiah Prull, directeur des communications et de l'engagement du public la Fondation. « Plus de 110 pays ont déjà reconnu le droit de leurs citoyens de vivre dans un environnement sain. Il est temps pour le Canada de suivre le mouvement. »

David Suzuki affirme que le droit de vivre dans un environnement sain doit devenir un droit national et qu'il est temps de prendre les mesures nécessaires pour y parvenir. « Les valeurs qui nous tiennent le plus à cœur devraient être protégées par nos lois suprêmes, » dit-il. « C'est pourquoi tous les ordres de gouvernement doivent, dès maintenant, reconnaître le droit qu'ont toutes et tous de vivre dans un environnement sain. Et la population est prête à les aider. »

- 30 -
Personne-ressource : Manon Dubois Croteau, directrice des communications pour le Québec
Fondation David Suzuki, 514-679-0821, mdubois@davidsuzuki.org

« Opération charme David Suzuki » : le grand gagnant dévoilé!

Le 9 septembre 2014 | Affiché dans

La Coalition pour la préservation du mont Kaaikop recevra la visite de David Suzuki et une bourse de 2000 $ offerte par Desjardins

Montréal, le 9 septembre 2014 — Au mois de juin dernier, en préparation pour la Tournée bleu Terre, la Fondation David Suzuki et le Mouvement Desjardins ont lancé l'« Opération charme David Suzuki », un tout nouveau concours invitant les citoyens à travers le Québec à faire la démonstration de leurs charmes écologiques pour courir la chance de gagner la visite de David Suzuki ainsi qu'une bourse de 2000 $, gracieuseté du Mouvement Desjardins. Pour ce faire, les citoyens devaient soumettre un projet écologique faisant preuve d'impacts positifs et concrets au sein de leur communauté.

Au terme d'une grande réflexion du jury, et tenant en compte des votes du public, la Fondation David Suzuki et le Mouvement Desjardins sont fiers d'annoncer le grand gagnant du concours : La Coalition pour la préservation du mont Kaaikop.

La Coalition a pour mission de préserver pour les générations futures le mont Kaaikop contre la menace de coupes forestières. La protection du mont Kaaikop représente des avantages socio-économiques d'importance pour sa communauté qui prévoit l'implantation de projets récréotouristiques durables dans le respect des écosystèmes.

« Les activités de la Coalition montrent l'attachement des citoyens à leur environnement et l'importance de sa préservation pour l'épanouissement social et économique de la communauté, explique Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki. La Coalition est un modèle d'engagement citoyen et de collaboration avec les Premières Nations qui démontre l'impact que peuvent avoir les citoyens lorsqu'ils se rassemblent pour protéger les gens et les lieux qui leur sont chers. C'est pour cette raison qu'elle a réussi à convaincre le jury comme le public et qu'elle fut choisie comme récipiendaire du grand prix », ajoute-t-il.

La Coalition recevra la visite de David Suzuki dans sa communauté de Sainte-Lucie-des-Laurentides le lundi 13 octobre prochain, dans le cadre de la Tournée bleu Terre, la dernière tournée pancanadienne de David Suzuki pour sensibiliser les citoyennes et les citoyens à leur droit de vivre dans un environnement sain.

Madame Pauline D'Amboise, Secrétaire générale et Vice-présidente Gouvernance et Responsabilité sociale du Mouvement Desjardins, souligne l'importance de soutenir les initiatives locales qui invitent les acteurs économiques, sociaux et environnementaux à ouvrir le dialogue et à travailler ensemble sur les enjeux de développement durable touchant leurs communautés. « J'ai été ravie de constater, à travers l'Opération Charme, que le Québec foisonne de projets écologiques et surtout de gens mobilisés pour leur donner vie à long terme. Il est essentiel d'appuyer leur engagement puisqu'ils contribuent ainsi à la qualité de vie et à la prospérité de leur milieu.»

« Nous sommes très honorés de remporter l'Opération charme David Suzuki, affirme Claude Alexandre Carpentier, porte-parole de la Coalition. Ce premier prix de la Fondation David Suzuki souligne nos efforts continus depuis plus de 14 mois pour assurer la pérennité d'un couvert forestier d'exception, composé du mont Kaaikop, des terres environnantes et du corridor faunique allant au territoire mohawk de chasse et de pêche traditionnel de Tioweroton. La visite de M. Suzuki contribuera à appuyer les démarches d'un regroupement engagé, qui ne demande que le droit d'aller vers le développement durable, plutôt que de se faire imposer une exploitation commerciale à courte vue. »

L'« Opération charme David Suzuki » a connu un succès retentissant puisque plus de soixante (60) magnifiques projets ont été soumis et ce, provenant de toutes les régions du Québec. Parmi toutes ces belles initiatives, l'équipe de la Fondation David Suzuki a sélectionné huit candidatures qui se sont démarquées pour leur impact, leur originalité, leur aspect rassembleur et pour leur charme. Ces finalistes ont ensuite été soumis au vote du grand public, qui s'est manifesté avec enthousiasme avec près de 6000 votes!

Pour en savoir plus sur la Tournée bleu Terre, consultez le site Internet et la pétition en ligne pour revendiquer notre droit de vivre dans un environnement sain.

Pour en savoir plus sur le concours « Opération charme », consultez le site Internet.

Pour en savoir plus sur la Coalition pour la protection du mont Kaaikop, consultez le site Internet.

Pour en savoir plus sur le Mouvement Desjardins, consultez le site Internet

- 30 -

Personne-ressource : Manon Dubois Croteau, directrice des communications pour le Québec
Fondation David Suzuki, 514-679-0821, mdubois@davidsuzuki.org

PORT PÉTROLIER À CACOUNA — QUÉBEC A FAIT PREUVE DE COMPLAISANCE EN AUTORISANT LES FORAGES DE TRANSCANADA SANS OBTENIR D'AVIS SCIENTIFIQUE

Le 2 septembre 2014 | Affiché dans

La Cour supérieure du Québec a rejeté hier soir la demande d'injonction déposée par deux citoyens et des groupes environnementaux qui exigeaient la suspension des forages prévus par TransCanada dans les prochains jours à Cacouna dans l'habitat des bélugas. Malgré l'issue défavorable pour les requérants, ceux-ci s'estiment satisfaits que la procédure judiciaire ait permis de mettre en lumière le fait que le certificat d'autorisation délivré par Québec ne s'appuie sur aucun avis scientifique en bonne et due forme.

Continuer »

Autorisation de de forages à Cacouna — Des organismes environnementaux demandent une injonction

Le 26 août 2014 | Affiché dans

Des organismes environnementaux soucieux d'assurer la protection des bélugas du Saint-Laurent et le respect des lois environnementales ont déposé aujourd'hui une demande d'injonction à la Cour supérieure du Québec pour mettre un frein aux travaux de forage prévus dans les prochains jours à Cacouna par l'entreprise TransCanada. France Dionne, citoyenne de Cacouna, ainsi que Pierre Béland, scientifique ayant initié la recherche sur les bélugas au Québec, sont aussi co-requérants de la demande.
Cette demande d'injonction survient suite à l'émission d'un certificat d'autorisation par le gouvernement du Québec le 21 août dernier pour ces travaux. Selon les demandeurs, cette autorisation ne repose sur aucun avis scientifique démontrant que les travaux n'auront pas d'impacts négatifs sur la santé des bélugas, espèces menacées d'extinction. La demande d'injonction sera entendue le vendredi 29 août prochain à 9h00 en salle 2.07 du palais de justice de Montréal.

Les organismes demandeurs sont le Centre québécois du droit de l'environnement (CQDE), la Fondation David Suzuki, Nature Québec, et la Société pour la Nature et les Parcs du Canada (SNAP). Bien que n'étant pas parties au litige, le Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada) et Greenpeace soutiennent cette démarche qui s'impose en raison des impacts nuisibles et importants qu'auront ces travaux sur cette espèce en déclin


http://www.cqde.org/autorisation-de-de-forages-a-cacouna-des-organismes-environnementaux-demandent-une-injonction/


Alexandre Desjardins
avocat



Centre québécois du droit de l'environnement

454 av. Laurier E. 

Montréal (Québec) H2J 1E7


T. 514.272.2666 #26

C. 438.878.9899
F. 514.447.9455
www.cqde.org



FEU VERT DE QUÉBEC AUX TRAVAUX DE TRANSCANADA DANS L'HABITAT DES BÉLUGAS — DES GROUPES ENVIRONNEMENTAUX ÉTONNÉS ET DÉÇUS

Le 21 août 2014 | Affiché dans

Plusieurs organismes environnementaux sont étonnés et déçus de la décision du gouvernement du Québec d'autoriser les sondages exploratoires pour l'implantation d'un port pétrolier à Cacouna.

Cette décision survient alors qu'une autorisation émise par Pêches et Océan Canada pour ces mêmes travaux, est actuellement contestée devant les tribunaux parce qu'elle ne repose sur aucun avis scientifique. C'est pourquoi le gouvernement québécois est invité à divulguer toutes les études et informations qui lui permettent d'assurer que les travaux n'auront aucun impact sur la santé des bélugas.

Les organismes environnementaux vont examiner attentivement les conditions de cette autorisation et évalueront s'il est opportun de faire appel aux tribunaux.

- 30 -

Pour informations:

Michel Bélanger, CQDE : 514-927-6195
Marie-Claude Lemieux, WWF-Canada : 514-260-6233
Patrick Nadeau, SNAP Québec : 514-276-7627 poste 226
Karel Mayrand, Fondation David Suzuki : (514) 998-5458
Christian Simard, Nature Québec: 418-928-1150
Patrick Bonin, Greenpeace : (514) 594-1221

MASCOUCHE : PAS D'AÉROPORT EN ZONE AGRICOLE!

Le 19 août 2014 | Affiché dans

Un grand nombre d'organisations ayant à cœur le développement durable ainsi que la protection de la zone agricole et de sa vocation nourricière dénoncent aujourd'hui l'administration de Mascouche qui souhaite déménager son aéroport sur des terres agricoles voisines.

Continuer »

Exportation de pétrole issu des sables bitumineux sur le Saint-Laurent

Le 4 août 2014 | Affiché dans

La Fondation David Suzuki réclame une étude environnementale et une consultation publique

Montréal — La Fondation David Suzuki a appris aujourd'hui avec stupéfaction que Suncor a été autorisée à transporter du pétrole brut issu des sables bitumineux par voie maritime à partir de Sorel-Tracy. Cette nouvelle suscite de vives inquiétudes pour la Fondation puisqu'elle pourrait être le prélude à des exportations massives de pétrole lourd sur le fleuve Saint-Laurent, source d'eau potable pour 43% des Québécois. La Fondation David Suzuki déplore que cette décision ait été prise en catimini, sans évaluation environnementale ou consultation publique préalable.

Pour le directeur de la Fondation au Québec, M. Karel Mayrand, « Il est déplorable que le Ministère de l'Environnement ait autorisé l'exportation de pétrole lourd sur le fleuve sans que la population n'en soit informée et sans évaluation environnementale puisque ce projet comporte des risques pour l'environnement et la santé humaine. » « Suite à la tragédie de Lac-Mégantic, les Québécoises et les Québécois sont en droit d'être informés et consultés sur toute question touchant le transport de pétrole en sol québécois », a-t-il ajouté.

La Fondation David Suzuki s'inquiète que ce premier chargement de pétrole des sables bitumineux soit le prélude à une augmentation du trafic pétrolier sur le fleuve Saint-Laurent aux fins d'exportation. « Nous sommes inquiets des risques que pourraient représenter un transport accru de pétrole lourd sur l'écosystème du Saint-Laurent et l'approvisionnement en eau potable de plusieurs municipalités » d'expliquer Jean-Patrick Toussaint, Chef des projets scientifiques à la Fondation David Suzuki. « Il est inconcevable que le fleuve Saint-Laurent devienne une voie d'exportation du pétrole albertain sans aucune évaluation environnementale », a-t-il conclu.

- 30 -

Sources pour les médias:

Karel Mayrand
Directeur pour le Québec, Fondation David Suzuki
514-998-5458

Jean-Patrick Toussaint, Ph.D.
Chef des projets scientifiques, Fondation David Suzuki
438.884.4720

La Tournée bleu Terre : David Suzuki annonce une tournée nationale en automne 2014

Le 24 juillet 2014 | Affiché dans

David Suzuki sera accompagné de vedettes des quatre coins du pays dont Neil Young, les Cowboys Fringants, Alexandre Désilets, Maxim Martin, Jean Lemire, Half Moon Run, Emily Haines et Jimmy Shaw de Metric, Feist et bien d'autres.

Montréal — La Fondation David Suzuki a le plaisir d'annoncer la Tournée bleu Terre, une célébration pancanadienne avec David Suzuki, scientifique, animateur, auteur et cofondateur de la Fondation David Suzuki, en compagnie de plusieurs personnalités de la scène culturelle, artistes et leaders d'opinion des quatre coins du pays. Du 24 septembre au 9 novembre 2014, David Suzuki et la Tournée bleu Terre se rendront dans 20 villes d'un océan à l'autre, de Saint-Jean de Terre-Neuve à Vancouver. Le passage de la Tournée au Québec se fera du 10 au 16 octobre 2014 en compagnie de plusieurs vedettes à Montréal, à Québec et dans une troisième communauté sélectionnée dans le cadre du concours « Opération charme David Suzuki », qui sera dévoilée à la fin de l'été 2014.

« C'est l'action la plus importante que je n'aie jamais prise, déclare David Suzuki. Je suis très ému et honoré de voir que tous ces citoyennes et citoyens se joignent à nous pour célébrer l'idée tout aussi simple que puissante que nous avons toutes et tous le droit de à de l'air pur, à de l'eau propre et à des aliments sains. »

Dans ce qui sera probablement la dernière tournée nationale de David Suzuki, la Tournée bleu Terre aura au programme autant des activités communautaires engageantes que des concerts et des spectacles avec des personnalités connues partout au pays dont :

  • Margaret Atwood
  • Alexandre Désilet
  • Les Cowboys Fringants
  • Bruce Cockburn
  • Jim Cuddy de Blue Rodeo
  • Feist
  • Grimes
  • Half Moon Run
  • Emily Haines de Metric
  • Greg Keelor de Blue Rodeo
  • Chantal Kreviazuk
  • Jean Lemire
  • Maxim Martin
  • Stephen Lewis
  • Jimmy Shaw de Metric
  • The Franklin Electric
  • Neil Young

    À Montréal, la Tournée bleu Terre offre la possibilité d'assister à un concert-bénéfice inédit le 15 octobre 2014 au Théâtre Corona avec des performances exclusives d'Emily Haines et Jimmy Shaw de Metric, Half Moon Run, The Franklin Electric et Alexandre Désilets, le tout animé par nul autre que l'humoriste Maxim Martin. Les places sont limitées. Soyez des nôtres!

    L'espace pour la vie se joint aussi à la Tournée bleu Terre, le 12 octobre à 19 h, pour offrir la chance de rencontre en toute intimité David Suzuki, le biologiste et cinéaste Jean Lemire, et le cardiologue et auteur de « Planète Cœur », le Dr François Reeves. En matinée de ce même jour, les citoyennes et citoyens sont invités à la « Marche des générations », un événement unique réunissant grands-parents, parents et enfants de toutes générations pour une marche festive et un spectacle familial, offert par les Cowboys Fringants et autres artistes, afin de célébrer notre vision collective pour un avenir sain. Un événement à ne pas manquer pour tous ceux et celles qui ont à cœur la santé de notre planète et celle des générations à venir!

    « Ces personnalités se sont jointes à David Suzuki parce qu'ils partagent son engagement pour la protection de notre planète, des gens qui l'habitent et des endroits que nous aimons, indique Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki. C'est véritablement des leaders des quatre coins du pays qui se rassemblent pour appuyer une cause commune qui nous touche toutes et tous. »

    Monsieur Mayrand affirme également qu'il existe un mouvement en croissance de citoyennes et de citoyens de partout au pays qui désirent que notre droit de vivre dans un environnement sain soit reconnu de façon officielle. « La qualité et la diversité des talents qui se sont réunis pour la Tournée bleu Terre sont un reflet de la puissance réelle de ce mouvement qui mérite l'attention de nous tous et toutes. Ceci est un événement unique à ne pas manquer, » conclut-il.

- 30 -

Entrevues avec certains artistes sont disponibles. Consultez l'horaire de la Tournée bleu Terre plus bas.

Personne-ressource : Manon Dubois Croteau,
Directrice des communications pour le Québec,
Fondation David Suzuki,
514-679-0821, mdubois@davidsuzuki.org

Horaire de la Tournée bleu Terre.pdf

Pesticides néonicotinoïdes

Le 25 juin 2014 | Affiché dans

Une étude sans précédent confirme que les pesticides néonicotinoïdes mettent en péril les abeilles, les oiseaux, les papillons et les vers de terre
L'imposante revue de littérature des scientifiques indépendants renforce l'urgence d'interdire ces pesticides

Ottawa, 25 juin 2014 — À la lumière d'une revue de littérature complète sur les effets des pesticides néonicotinoïdes (« néonics »), des groupes environnementaux demandent à nouveau aux gouvernements du Canada et des provinces d'interdire l'usage de cette classe de pesticides.

Continuer »

Des groupes et Premières nations des cinq provinces exigent un arrêt des activités pétrolières et gazières dans le golfe du Saint-Laurent

Le 9 juin 2014 | Affiché dans

La Semaine des océans débute avec une demande de moratoire pour l'ensemble du golfe ainsi qu'un comité d'examen indépendant

Golfe du Saint-Laurent — Des pêcheurs, environnementalistes, Premières nations et d'autres groupes ont amorcé la Semaine internationale des Océans avec une demande au gouvernement fédéral, Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard, Nouveau-Brunswick et du Québec d'instaurer immédiatement un moratoire sur l'exploration et l'exploitation pétrolière et gazière dans l'ensemble du golfe du Saint-Laurent. Ils ont faire suivre cette demande par un appel à une commission d'examen indépendante pour l'ensemble du golfe, le tout accompagné de consultations publiques approfondies afin d'évaluer si les activités pétrolières et gazières en haute mer devraient être autorisés à procéder dans le golfe.

« Depuis des temps immémoriaux, les eaux et les rives du golfe du Saint-Laurent ont été utilisées et occupées par les Innus dans le nord et les Micmacs au sud, à des fins telles que la pêche, la chasse, et la navigation. En raison de ces faits, nous avons des droits qui sont reconnus et confirmés par l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 et que les gouvernements fédéral et provinciaux sont tenus de consulter et de nous accommoder afin d'éviter tout dommage irréparable à l'exercice de nos droits » a déclaré Troy Jerome au nom de l'Alliance Innu-Mi'gmaq pour la protection du golfe du Saint-Laurent.

« La Coalition Saint-Laurent publie aujourd'hui un rapport sur la question du développement des hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent, qui met en évidence le fait que les conditions ne sont pas en place pour permettre ces activités dans ce précieux et fragile écosystème. Par conséquent, un moratoire pour l'ensemble du golfe apparait essentiel », a ajouté Jean-Patrick Toussaint, de la Coalition Saint-Laurent. « Le Golfe est l'une des dernières places sur la terre où aucune activité pétrolière extracôtière n'est en cours. Nous nous devons ainsi que pour les générations futures de protéger et de restaurer l'intégrité écologique de ce bel écosystème », de conclure Toussaint.

Les rives du golfe du Saint-Laurent attirent des millions de visiteurs à chaque année vers les plages immaculées du parc national de l'Île-du-Prince-Édouard et celles des Îles-de-la-Madeleine; les paysages majestueux de Cabot Trail du Cap-Breton; les symboles emblématiques comme le Rocher Percé en Gaspésie, et les fjords spectaculaires de l'ouest de Terre-Neuve. Les pêches comme celle au homard, l'anguille et le crabe des neiges supportent des milliers de familles dans les cinq provinces. Des espèces en voie de disparition telles les baleines bleues, le thon rouge, les bélugas, la morue du Nord, en plus de nombreuses autres espèces importantes se nourrissent, se reproduisent et élèvent leur progéniture dans les eaux du golfe. Tout cela pourrait être mis à risque dû à l'exploration et l'exploitation d'hydrocarbures.

« Comme récemment souligné dans le numéro de mai du National Geographic, le golfe est encore un écosystème abondant, riche et grouillant de vie. Il pourrait le demeurer si seulement nous prenions le temps et mettions les efforts nécessaires pour mieux en comprendre les complexités et le voir dans son ensemble plutôt que le diviser artificiellement en juridictions provinciales », a déclaré Ellie Reddin de la section de l'Île-du-Prince-Édouard de Save Our Seas et Shores. « L'industrie pétrolière extracôtière a déjà accès à 85% des eaux de la côte est du Canada. Assez, c'est assez. Nous devons déclarer un moratoire pour l'ensemble du golfe sur les activités pétrolières et gazières », de conclure Reddin.

« Les ressources marines ont subi diverses pressions, comme la pollution industrielle, l'acidification, l'hypoxie et le changement climatique au cours des dernières décennies. Nos efforts de pêche ont été grandement touchés et nous avons été contraints de s'adapter à cette réalité. Les pêcheurs et les associations de pêche ont fait d'énormes efforts pour soutenir cette ressource renouvelable et par conséquent, nous disons non à l'ouverture du golfe à l'industrie pétrolière et gazière qui ajouterait sans aucun doute une pression supplémentaire à cet écosystème déjà sensible », a déclaré Greg Egilsson, Président du Gulf Nova Scotia Herring Federation.

Les groupes insistent également qu'une commission d'examen et des consultations publiques approfondies soient tenues sur cette question importante dans l'ensemble des cinq provinces afin de consulter les communautés et les Premières Nations au sujet de l'avenir du golfe du Saint-Laurent.

« Chaque année, des milliers de résidents et de visiteurs des communautés environnantes dépensent plus d'un milliard de dollars sur les activités récréatives et touristiques axés sur le patrimoine naturel et culturel du golfe ainsi que sur ses rives pittoresques. Sommes-nous prêts à risquer ces trésors nationaux pour des revenus hypothétiques et non durables? C'est pourquoi il est de la plus haute importance pour nous que toutes les communautés autour du golfe soient consultées sur ce qui est en enjeu... leur avenir », a déclaré John Jacobs de Nature Newfoundland and Labrador.

« Nous devons garder à l'esprit que l'exploration pétrolière proposée dans le golfe du Saint-Laurent ne s'opéra pas dans le vide, déconnecté de la réalité », a commenté Matthew Abbott, coordonnateur du programme marin au Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick. « Les eaux côtières de l'Atlantique du Canada font déjà face à un important stress dû aux changements climatiques, en particulier en raison de la hausse des températures et l'acidification des océans, pour ne pas mentionner le trafic pétrolier existant, le forage extracôtier à certains endroits ainsi qu'une foule d'autres menaces. Afin de favoriser la résilience des écosystèmes et de conserver les habitats critiques, il est essentiel que des régions relativement intactes, tel le golfe du Saint-Laurent, soient laissées à prospérer », a conclu Abbott.

Les groupes appellent également les communautés et les citoyens de partout dans les Provinces du golfe et de partout au Canada à passer à l'action en demandant aux gouvernements fédéral et provinciaux d'instaurer un moratoire pour l'ensemble du golfe du Saint-Laurent sur les activités pétrolières et gazières, ainsi qu'un comité d'examen indépendant sur cette question.

- 30 -

Pour signer l'alerte à l'action: http://action2.davidsuzuki.org/fr/golfe

Pour télécharger le rapport de la Coalition Saint-Laurent: http://bit.ly/1kNvlMQ

Liste des signataires du communiqué :

Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick — Nouveau-Brunswick
Ecology Action Centre — Nouvelle-Écosse
Gulf Nova Scotia Herring Federation — Nouvelle-Écosse
Alliance Innu-Mi'gmaq pour la protection du golfe du Saint-Laurent
Nature Newfoundland and Labrador — Terre-Neuve et Labrador
Save Our Seas and Shores Coalition — Nouvelle-Écosse
Save Our Seas and Shores Coalition — Chapitre de l'Île-du-Prince-Édouard
Sierra Club Canada Foundation — Chapitre de l'Atlantique
Coalition Saint-Laurent — Québec

Sources pour les médias :

Jean-Patrick Toussaint, Ph.D. (Français/Anglais)
Chef des projets scientifiques, Fondation David Suzuki (Québec)
Porte-parole pour la Coalition Saint-Laurent
438.884.4720

Troy Jerome (Anglais)
Alliance Innu-Mi'gmaq pour la protection du golfe du Saint-Laurent
506.759.2000

Ellie Reddin (Anglais)
Save Our Seas and Shores Coalition (Île-du-Prince-Édouard)
902.566.3600

Greg Egilsson (Anglais)
Gulf Nova Scotia Herring Federation
902.485.1729
902.396.7068 (cellulaire)

John D. Jacobs (Anglais)
Ancien Président — Nature Newfoundland and Labrador
709.738.3147

Matthew Abbott (Anglais)
Conseil de la conservation du Nouveau-Brunswick
506.529.8838
506.321.0429 (cellulaire)